dans le même genre
  PAPER MARIO: COLOR SPLASH (...
  FIRE EMBLEM : FATES CONQUÊT...
  STAR FOX ZÉRO
  THE LEGEND OF ZELDA: TWILIG...
  POKEMON MÉGA DONJON MYSTÈRE
  MARIO & LUIGI: PAPER JAM BR...
  DISNEY MAGICAL WORLD
  YOSHI'S WOLLY WORLD
  SPLATOON
  MARIO PARTY 10

du même éditeur
  LEGO MARVEL SUPER HEROES 2 ...
  POKEMON ULTRA LUNE
  L'INFERNAL PROGRAMME D'ENTR...
  SUPER MARIO ODYSSEY
  YO-KAI WATCH 2 : SPECTRES P...
  MARIO & LUIGI SUPERSTAR SAG...
  L'AVENTURE LAYTON : KATRIEL...
  METROID : SAMUS RETURNS
  EVER OASIS
  FIRE EMBLEM ECHOES : SHADOW...


Dernières Actus
  THE LAST KINGDOM SAISON 2 E...
  CHICAGO MED SAISON 2 EN COF...
  BROOKLYN NINE-NINE SAISON 5...
  VIVEZ LE CINÉMA DANS UNE SA...
  HARRY POTTER : UN GRAND MAG...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  BULL SAISON 1 DISPONIBLE EN...
  DEATH RACE ANARCHY EN BLU-R...

Dragon Quest Builder

Genre Jeu
Pays JAP (2017)
Date de sortie dimanche 18 février 2018
Durée 999 Min
Plateforme Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non

Le Jeu Critique de Simon Volant
  Editeur   Nintendo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Voici un jeu qui associe une petite dose de Zelda (RPG) dans le scénario à une bonne louche de Minecraft pour la construction du monde.

L’histoire

Note : le joueur définit le sexe, l’aspect et le nom de son avatar. Nous le nommerons donc « héros ».
Le héros se fait réveiller par la déesse Rubiss dans un tombeau au cœur d’un monde en ruine. Il doit reconstruire ce monde ce qui permettra d’y ramener la lumière et la vie. Tout commence par une petite cité. À chaque étape, de nouveaux habitants y arriveront et l’animeront.
Au-delà, le héros doit partir à la chasse aux matériaux et réaliser des quêtes qui, même si certaines lui semblent inutiles, lui permettront d’avancer et de débloquer de nouvelles constructions.

La réalisation

Commandes
Les 2 Joy-Con de la Switch vont avoir du mal à rivaliser avec la souris d’un ordinateur surtout quand « Dragon Quest Builders » rappelle autant « Minecraft ». Et pourtant les commandes sont correctement réparties entre les 2 joy-con. La progression est régulière, on a quelques étapes avant de gérer l’ensemble des combinaisons de touches.

Image & Animation
Une définition très correcte avec de nombreuses textures et un niveau de détails impressionnant. Malgré tout, quelques ralentissements seront à noter lorsque la vue est dégagée et offrant ainsi une grande profondeur de champ sur le monde.
Le jeu a été modélisé dans un style très mignon et un peu enfantin ce qui créer une ambiance très joyeuse en journée, mais un peu « creepy » durant la nuit ce qui colle parfaitement à cet univers où les monstres les plus effrayants apparaissent la nuit.
Les décors sont extrêmement variés et chacun possède ses propres particularités (minerais, poissons, ennemis, etc.). Chaque région devient alors intéressante et agréable à visiter. Un point assez négatif, mais c’est un classique dans les jeux 3D, c’est la gestion de la caméra qui est assez perfectible dans les endroits fermés. On est souvent obligé de la gérer manuellement pour éviter le gros plan sur le dos de notre héros.

Construction
Vous allez construire principalement pour 2 choses : vous déplacer et agencer le village. Les endroits inaccessibles seront facilement atteints avec quelques blocs bien placés (attention aux nombreux monstres qui les protègent). L’agencement du village n’est pas un concours d’esthétisme, mais d’optimisation. Chaque pièce construite (un mur et une porte) peut se voir attribuer une fonction selon l’équipement qu’on y met. Poser un lit et vous obtenez une chambre, une forge et vous pourrez y manipuler les métaux, etc.

Les personnages
Les personnages présents dans le jeu possèdent tous une personnalité différente, une manière de parler qui leur est propre ainsi que des lignes de dialogues changeant régulièrement. Cela rend les personnages-non-joueur attachants et leurs parler devient un plaisir. Fini les personnages disant les mêmes phrases du début à la fin du jeu ! Avec la progression du village, ils prennent des occupations propres et vous aideront dans la quête.

Les bugounets
Après un premier chapitre sans le moindre bug, on fait face à un bloc qui, malheureusement, refuse de fonctionner. Un peu gênant lorsqu’on se rend compte qu’il nous est presque indispensable. Mais (heureusement) il est possible de s’en passer même si cela nous prive de quelques points pour la base. Ce bloc fait partie des très rares bugs présents dans ce jeu, et, bien que frustrant sur le moment, il est vite oublié.

Musique
Les musiques sont variées, bien réalisées, mais rapidement assez répétitives. Heureusement, les réglages permettent de baisser leur volume voire les mettre en sourdine.

Verdict

Un jeu mignon, agréable à regarder et simple à prendre en main. Un jeu parfaitement calibré pour la Switch en mode portable, mais qui en jette aussi sur grand écran. Les quelques légères imperfections techniques n’entachent en rien la qualité du titre. Square Enix avait été bien rôdé ce jeu sur d’autres systèmes. Une réussite qui a eu un très grand succès à la rédaction.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo Sans objet
  Format Cinéma Sans objet
   
   
Une définition très correcte avec de nombreuses textures et un niveau de détails impressionnant. Malgré tout, quelques ralentissements seront à noter lorsque la vue est dégagée et offrant ainsi une grande profondeur de champ sur le monde.
Le jeu a été modélisé dans un style très mignon et un peu enfantin ce qui créer une ambiance très joyeuse en journée, mais un peu « creepy » durant la nuit ce qui colle parfaitement à cet univers où les monstres les plus effrayants apparaissent la nuit.
Les décors sont extrêmement variés et chacun possède ses propres particularités (minerais, poissons, ennemis, etc.). Chaque région devient alors intéressante et agréable à visiter. Un point assez négatif, mais c’est un classique dans les jeux 3D, c’est la gestion de la caméra qui est assez perfectible dans les endroits fermés. On est souvent obligé de la gérer manuellement pour éviter le gros plan sur le dos de notre héros.

Le Son
 
Les musiques sont variées, bien réalisées, mais rapidement assez répétitives. Heureusement, les réglages permettent de baisser leur volume voire les mettre en sourdine. Les personnages s'expriment en pseudo-yaourt avec des onomatopées qui retranscrivent leurs émotions.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Pas de bonus, pas de DLC.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage