dans le même genre
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...
  RED DEAD REDEMPTION 2
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  SHADOW OF THE TOMB RAIDER
  LUIGI'S MANSION (3DS)
  DIVINITY : ORIGINAL SIN II

du même éditeur
  KINGDOM COME : DELIVERANCE
  KILLING FLOOR 2
  AGENTS OF MAYHEM


Dernières Actus
  JOHN WICK PARABELLUM : UNE ...
  LA BANDE ANNONCE OFFICIELLE...
  PREMIER AFFICHE OFFICIELLE ...
  ONCE UPON A TIME... IN HOLL...
  AVENGERS ENDGAME : DISNEY D...
  ALADDIN : LA BANDE ANNONCE
  DISPARITIONS DE LUKE PERRY ...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : L...

Dark Sector

Genre Jeux Vidéo
Pays U.S.A (2008)
Date de sortie lundi 12 mai 2008
Durée 600 Min
Plateforme Xbox360
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Jeu Critique de Pierre Dubarry
  Editeur   Kochmedia
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  600 min
  Nb Dvd  1
   
   

Dark Sector, projet annoncé depuis quelques temps déjà et ayant connus de nombreuses déboires, puisqu’à la base le jeu devait être un jeu d’infiltration, ce jeu d’action décomplexé déboule sur consoles de salons (PS3 et Xbox 360) pour le meilleur,et le meilleur seulement. Notre test Xbox 360 de Dark Sector, par ici…

Hayden, un agent secret qui a raté sa vocation…

Le jeu nous permet d’incarner Hayden Tenno, agent secret  dont la mission principale est de mettre fin aux expériences menées par un scientifique du nom de Mezner. Ce dernier ayant découvert une arme biologique dont il choisit pour cobayes des habitants d’une petite bourgade d’Europe de l’Est. Le seul soucis est qu’Hayden échoue complètement lors de sa mission, et entre en contact avec un virus qui l’emmènera vers une mutation inexorable…Le point de départ de l’histoire se trouve, très simple, le scénario de Dark Sector n’est qu’un simple prétexte du cahier des charges, et même s’il se montre classique dans le fond celui-ci se laisse suivre sans déplaisir. On notera simplement le manque de charisme du personnage de Hayden (ainsi que son facial qui n’inspire pas vraiment de capital sympathie…), ainsi que ceux des personnages plus secondaires… Bon, autant dire que ça commence assez mal pour un jeu qui se montre peu intéressant sur son scénario, mais n’oublions cependant pas que des hits tel que Gears of War ont exactement le même défaut, mais c’est bien là le seul reproche qu’on peut leur faire. Attaquons-nous donc au cœur du jeu en lui-même. Le virus infectant Hayden engendre donc chez lui une mutation physique, son bras ressemble plus à une patte qu’autre chose, sa force physique est décuplée, et ses doigts se voient affublés d’une sorte de shuriken appelé « glaive ». Devant se confronter à l’idée que mener sa mission à bout passe par le fait de laisser le virus l’infecter totalement, mais dans un autre temps celui-ci le mènera inexorablement vers la mort…Hayden prend le risque, et c’est ainsi que l’aventure débute.

Une Affaire d’influences

Le jeu alterne avec beaucoup d’influences vidéoludiques, tels que Gears of War ou bien Resident Evil, en piochant dans l’un une énergie incroyable dégagée lors des combats et pour l’autre cette aspect survival horror/action ainsi que le design des créatures. Des influences que le jeu utilise de très bonne façon, en nous permettant notamment l’utilisation du Shuriken qui se montre à lui seule, l’intérêt principal sur lequel repose le gameplay. Vous pourrez cependant  utiliser des armes à feu de type : revolver, fusils à pompe, mitraillette et autres grenades, mais d’une part celles-ci s’autodétruisent après un certains temps d’utilisation, et se montrent également moins jouable du fait d’un système de visée assez aléatoire mais surtout, beaucoup moins jouissives dans leurs utilisations que le glaive. En effet les développeurs ont ici mit en application la recette « des tripes farcies » au goût du jour, en nous assommant de litres d’hémoglobines à chaque mise a mort. Le glaive sert également à résoudre quelques énigmes ultra-simples, ou bien d’utiliser celui-ci avec des pouvoirs de type feu, glace et énergie pour débloquer votre progression. Concernant la maniabilité de Hayden, malgré quelques animations pas franchement réussies, l’ensemble est de très bonne facture, et fait furieusement penser aux déplacements d’un certains Marcus Fenix (Gears of War) ; il se déplace presque de la même façon, enjambe les obstacles, court de la même manière et sait se mettre à couvert comme ce dernier.

Quoiqu’il en soit, Dark Sector malgré l’utilisation du Glaive reste assez classique et linéaire, la faute à une progression facilitée par des ennemis possédant une I.A calamiteuse, un bestiaire peu varié et une impression de déjà-vu d’un niveau à l’autre renforcé par le fait que certains couloirs de différents niveaux se ressemblent étrangement…


Conclusion

Dark Sector n’est pas l’excellent jeu qu’il aurait pu être, mais en même temps nous nous attendions à bien pire le concernant. Classique sur le fond, et s’amusant à piocher chez d’autres productions de fort belle manière, on ne peut cependant pas lui reprocher d’être un sacré bon jeu d’action très efficace, et rien que pour ça si vous êtes un accro du genre, vous pouvez sauter dessus sans hésiter.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 720p
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
L'ensemble graphique de Dark Sector se montre de très bonne qualité, et nous offre des textures de tout premier choix. On regrettera cependant le fait que cette production se montre inconstante dans l'architecture des niveaux, variant peu d'un niveau à l'autre, et que certaines textures soient complètement à l'opposé en se montre d'une banalité affligeante. Les cinématiques à ce sujet sont tout simplement ratées, et se montre plus un calvers à passer qu'autre chose... On notera également des animations pas toujours parfaites, mais dans l'ensemble Dark Sector se montre tout de même plutôt réussis.

Le Son
 
D'un point de vue sonore, le jeu offre une piste Dolby Digital 5.1 de très bonne facture, jouant énormément sur les ambiances glauques, et notamment sur la scène arrière qui permet ici d'immerger le joueur au mieux. La dynamique d'ensemble se montre quand à elle de bonne qualité, le canal de grave sait se montrer présent quand il le faut, mais révèle parfois quelques grossièretés de mixage...Un bon ensemble sur la partie son, même si le jeu aurait pu se montrer un poil plus enjoué à ce niveau. Concernant les doublages, de qualité honorable dans l'ensemble, on se demande toujours l'utilité d'avoir voulu acoustiquement surjouer les cris de douleurs une fois un ennemi démembré...

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Dark Sector propose un mode multijoueurs, ici largement dispensable tellement il se montre anecdotique, le sujet ne s'y prêtant pas réellement. Le mode Infection désigne un joueur qui incarne Hayden, aux armes avec des militaires dont le but est de venir à bout de l'agent le plus rapidement possible; une fois celui-ci éliminé, le joueur ayant tué l'agent devient à son tour infcté et vice et versa....Le second mode épidémie, comparable au deathmatch classique révèle autant d'intérêt que le mode précédent. A essayer pour se forger un avis, mais l'adopter sera bien difficile.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage