dans le même genre
  CARNIVAL FÊTE FORAINE
  DRAGON QUEST BUILDER
  FIRE EMBLEM : FATES CONQUÊT...
  STAR FOX ZÉRO
  THE LEGEND OF ZELDA: TWILIG...
  POKEMON MÉGA DONJON MYSTÈRE
  MARIO & LUIGI: PAPER JAM BR...
  DISNEY MAGICAL WORLD
  YOSHI'S WOLLY WORLD
  SPLATOON

du même éditeur
  CARNIVAL FÊTE FORAINE
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  LUIGI'S MANSION (3DS)
  DRAGON QUEST BUILDER
  LEGO MARVEL SUPER HEROES 2 ...
  POKEMON ULTRA LUNE
  L'INFERNAL PROGRAMME D'ENTR...
  SUPER MARIO ODYSSEY
  YO-KAI WATCH 2 : SPECTRES P...
  MARIO & LUIGI SUPERSTAR SAG...


Dernières Actus
  L'ÉQUIPE DE DARK PHOENIX EN...
  KEANU REEVES VOUS PRÉSENTE ...
  LE NOUVEAU DOCUMENTAIRE SUR...
  TEST MUSICCAST BAR 400 : IM...
  TROIS FEMMES REVIENT DANS U...
  UN SAC DE BILLES : ÉDITION ...
  CREED II DISPONIBLE EN DVD,...
  A STAR IS BORN – ENCORE. LA...

Paper Mario: Color Splash (Wii U)

Genre Jeu
Pays JAP (2016)
Date de sortie jeudi 13 octobre 2016
Durée 999 Min
Plateforme Wii U
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Jeu Critique de Simon Volant
  Editeur   Nintendo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  all
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
L'histoire

Dans un monde de papier, L'île Barbouille se vide de ses couleurs. Même la fontaine de Port-Barbouille est à sec ! Qui pourrait se cacher derrière ce calamiteux incident de couleurs ? En quête de réponses, Mario rencontre Peinturion, un pot de peinture survolté qui parle et bouge sans arrêt.
Les Mass'paille ont utilisé leurs pailles pour aspirer toutes les couleurs de l'île, et les étoiles de couleur qui ornaient autrefois la fontaine de Port-Barbouille ont disparu.
Avec l'aide de Peinturion, Mario et son marteau splash, remettent une bonne dose de couleurs sur l'île - et sauver tous les Toad !

Critique

On était un peu septique avec ce titre Wii U. Est-ce un développement à minima pour une console en fin de vie ou un jeu bien fini et plein de surprises comme Nintendo a su en produire au début de la console ?

L'histoire commence assez mal. L'introduction est assez longue et comporte beaucoup de "bla-bla". On a l'impression que le jeu s'adresse aux plus jeunes. Et puis quand on commence à avoir notre autonomie dans le jeu, on va de surprise en surprise. Déjà, il y a du second degré dans le jeu. Les Toad ont des répliques assez drôles et les concepteurs démontent eux-mêmes les grosses ficelles du scénario.
Finalement, on rigole beaucoup dans la progression de l'histoire et le jeu est très plaisant. L'accompagnement de Peinturion permet également d'être guidé dans le jeu et ne pas se retrouver bloqué. Il sert à la fois de guide (quand on l'appelle) et permet aussi d'ajouter un humour survolté lors de ses dialogues avec Mario. Le jeu peut sembler s'adresser aux plus jeunes, mais en fait, beaucoup d'autodérision et de second degré permettent de satisfaire les plus grands.

"Paper Mario: Color Splash" est un jeu d'aventure. Sous des faux airs de jeu de plateforme, c'est un jeu où l'on gère sa progression et la gestion d'éléments disponibles en quantités limitées : les points de vie, la peinture, les cartes de combat, etc. C'est un mini-jeu d'aventure et de gestion qui se cache ici.
Les combats sont très originaux : ils associent une dimension de stratégie avec le choix des attaques sous forme de cartes (en quantité limitée !) et de réflexe pour maximiser la puissance de l'attaque. Toute carte jouée est perdue, aussi une attaque surdimensionnée diminue le stock, une attaque sous-dimensionnée vous expose à une contre-attaque. Comme un jeu de plateau, on gère le stock, on peut essayer de gagner des cartes et on pèse le pour et le contre de chaque carte pour le prochain tour de jeu. Quelle puissance mettre dans l'attaque ? Combien de cartes faut-il jouer ? Quelle quantité de peinture ajouter ? etc. Nintendo a toujours eu du mal à exploiter l'écran tactile du GamePad Pro et tous ces choix sont ici faits sur l'écran de la manette. On peut jouer uniquement sur la manette d'ailleurs.

Visuellement, "Paper Mario" est absolument magnifique. Si vous avez aimé "Yoshi's Wolly World", vous allez adorer "Paper Mario: Color Splash". Les personnages comme le décor sont tout en papier et carton et pourtant ces éléments plats prennent énormément de relief dans le monde en 3D. Comme dans le jeu de Yoshi, Nintendo a beaucoup travaillé sur les textures, les lumières et les rendus. On reste un chouia en dessus du photoréalisme de Yoshi, mais le niveau de détail est absolument incroyable. Ce monde en carton offre d'originalité au jeu, ainsi la progression peut être bloquée par un simple bout de scotch.
L'image full HD est magnifique. On pourrait reprocher quelques ajustements des objets en 3D, mais on apprécie les jeux de lumière et les très nombreux détails dans l'image. La caméra est automatique et reste sur des chemins préprogrammés. Ce choix est judicieux quand on a connu les affres de la caméra folle de Zelda.

Le jeu offre beaucoup de missions pour le joueur. La plus évidente est remettre de la couleur là où elle manque. C'est parfois délicat de compléter les niveaux à 100% tant les tâches de blanc sont parfois discrètes. Heureusement, ne pas atteindre le 100% n'est pas bloquant dans ce jeu.
Ensuite, il y a de nombreuses missions à remplir : sauver les Toad bâtisseur, les Toad de l'équipe de sauvetage, etc. La progression dans certains niveaux dépend de la réussite de mission dans d'autres niveaux. Chaque niveau réussi débloquant 1 ou 2 autres niveaux, le monde explorable devient de plus en plus vaste. De même, un niveau inachevé ne bloque pas totalement le joueur.
Color Splash contient également de nombreux mini-jeux comme le "Pierre-Papier-Ciseau" (que l'on gagne en jouant systématiquement "Papier") ou BonneToad, un jeu dont il faudra dénoncer le trucage.

En parallèle de tout cela, "Paper Mario: Color Splash" entretient vos talents de collectionneur avec un musée (oui, comme dans "Animal Crossing") pour compiler les musiques, les dizaines d'armes, ennemis et super-objets (le ventilateur, la ventouse, le citron, etc.).

La technique visuelle et sonore est parfaitement maîtrisée. Le seul reproche sur la réalisation est dû aux nombreux chargements. Le jeu n'arrête pas de charger les bouts de niveaux. Par exemple, vous arrivez au bout d'un pont, il faut quelques secondes pour arriver sur l'écran suivant et continuer le mouvement. Aucun jeu sur Wii U ne présente autant d'arrêts pour les chargements. C'est vraiment la seule ombre au tableau, surtout quand on voit que "Yoshi's Wolly World" offre des niveaux gigantesques d'une simple traite.

Une chose qu'on apprécie dans "Paper Mario: Color Splash", c'est la progression parfaitement maîtrisée. L'histoire part dans tous les sens, mais avec cohérence. L'humour, le second degré des Toad amusent et offre des rebondissements totalement inattendus. Le jeu commence doucement, et les très nombreux armes et ennemis arrivent régulièrement et progressivement. On rencontre le premier boss au bout de 4-5 heures de jeu. La difficulté augmente de manière très progressive et si la gestion des réserves de peintures devient moins problématique, la gestion des cartes de combat est de plus en plus délicate. Des points de sauvegarde astucieusement placés permettent de limiter la frustration du Game Over.

En plus du 5.1, le jeu exploite parfaitement la stéréo de la manette. Les musiques sont variées, mais un poil répétitif.

Verdict

Un jeu magnifique, une aventure qui captive et occupe durant des heures, des quêtes alternatives, etc. Le contenu est tellement riche que l'on pardonne les quelques détails techniques qui clochent par-ci par-là. On adore ce jeu d'aventure et de gestion.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 1080p
  Format Cinéma 1.77:1
   
   
Visuellement, "Paper Mario" est absolument magnifique. Si vous avez aimé "Yoshi's Wolly World" ( http://www.dvdcritiques.com/Dvd/8432 ), vous allez adorer "Paper Mario: Color Splash". Les personnages comme le décor sont tout en papier et carton et pourtant ces éléments plats prennent énormément de relief dans le monde en 3D. Comme dans le jeu de Yoshi, Nintendo a beaucoup travaillé sur les textures, les lumières et les rendus. On reste un chouia en dessus du photoréalisme de Yoshi, mais le niveau de détail est absolument incroyable. Ce monde en carton offre d'originalité au jeu, ainsi la progression peut être bloquée par un simple bout de scotch.
L'image full HD est magnifique. On pourrait reprocher quelques ajustements des objets en 3D, mais on apprécie les jeux de lumière et les très nombreux détails dans l'image. La caméra est automatique et reste sur des chemins préprogrammés. Ce choix est judicieux quand on a connu les affres de la caméra folle de Zelda.

Le Son
 
En plus du 5.1, le jeu exploite parfaitement la stéréo de la manette. Les musiques sont variées, mais un poil répétitif.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
 

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage