Montand International

Genre
Pays
France (1983)
Date de sortie
vendredi 10 novembre 2006
Durée
90 Min
Réalisateur
Compositeur
Divers
Format
Dvd 9
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Non
Non
Non
Le Film
Critique de Jean-Luc Richter
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
90 min
Nb Dvd
1

Yves Montand

Né en 1921 en Toscane, sous le nom d’Ivo Livi, l’artiste émigre en France, avec ses parents militants communistes, dés 1923. Ils obtiennent la nationalité française en 1929, mais l’enfance du petit Ivo est difficile. Il doit travailler à l’usine dès ses 11 ans avant de devenir apprenti coiffeur à 14 ans. Passionné de cinéma et de musique, il devient, en 1938 (il a 17 ans), chauffeur de salle dans un cabaret de Marseille. Il va rapidement se faire remarquer en imitant Charles Trenet, Maurice Chevalier ou Fernandel avec beaucoup de talent. Dès juin 1939 il se produit à L’Alcazar, puis à l’Odéon de Marseille. C’est là qu’il va prendre le nom de scène d’Yves Montand.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il fuit à Paris pour éviter le STO. Il va alors passer dans les plus grandes salles parisiennes, faisant même la première partie d’Édith Piaf qui ne sera pas insensible à son charme. C’est elle qui va lui apprendre le métier et lui faire rencontrer les grands noms du monde du spectacle de l’époque. Après la guerre, alors qu’il est déjà une grande vedette des cabarets, il commence une carrière dans le cinéma, tournant avec Marcel Carné. Il se sépare d’Édith Piaf en 1946 et rencontre Simone Signoret en 1949. c’est le coup de foudre et Simone Signoret va quitter son mari, Yves Allégret, pour vivre avec Yves Montand qu’elle va épouser en 1951.

Yves Montand va alors mener de front une carrière de chanteur de Music Hall, avec des tournées mondiales où il se produit de Broadway à Moscou, et une carrière d’acteur avec un premier grand rôle dans ‘Le salaire de la peur’ d’Henri-Georges Clouzot. Très engagé, avec une jeunesse imprégnée par le communisme hérité de ses parents, L’artiste va voir ses illusions de briser lors d’une tournée dans les pays de l’Est en 1957. Dans les années 60, il va peu à peu laisser de côté sa carrière de chanteur pour se consacrer au cinéma. Il va, en particulier, tourner une trilogie très militante avec Costa Gavras avec « Z » (1969), « L’aveu » (1970) et  « État de siège » (1973). C’est également en 1973 qu’il va revenir sur scène pour soutenir le peuple chilien après le coup d’État du général Pinochet. Un spectacle dont les préparatifs seront filmés par le réalisateur Chris Marker pour le documentaire ‘La solitude du chanteur de fond’ que l’on retrouve en supplément de ce DVD. Yves Montand décède le 9 novembre 1991 d’un infarctus du myocarde alors qu’il était en train de tourner ‘IP5’ avec Jean-Jacques Beineix. 

Les chansons

En 1983, Yves Montand entreprend une grande tournée mondiale qui va le mener à Osaka, New York, San Francisco, Rio de Janeiro, Paris… Le réalisateur Guy Job nous propose un montage de cette tournée sous la forme d’un récital où le chanteur reprend tous ses titres les plus connus :

01. À pied
02. Malgré moi
03. L’addition
04. Battling Joe
05. Les mirettes
06. Casse-tête
07. Ellington quarante et one
08. Sir Godfrey
09. Dansons la rose
10. Hollywood
11. Les bijoux
12. L’étrangère
13. Luna Park
14. Leçon d’anglais
15. Mon frère
16. Le carrosse
17. Le chat de la voisine
18. Syracuse « durango » (version anglaise)
19. Le chef d’orchestre est amoureux
20. La chansonnette
21. Histoires de Music-Hall
22. La bicyclette
23. Planter café
24. Les cireurs de souliers de Broadway
25. Brooklin Jazz mélodie
26. Les feuilles mortes
27. Le jardin
28. A Paris


Critique subjective

Yves Montand, superbe crooner qu’on l’appel parfois le Franck Sinatra français, nous donne ici un spectacle à la fois sincère, émouvant, drôle et parfois très swing. Il n’hésite pas à passer d’une chanson engagée à une chanson légère puis à alterner avec quelques histoires amusantes. Le plus agréablement surprenant est l’excellente qualité sonore de ce DVD qui permet de véritablement redécouvrir l’artiste, à mille lieues des vieux vinyles et même un ton nettement au-dessus de ce qui avait pu sortir en CD audio. Un DVD indispensable aussi pour découvrir la véritable personnalité de ce véritable ‘pro’ du music-hall avec le documentaire proposé en bonus.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
4/3 couleur
Format Cinéma
1.33:1

Sans être d’une qualité exceptionnelle, l’image est bien définie, les couleurs sont assez fidèles à la réalité et la compression reste satisfaisante. On sera d’ailleurs surpris par la différence de qualité entre les vues de l’artiste (propres, bien défini…) et celles du public qui marquent nettement plus l’âge des concerts (plus de vingt ans).

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
2.0
Français
5.1
Français
5.1

C’est la bonne surprise de ce DVD. Trois pistes sonores sont proposées : Dolby Digital 5.1, DTS 5.1 et surtout PCM stéréo 2.0 (et non pas Dolby Digital 2.0 comme c’est indiqué sur la jaquette). Si les pistes en 5.1 semblent assez artificielles, avec une spatialisation peu naturelle, ce n’est pas le cas de la piste PCM dont la qualité est tout simplement exceptionnelle. On privilégiera donc cette piste qui permettra d’apprécier toutes les nuances de la voix chaude d’un Yves Montant au mieux de sa forme.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
60 min
Boitier
Amaray

Le DVD est proposé avec un menu fixe introduit avec une petite séquence animée. Pour le programme principal, on a droit à un chapitrage par chanson. Mais le gros supplément, qui pourrait, à lui seul, justifier l’achat du DVD est le documentaire de Chris Marker intitulé « La solitude d’un chanteur de fond ».

Le 11 septembre 1973, le général Augusto Pinochet prend le pouvoir par la force au Chili, après trois ans de présidence socialiste de Salvador Allende. La junte au pouvoir va alors engager une terrible répression contre les partisans de l’ancien président. En février 1974, Yves Montand décide de chanter un soir à l’Olympia pour les réfugiés chiliens en France. Il n’est pas remonté sur scène depuis 1968 et n’a que douze jours pour se préparer. Il s’installe alors dans sa maison d’Auteuil avec son pianiste et compère de trente ans Bob Castella.

C’est cette préparation que filme Chris Marker. Elle permet de suivre la répétition des chansons, mais aussi, et surtout, le soin méticuleux qu’Yves Montand accorde à la préparation d’un spectacle dont il contrôle tout, de la vitesse de passage des accords de son pianiste à l’éclairage de la scène. Yves Montand nous parle aussi de ses convictions politiques, du Chili, de sa vie, le tout sur fond d’images d’archives et d’extraits de ses anciens ‘one man show’.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage