Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus






dans le même genre
  PLAN B THE GRINDHOUSE TOUR ...
  TUPAC LIVE AT THE HOUSE OF ...
  RUN DMC: LIVE AT MONTREUX 2...
  NEW YORK UNDERCOVER : LIVE ...
  TUPAC : THE COMPLETE LIVE P...
  LIVE FROM NEW YORK
  EMINEM : THE ANGER MANAGEME...
  KANYE WEST : THE COLLEGE DR...
  BATTLE OF THE YEAR INTERNAT...
  STREET IS WATCHING : THE MO...

du même éditeur
  SIZZLA : JUDGEMENT DAY


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...
  NEED FOR SPEED: HOT PURSUIT...

50 Cent & the G Unit : In da club : the movie

Titre Original 50 Cent & the G Unit : In da club : the movie
Genre Rap International
Pays USA (2003)
Date de sortie vendredi 29 août 2003
Durée 90 Min
Réalisateur Abbot
Avec Curtis "50 Cent" Jackson
Producteurs Curtis "50 Cent" Jackson
Compositeur Curtis "50 Cent" Jackson
Format Dvd 9
Site Internet Site du distributeur Nocturne
site officiel Sony music de 50 Cent.
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Frédérik Kapler
  Editeur   Nocturne
  Edition   Simple
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  90 min
  Nb Dvd  1
   
   

50 Cent est un rappeur du Queens qui a émergé grâce à un des membres décédé de Run DMC, Jam Master Jay. Il a perdu sa mère, son père l'a abandonné et c'est ses grand-parents qui l'ont élevé. D'ailleurs son grand-père apparaît dans le documentaire, et raconte ses petites anecdotes avec la police. Curtis Jackson, aka 50 Cent, a commencé par un titre avec les Destiny's Child, et a sorti son album "Power of a dollar", sur lequel figurait un morceau peu apprécié par l'industire du rap : "How to rob a nigg$ industry". Un morceau qui s'avérait plutôt taquin envers pas mal d'artistes...Mais de l'eau a coulé sous les ponts, 50 Cent s'est fait un peu oublier et a monté le G-Unit, un collectif, puis est revenu en force grâce à de nombreuses mixtapes et beaucoup de passages radios. Puis Eminem et Dr Dre l'ont repéré et l'ont convaincu de signer sur leur label (celui d'eminem en fait, Shady Records). Maintenant il connait un succès flagrant aux USA et en France également.


Ce DVD contient un reportage, une interview de 50 Cent dans laquelle il revient sur son enfance, sur les faits marquants de sa vie, comme la fois où il s'est fait tiré dessus - c'est même assez étonnant de voir à quel point ce fait l'amuse presque... L'interview est bonne car elle se déroule devant chez lui, dans la rue, et les questions/réponses sont vraiment spontanées. Pour l'anecdote encore, on le voit à un moment rentrer chez lui et se cacher de la police qui faisait une ronde, et il nous explique ce geste par le fait qu'il aît une arme sur lui...comme quoi le gangsta rap n'est pas qu'un mythe...et même s'il y a de nombreux "acteurs", 50 Cent a un lourd passé notamment dans la vente de crack, qui donne plus de crédibilité à ses textes, sans pour autant justifier ses actes...On retrouve pas mal d'interventions de rappeurs, d'amis. Une séance de photos, et des tournages de clips, ainsi que des extraits live de ses concerts...


Un documentaire intéressant et dédié aux fans, qui veulent en savoir plus sur Curtis Jackson aka 50 Cent.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 couleur
  Format Cinéma 1.33:1
   
   

- Le Documentaire : L'image du documentaire est correcte, et provient d'une caméra DV. Elle est un peu terne et manque de contraste, néanmoins c'est peu génant au regard du type de programme.


- Le live : Limage du live provient vraisemblablement d'une caméra DV, et n'est pas mauvaise. Le cadrage et le montage aurait pu être un peu plus professionnel, mais l'image reste de bonne qualité, malgré un grain prononcé et un manque de définition. La compression recèle quelques failles dans les arrières plans, mais rien de très grave.


- Les clips : Trois clips sont proposés et la qualité n'est pas le même pour tous...Le premier clip, "In da club", est d'une qualité horrible ! Pour ne pas dire...irregardable. Un VideoCD "fait maison" fait mieux...L'image est saccadée, des macroblocs de pixels sont omniprésents. Les deux autres clips sont un peu mieux lotis. L'image est bonne, contrastée et colorée, même si elle n'est pas parfaite. Pas mal de problèmes de saccades sur "Wanksta". Seul le dernier clip, "Heat (street version)", s'en sort bien, et est plutôt bien fait avec tout le G-Unit. Simple mais efficace ! Un peu trop d'armes à feu présentes...mais ca fait partie du jeu il paraît.


Bref, sur l'image, la qualité laisse quand même à désirer au niveau technique à cause d'un manque de maitrise ou de travail dans l'encodage -  surtout dans les clips. Dommage.


Le Son
 

- Le documentaire : le son du documentaire n'a pas été retravaillé, donc il reste "brut". L'ambiance est celle de la rue, certains passages sont un peu moins fort, et forcent à tendre plus l'oreille, surtout qu'il s'agit d'une VO non sous titrée, mais dans l'ensemble son interview est audible. On regrette le manque de sous titres...cette interview est reservée à un public ayant un minimum de connaissance en anglais.


- Le live : Les basses sont présentes...trop. Le son est saturé. Les larsens - phénomène qui se produit lorsque l'on approche le microphone trop près de son amplificateur et qui induit un son strident et aigu et très désagréable - sont omniprésents; mais ceci ne relève pas à proprement dit du DVD mais plutot de l'ingénieur du son du concert filmé...Le son est encodé en Dolby Digital 2.0. Malgré tout la musique est dynamique, et 50 Cent arrive vraiment à faire passer son énergie. A cappella ou sur des instrumentales connues, le public répond présent. Si seulement le son avait été plus soigné, ceci aurait été un des meilleurs concerts de rap sorti en DVD.


- Les clips : Toujours en 2.0, le son des clips est étouffé et manque cruellement de spatialisation. Le dynamisme aussi reste en retrait, la basse semble anémique...Dommage. Seul le 3-ième clip sort son épingle du jeu grâce à son flow lent et paresseux.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   

Menu musical, mais fixe.


Pas de suppléments si l'on considère que le programme se décline en trois parties de différentes nature déjà.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage