dans le même genre
  LA NONNE
  PRINCE DES TÉNÈBRES
  THE FOG
  AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ...
  SANS UN BRUIT (ULTRA HD / 4...
  GHOSTLAND
  INSIDIOUS : LA DERNIÈRE CLÉ
  ANNABELLE 2 : LA CRÉATION D...
  CA
  PREACHER SAISON 2

du même éditeur
  DARK FLOORS


Dernières Actus
  THE WIFE
  THE CLOVERFIELD PARADOX EN ...
  REJOIGNEZ L'AVENTURE CARLOT...
  [CINÉ-CONCERT] STAR WARS : ...
  THE MAKING OF HARRY POTTER ...
  SORTIE DVD BILLIONS SAISON ...
  FUTUROSCOPE 2018 : SENSATIO...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...

Necromentia

Titre Original Necromentia
Genre Horreur
Pays Etats-Unis (2009)
Date de sortie mercredi 7 avril 2010
Durée 81 Min
Réalisateur Pearry Reginald Teo
Avec Layton Matthews, Chad Grimes, Santiago Craig
Producteurs Ehud Bleiberg
Scénaristes Stephanie Joyce
Compositeur Timothy Andrew Edwards
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Action & Communication
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  81 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Confrontés à la mort dans leur entourage, trois hommes vont entrer en contact avec des créatures de l’enfer.

Critique subjective :

Nous parvenant sous forme de DTV, Necromentia (2009) est le second long-métrage de Pearry Reginald Teo. Il succède ainsi à Killer Hacker (The Gene Generation en VO), une bande de science-fiction tournée deux ans plus tôt.

Parti d’une idée de court-métrage, le projet Necromentia s’est mué, peu ou prou, en un film à sketches. Une évolution qui explique peut-être, en partie, le côté résolument bordélique de la chose. Bancal, le titre manque cruellement de liant et accuse des enchaînements très abrupts entre les trois histoires, toutes placées sous le signe de la mort. Mais il y a pire que cet aspect décousu. En effet, Necromentia démontre que ce n’est pas parce que l’on ne verse (quasiment) pas dans le torture porn que l’on ne peut pas copier sur Saw. Ouvertement fantastique, le film de Pearry Reginald Teo n’en pompe pas moins la franchise initiée par James Wan et Leigh Whannell. Direction artistique glauque, photographie aux tons gris vert, effets de montage pétaradants, torture, gros lard arborant un masque de cochon et démon s’exprimant comme Jigsaw (voix déformée et propos sentencieux). On nage souvent en plein ersatz. Viennent encore alourdir le bilan un rendu DV pas terrible, une musique pompière (n’est pas Charlie Clouser qui veut) et surtout une interprétation qui frise l’amateurisme. Voilà qui fait beaucoup.

Avec quelques bons points épars, Necromentia se rattrape toutefois quelque peu. On relèvera ainsi une entrée en matière à l’ambiance délétère (un homme tente de conserver le corps de sa bien aimée), une séance SM archi poussée et une exploitation relativement intéressante de la thématique du corps (on songe un peu à Clive Barker), l’enveloppe charnelle étant ici systématiquement mutilée, estropiée, bizarrement appareillée ou carrément pourrissante. A noter aussi la présence de créatures « à l’ancienne », dont certaines sont du plus bel effet. Quelques points positifs donc, mais qui, hélas, ne suffisent jamais à redresser la barre d’un navire en perdition.

Verdict :

Décousu, sous influence et ressemblant souvent à un mauvais clip de métal, Necromentia est donc une œuvre horrifique qui n’emporte pas l’adhésion.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

La qualité est au rendez-vous avec un rendu qui respecte la granularité du métrage et sa photographie glauque. Définition de bonne tenue et compression fort discrète malgré un tournage en DV et des visuels particulièrement sombres. De bonnes conditions de visionnage donc.



Le Son
 

Deux pistes au choix avec du Dolby Digital 5.1 en VOST et VF. Des pistes très efficaces qui brillent par leur dynamique et la sollicitation précise des canaux surround. On conseillera d’opter pour la version originale, la VF proposant des doublages qui tirent l’interprétation vers le bas, ce dont elle n’a assurément pas besoin.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   

Aucun supplément.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage