dans le même genre
  JURASSIC WORLD EVOLUTION (S...
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  MIA ET LE LION BLANC
  L'EMPEREUR DE PARIS
  ALPHA
  LES AVENTURES DE JACK BURTO...
  TOMB RAIDER
  JUMANJI : BIENVENUE DANS LA...
  GÉOSTORM
  LES TROIS MOUSQUETAIRES

du même éditeur
  AU ROYAUME DES SINGES
  LA PLANÈTE AU TRÉSOR
  GREY'S ANATOMY : SAISON 9
  LE MONDE FANTASTIQUE D'OZ
  FÉLINS
  DESPERATE HOUSEWIVES SAISON...
  LE CHIHUAHUA DE BEVERLY HIL...
  LOST SAISON 6
  LES COPAINS FÊTENT NOËL
  LES SORCIERS DE WAVERLY PLA...


Dernières Actus
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SCHOT...

Antartica

Genre Aventures
Pays USA (2005)
Date de sortie jeudi 26 octobre 2006
Durée 120 Min
Réalisateur Frank Marshall
Avec Paul Walker, Jason Biggs, Bruce Greenwood, Moon Bloodgood
Producteurs Patrick Crawley, Doug Davison et David Hoberman
Scénaristes David DiGilio et Mike Rich
Compositeur Kirk Francis et Mark Isham
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Espagnol
Oui
Oui
Oui
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Français
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Buena vista
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  1
   
   

Suite à une dégradation surprenante du  temps, une équipe de scientifiques, basé en Antarctique, est obligé d’évacuer la base en abandonnant, leur 8 chiens de traîneau.

Déjà porté à l’écran par le réalisateur japonais Koreyoshi Kurahara (Ce type méprisable, 62, Hiroshima, 95), « Antarctica » est devenu un phénomène sans précédent au Japon. Devenant, à l’époque, le plus grand succès de tous les temps au pays du « Soleil Levant », une place qu’il allait garder pendant plus d’une décennie. Il paraissait donc logique que les américains s’y intéressent. Et c’est grâce au  producteur David Hoberman, que le dossier se retrouva sur le bureau des studios Disney, particulièrement friand de ce type d’histoire. Encore plus, comme dans ce cas précis, où l’histoire est inspirée d’un fait réel.

Le problème de ce type de film, reste la crédibilité des personnages, qu’ils soient humains ou canins.  Car le déséquilibre est évidemment flagrant et peut manquer à l’homogénéité de l’ensemble.

Et voilà que les acteurs les plus convaincants ne sont pas ceux que l’on attend. Car le problème avec les films dont les vedettes sont des animaux, c’est que leur jeu peut effectivement rendre particulièrement fade celui des comédiens humains. Et les 8 chiens d’ « Antarctica » confirment la règle. Incroyablement justes, les chiens nous emmènent tour à tour dans une farandole de sentiments. Passant de l’humour, à la tristesse, de la bravoure à l’insouciance, avec une fascinante facilité. Encore plus convaincants que des humains, ces chiens nous fascinent, nous hypnotisent de leur regard, vont toucher au plus profond de nous la moindre émotion qui se terre.

Bien sur, il serait injuste de ne pas souligner, à la fois le travail de dresseur autant que celui de réalisateur. Car bien évidemment, on peut trouver toutes les qualités aux chiens : La beauté, la sincérité, la force, etc. il n’en reste pas moins un grand travail de dressage pour arriver à des scènes aussi spectaculaires que celle du sauvetage par la chienne « Maya », ou encore des scènes à forte teneur émotionnelle. Mais aussi un excellent travail d’approche, une étonnante maîtrise des habitudes canines pour arriver à de tels résultats.

Le réalisateur détourne les gestes des chiens pour leur donner un rapport plus humain et là pour le coup c’est une très grande réussite. Franck Marshall (Les Survivants, 93, Congo, 95), que l’on connaît entre autre pour être le producteur des Aventuriers de l’Arche Perdu et grand ami de Steven Spielberg, fait preuve d’une incroyable acuité, en réussissant le tour de force d’homogénéiser à merveille le jeu des chiens et celui des acteurs. Chacun des plans est utilisé en ce sens, soit pour valoriser les sentiments des uns ou pour embellir les actions des autres.

Et donc logiquement, nous en arrivons à saluer le jeu des acteurs, Paul Walker (Fast and Furious, 01, Bleu d’enfer, 05) et Jason Biggs (American Pie, 99, Anything Else, 03) en tête qui parviennent à entretenir une relation d’égalité avec les chiens. Leur jeu sans être exceptionnel parvient a s’accommoder au besoin narratif sans pour cela les recaler au stade de "faire valoir", comme ce fut le cas de Bruce Greenwood dans « Zig-Zag » (voir notre critique en cliquant sur le lien suivant : http://www.dvdcritiques.com/critiques/dvd_visu.aspx?dvd=4205).

Pour finir, si le scénario n’a rien de particulièrement exceptionnel tant l’histoire parle d’elle-même, il a le mérite d’avoir restitué l’action à une époque plus proche de nous de manière à rester plus accessible, tout en respectant l’histoire du site, sur lequel les chiens ont été interdit depuis 1994. Mais surtout David DiGilio évite le trop plein de mièvreries qui aurait pu alourdir le propos.

En conclusion, un film familial dans toute sa splendeur, desservis par des comédiens hors pair qu’ils soient humains ou non, mais surtout une œuvre parfaitement maîtrisée à tous les niveaux. Comme quoi un film sur des chiens abandonnés en plein cœur de l’antarctique peut faire chaud au cœur.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   

Une très belle image, on frise même la perfection, tant les blancs sont saisissants et les contrastes impressionnants. On savait la qualité que Disney apporte à ses produits : « Antarctica », ne fait que confirmer la règle.


Le Son
 
Une piste 5.1 parfaitement efficace, particulièrement pour ressortir les ambiances de la banquise, craquantes, assourdissantes et parfois même dangereuse. L’attaque du léopard des mers est d’ailleurs particulièrement impressionnante.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   

Un peu décevante de ce côté-là, l’édition présenté n’offre qu’un cours Making of de 10’ où le réalisateur ne cesse de vanter son utilisation de deux lieux différents pour en représenter un seul. Avant lui, Jean-Jacques Annaud l’avait déjà fait dans « La guerre du feu », donc rien de nouveau. Puis un ensemble de scènes coupées à visionner avec ou sans commentaires du réalisateur. Enfin 2 commentaires audio de Frank Marshall et du producteur Pat Crowley d’abord, puis de Frank Marshall, Paul Walker et le directeur de la photographie Don Burges.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage