dans le même genre
  LEGO JURASSIC WORLD (NINTEN...
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  F1 2019 EDITION LÉGENDES : ...
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...
  RED DEAD REDEMPTION 2
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...

du même éditeur
  L.A NOIRE
  WOLFENSTEIN 2 : THE NEW COL...
  PREY
  MAFIA 3
  XCOM 2
  SID MEIER'S CIVILIZATION BE...
  BORDERLANDS: THE HANDSOME C...
  EVOLVE
  SID MEIER'S CIVILIZATION BE...
  THE EVIL WITHIN


Dernières Actus
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  DISNEY BAT UN RECORD AVEC L...
  L'ULTIME BANDE ANNONCE DE "...
  ENCYCLOPÉDIE DES RÉPLIQUES ...
  WARNER DÉVOILE TITANS OF CU...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  THE GOOD FIGHT SAISON 2 EN ...
  PARIS AUDIO VIDEO SHOW 2019...

Borderlands 3

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2019)
Date de sortie vendredi 13 septembre 2019
Durée 999 Min
Plateforme Xbox One
Site Internet Site officiel du jeu
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Jeu Critique de Pierre Dubarry
  Editeur   2K Games
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Attendu depuis cinq longues années par les fans de la licence, Gearbox récompense enfin leur patience avec la sortie de Borderlands 3, désormais disponible sur PC, PS4 et Xbox One. Une suite attendue de pied ferme, mais qui fait le choix de prolonger l’expérience plutôt que de renouveler la recette originale.

La naissance de la licence Borderlands remonte à 2009. Le titre de Gearbox va rapidement s’imposer comme un incontournable. Un FPS aux mécaniques inspirées de l’univers RPG, avec une grosse composante de jeu coopératif, en ligne ou en local, une identité graphique cartoonesque avec n habillage cell-shading, le tout dans un univers apocalyptique avec des personnages tous aussi déjantés les uns que les autres… La licence Borderlands obtenait ses premières lettres de noblesse.

Il n’aura fallu attendre que trois années de plus pour voir débarquer Borderlands 2, qui sans révolutionner la recette, possédait au moins le mérite d’envoyer un certain nombre de punchlines devenues incontournables, et d’introduire le non moins mythique personnage de Jack. Un succès retentissant, complété par une ribambelle d’extensions, avant de voir arriver The Pre-Sequel en 2014.

Dans les vieux pots…


Autant dire que Borderlands 3 était attendu au tournant, et bien que le titre ne révolutionne pas la recette initiale, le mariage entre FPS, coop et RPG atteint son paroxysme. Bien que le scénario s’apparente une fois encore à une bonne grosse série Z ou l’objectif sera d’éliminer la secte des Descendants de l’Arche, et que le nouveau couple de grands méchant, les jumeaux Troy et Tyreen Calypso, n’aient pas le charisme du regretté Jack, nous n’en retrouvons pas moins ce qui a toujours fait le succès de la licence : un humour aussi potache que corrosif, à une époque ou peu de jeux s’accordent encore cette liberté. L’humour reste une composante indispensable de l’identité de Borderlands, et ce nouvel opus ne déçoit pas. Et ce même si certaines punchlines peuvent parfois être un peu lourdes à la longue.

Pour affronter le monde de Borderlands, le titre propose au joueur de choisir parmi quatre personnages. La classe artilleur ou plutôt artilleuse avec Moze, l’agent spécial Zane, la sirène Amara, et le robot « roi des bêtes » FL4K. Comme d’habitude, les points d’expérience glanés sur le terrain permettent de gagner des niveaux, et de débloquer de nouvelles compétences. Le point intéressant, c’est que cette évolution va dans le sens où le souhaite le joueur, selon son style et ses envies. Et puis il faut reconnaître que l’on prend toujours autant de plaisir à dézinguer des ennemis et boss tous aussi farfelus les uns que les autres, d’abord grâce aux excellentes sensations offertes par les phases de shoot, et forcément dans l’espoir de trouver du butin d’exception pour renforcer son arsenal.

On note d’ailleurs quelques petites nouveautés discrètes, comme la possibilité de changer de mode de tir ou de type de dégâts élémentaires sur certaines armes, sans oublier l’ajout de quelques nouveaux mouvements comme la glissade et l’escalade. Rien de révolutionnaire, soit, mais ce sont ces petits ajouts parmi tant d’autres, qui permettent d’offrir une expérience plus actuelle et dynamique.

Adieu Pandore

Il faut bien l’avouer, nous avions déjà suffisamment fait le tour de Pandore et ses contrées désertiques. Gearbox l’a bien compris, et si les premiers pas se déroulent de nouveau là-bas, ce troisième volet propose désormais de découvrir de nouvelles planètes. Pour passer de l’une à l’autre, il faudra d’ailleurs systématiquement repasser par le vaisseau Sanctuary, l’occasion du même coup de croiser quelques vieilles connaissances qui font également partie de l'aventure, telles que l'incontournable robot de maintenance dézingué Clap-Trap, mais aussi Lilith, Tannis, Earl, etc.

Chacune de ces contrées possède une identité propre : les environnements urbains et futuristes de Prométhée, la jungle verdoyante d’Eden-6, les terres désolées de Nekrotafeyo ou les paisibles paysages asiatiques d’Athénas. Une multiplicité d’environnements agréablement rafraîchissante, qui permet de renouveler régulièrement l’intérêt, d’autant plus que ces planètes offrent elles aussi plusieurs zones de taille généreuse, et une verticalité appréciable de certains niveaux.

Conclusion


Borderlands 3 n’est pas là pour réinventer la roue, mais finalement, est-ce bien cela que les fans de la licence attendaient ? Pas totalement. Pour autant, Gearbox est parvenu à la fois à conserver ce qui a fait le succès de la licence, tout en apportant diverses améliorations bénéfiques en termes de jouabilité, de mécaniques de jeu et d’environnements. Un plaisir coupable et toujours aussi addictif, en solo comme en coop.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo Ultra HD 2160p
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
Bien que les Borderlands n'aient jamais été de véritables démos techniques, le style cell-shading et une direction artistique superbe ont toujours suffit. Cette fois-ci, les choses sont un peu différentes, dans le sens ou le jeu passe sur le moteur Unreal Engine 4. Les textures sont plus fines, la modélisation plus détaillée, et la palette de couleurs est beaucoup plus riche et vibrante qu'autrefois. Une vraie cure de jouvence. Dommage par contre que les développeurs n'aient pas pris plus de temps pour l'optimisation, le choix du mode Qualité pour obtenir un rendu 4K 30fps se traduit assez souvent par un plantage pur et simple de la Xbox One X. Mieux vaudra donc privilégier le mode Performance (1080/60fps) en attendant que Gearbox déploie un correctif.

Le Son
 
La bande-originale n'a rien d’exceptionnelle en soi, les partitions sont très discrètes et assez répétitives. La bande-son du jeu est revanche nettement plus attrayante, que ce soit le bruit des armes, et un sound-design particulièrement pêchu en multicanal, Borderlands 3 en offre pour son pesant de pop-corn. La qualité des doublages français est encore une fois à souligner, et n'a pour ainsi dire absolument rien à envier à la version anglaise.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Entre la trame principale et les quêtes secondaires, comptez une cinquantaine d'heures pour venir à bout de Borderlands 3. Mais la fin d'un Borderlands, ça rime souvent avec nouvelle partie et loot. Cet opus ne fait pas exception à la règle, et propose le mode Chasseur Ultime, qui permet de recommencer le jeu avec des ennemis plus nombreux, plus coriaces, et qui offrent de plus de chance de tomber sur des objets de rang légendaire. Des DLC devraient également venir compléter le tableau, le premier devrait d'ailleurs arriver dès la fin d'année.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage