dans le même genre
  L'ALGERIE VUE DU CIEL
  LE PEUPLE DES FORÊTS
  UN VRAI FAUSSAIRE
  SECRETS D'HISTOIRE VOLUME 7...
  LA CAMÉRA EXPLORE LE TEMPS
  WHAT HAPPENED MISS SIMONE ?
  MON MAÎTRE D'ECOLE
  DEMAIN
  LES SAISONS
  WALT DISNEY L'ENCHANTEUR

du même éditeur
  KISS ROCKS VEGAS
  SAM AND DAVE : THE ORIGINAL...
  FALL OUT BOYS : LIVE IN PHO...
  KATERINE : BORDERLIVE
  CURTIS MAYFIELD AND THE IMP...
  BB KING LIVE : THE KING OF...
  MEAT LOAF : 3 BATS LIVE
  ZUCCHERO : ALL THE BEST
  THE JIMI HENDRIX EXPERIENCE...
  AMY WINEHOUSE : I TOLD YOU ...


Dernières Actus
  LA 4K ULTRA HD FÊTE LE FANT...
  CHICAGO FIRE SAISON 4 DISPO...
  LES CINÉMAS GAUMONT PATHÉ E...
  CYBERLINK LANCE UNE MISE À ...
  ENNEMI PUBLIC SAISON 1 EN C...
  SHADES OF BLUE SAISON 1 EN ...
  STAR TREK: BRIDGE CREW DISP...
  MARANTZ 2017 A/V NR1608 ET ...

Rock 'n' Roll Is Born

Genre Documentaire
Pays Etats-Unis (2008)
Date de sortie lundi 28 avril 2008
Durée 80 Min
Réalisateur Barry Barnes
Avec Bill Haley & His Comets, Pat Boone, Little Richard
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Allemand
Oui
Oui
Non
  Espagnol
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non
  Portugais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Arnaud Herpin
  Editeur   Universal music
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  80 min
  Nb Dvd  1
   
   

1, 2, 3 o’clock 4 o’clock rock ; 5, 6, 7 o’clock 8 o’clock rock ; 9, 10, 11 o’clock 12 o’clock rock ; were gonna rock ; around the clock tonight ! Qui n’a jamais entendu ces paroles mythiques ? La première chanson, l’origine du Rock ‘n’ Roll, le mouvement musical le plus important du 20e siècle. Barry Barnes nous emmène à la découverte du groupe ayant popularisé ce tube fondateur (et inoubliable pour tous les fans de la série Happy Days) : Bill Haley & His Comets.

The Rock is Born

L’invention du Rock ‘n’ Roll ! Quel est le point de départ ? Le morceau, le groupe pionnier ? Questions existentielles par excellence ! Aussi importante, en d’autres temps, que de savoir si la terre était ronde ou plate, le mystère se cachant dans les profondeurs du Loch Ness ou bien les mots susurrés à l’oreille de Zidane par Materazzi, un soir funeste de juillet 2006. Bill Haley & His Comets serait donc la réponse. On pourra toujours arguer que le rock était dans l’air du temps, contenu en germe dans les disques de « race music », enregistrés par les afro-américains et jugés indignes d’être diffusés à un public blanc, certains artistes jouant cette musique démoniaque sans que le nom fut encore trouvé. D’ailleurs Ike Turner, avant de se marier avec son punching-ball, n’aurait-il pas fait œuvre fondatrice avec  Rocket 88, chanté par Jackie Brenston, en 1951 ?

Mais bon, on ne joue pas à Question pour un Champion. Donc pas nécessaire de se triturer la cervelle pour donner une bonne réponse à Julien Lepers. Montons tout simplement à bord d’une DeLorean et fonçons vers les années 50 et tout spécialement cette fameuse année 1955, marquée par le succès de ce Rock Around the Clock. Un titre accompagnant la sortie d’un film, Blackboard Jungle (Graine de Violence, Richard Brooks), contant la montée de la violence au sein d’un lycée. La jeunesse américaine avait besoin d’hymnes fédérateurs pour son émancipation. Elle venait de trouver le premier.

Une petite leçon d’histoire fort sympathique. Le rock existait donc avant les déhanchements indécents d’Elvis ou les virtuosités pyrotechniques de Jerry. On suit les balbutiements d’un mouvement, que dis-je, d’une révolution, au travers de la destinée d’un groupe star pourtant retombé dans un relatif anonymat après l’arrivée des ténors du genre. Une succession d’extraits d’interviews agrémentés de quelques, hélas trop rares, passages musicaux. Des anciens Comets, mais également des témoins présents à cette époque, comme le légendaire (enfin pour les inventeurs du Hamburger) Pat Boone, ou bien des passionnés. Un joli petit panel pour nous aider à saisir l’importance et la popularité de ce groupe. On évite même le ton trop élogieux, si coutumier de ce genre de documentaire, et  on aborde le caractère un peu escroc d’Haley et on voit deux intervenants échangés des opinions opposées (ça paraît peut-être bizarre de le mentionner, mais est-ce si fréquent ?).


Le Rock ‘n’ Roll ne fera probablement jamais l’objet d’un questionnaire dans l’émission phare De France 3. C’est dommage, car avec ce documentaire, on prenait une petite longueur d’avance
.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 4/3 couleur
  Format Cinéma Sans objet
   
   

Beaucoup de photographies et quelques extraits musicaux d’époque. Une qualité d’image loin d’être exceptionnelle donc. Cela dit, rien de véritablement gênant pour la vision.



Le Son
 

Deux pistes proposées. Un dolby digital 5.1 et un dolby digital stéréo.

Une dynamique un peu fainéante pour le 5.1. Le documentaire étant surtout composé d’interviews, le son provient quasiment que de l’avant mais les voix sont bien distinctes et ne sont pas noyées par la musique passant en fond sonore. Quant aux extraits musicaux, ils semblent un peu étouffés. Leur écoute est préférable sur la piste stéréo qui livre des voix claires et bien mises en avant.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 18 min
  Boitier Amaray
   
   

Sur des menus kitsch et d’ « époque », des bonus inutiles.

-          Interviews. Passages non inclus dans le documentaire des différents intervenants.

-          Passages télé de l’émission Round up of Rhythm (Crazy Man Crazy ; Shake,Rrattle and Roll). Devant le peu d’extraits, pourquoi ne pas les avoir inclus dans le documentaire directement ?



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Extraits Musicaux