dans le même genre
  DRAGON BALL FIGHTER Z
  STAR WARS BATTLEFRONT 2 (4K...
  LEGO MARVEL SUPER HEROES 2 ...
  POKEMON ULTRA LUNE
  L'INFERNAL PROGRAMME D'ENTR...
  L.A NOIRE
  SUPER MARIO ODYSSEY
  WOLFENSTEIN 2 : THE NEW COL...
  JUST DANCE 2018
  LA TERRE DU MILIEU : L'OMBR...

du même éditeur
  JUST DANCE 2018
  JUST DANCE 2017
  THE DIVISION
  JUST DANCE 2016
  FAR CRY 4
  ASSASSIN'S CREED UNITY
  JUST DANCE 2015
  WATCH_DOGS
  ASSASSIN'S CREED : BLACK FL...
  JUST DANCE 2014


Dernières Actus
  LA RÉALITÉ VIRTUELLE 5D AU ...
  DISNEYLAND PARIS ANNONCE UN...
  LES PROCHAINS FILMS RESTAUR...
  NEW YORK UNITÉ SPÉCIALE SAI...
  TEST : SONY UBP-X700 LECTEU...
  DISNEY ART CHALLENGE SAISON...
  SYMPHONIE POUR UN MASSACRE ...
  PORTRAIT DE MARIANNE FAITHF...

Rainbow Six : Siege

Genre Jeux Vidéo
Pays CAN (2015)
Date de sortie mardi 1 décembre 2015
Durée 999 Min
Plateforme PS4
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Jeu Critique de Pierre Dubarry
  Editeur   Ubisoft
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Reléguée au second plan depuis quelques années maintenant au profit de franchises plus en vogue (Watchs Dogs, Far Cry, Assassin's Creed), la célèbre franchise Rainbow Six fait son grand retour sur consoles et PC. Longtemps attendu, ce nouvel épisode remplira-t-il toutes les attentes ?

Rainbow Six c'est avant tout une histoire de souvenirs pour tout Pciste qui se respecte. Une époque bénie ou d'un côté les adorateurs de la saga Tom Clancy's défendaient bec et ongle leur bébé face au SWAT de Sierra, autre mastodonte du genre. Des parties endiablées en local, l'odeur des chaussettes mélangée à celle des pizzas, sodas à volonté...Nostalgie quand tu nous tiens ! (excepté pour les chaussettes). Rainbow Six est arrivé plus récemment sur consoles, au milieu des années 2000 avec une orientation plus blockbluster avec Rainbow Six Vegas, suivi en 2008 par un second épisode. Néanmoins, Rainbow 6 semblait avoir troqué son approche FPS tactique au profit du spectacle. Nous nous retrouvions avec un jeu plaisant à jouer certes, mais plus proche d'un FPS type Call of Duty que d'un vrai « R6 ». Pour Rainbow Six : Siege, Ubisoft se devait donc de revoir sa copie, et se démarquer suffisamment de ses autres concurrents. Le résultat est assez intéressant…

Une nouvelle approche exclusivement multi :

À l'heure ou Battlefield ou Call of Duty proposent des campagnes solos très minimalistes, le principal intérêt de ce type de jeu dans la durée restant le multijoueur, Ubisoft Montréal fait le choix de ne proposer aucune campagne solo mais uniquement un mode Situations. Même s'il paraît dispensable, le mode permet de saisir les différentes possibilités offertes par le jeu, et du même coup glaner quelques points d'XP et des crédits qui vont serviront en multi. Le choix est discutable, mais sur le fond, le résultat l'est beaucoup moins.

Vous l'aurez compris, l'accent a donc été mis sur le multijoueur. R6 propose 2 modes de jeux : le Matchmaking qui permet d'affronter une autre équipe en simple ou classé (niveau 20 minimum), et Chasse aux terroristes qui propose de s'allier à d'autres joueurs contre l'IA dans des missions un brin scénarisées. En multi, deux classes de personnages sont proposées : Assaillants et Défenseurs. Les Assaillants devront mener l'assaut dans des missions qui ont pour objectif de désamorcer une bombe ou sauver un otage, le rôle des Défenseurs étant de protéger leur précieux butin. Pour mener ces missions à bien, outre le traditionnel SWAT, Rainbow Six propose d'incarner des membres d'autres unités anti-terroristes : GIGN français, SAS britannique, GSG allemand et les Spetnaz russes. Chaque membre de ces unités possède d'ailleurs ses propres traits et spécificités en fonction de sa classe, notamment en matière d'armes et gadgets utilisables.

En tout et pour tout, au lancement le jeu propose 20 opérateurs, 10 en attaque et 10 en défense, qu'il faudra débloquer via les crédits glanés en multi. Ubisoft propose des achats in-game pour que les moins patients puissent obtenir plus rapidement des réserves de crédits pour obtenir plus rapidement l'ensemble des opérateurs et des améliorations d'armes, des boosters d'expérience et des skins pour les armes, mais rien de très intrusif pour l'instant. D'autant plus que l'on peut saluer l'initiative de proposer l'ensemble des futurs DLC gratuitement à tous les joueurs, avec au programme courant 2016 l'arrivée de nouvelles cartes et opérateurs.

Réalisme et travail d'équipe :

Une fois la partie lancée, on se rend très rapidement compte que les développeurs ont souhaité davantage se rapprocher sur le fond d'un Counter-strike que d'un COD ou Battlefield, même si la comparaison est un poil télescopée. En matière de gameplay, ce Rainbow Six joue d'ailleurs davantage la carte du réalisme, une notion qui se traduit par une certaine lenteur dans les déplacements, ne comptez donc pas vous échapper d'une situation en courant à la Usain Bolt. Un point renforcé par l'absence de respawn ; le jeu propose néanmoins de continuer à aider ses coéquipiers en localisant les ennemis depuis les caméras de surveillance et les drones. Cela force insidieusement le joueur à poser son jeu et à réfléchir non pas en solo, mais en équipe pour coordonner les attaques, ou au contraire empêcher l'équipe adverse d'atteindre son objectif.

C'est d'autant plus important que les cartes offrent un fort potentiel de destructibilité, une notion qui amène une profondeur de gameplay particulièrement intéressante, et un intérêt stratégique tout particulier. Pour l'équipe qui mène l'assaut, les portes, fenêtres, barricades, trappes et certains murs sont autant de points d'entrées pour ouvrir des brèches dans les défenses ennemies, l'occasion d'échafauder certaines stratégies en équipe, par exemple scinder le groupe en deux, un premier situé à l'intérieur et l'autre à l'extérieur descendant en rappel (la classe). Quant à l'équipe adverse, elle devra rapidement définir les faiblesses de la pièce, et la protéger au mieux des assaillants en renforçant au préalable certains murs, puis en posant des barricades et des pièges sur les portes et fenêtres pour ralentir ou stopper la progression de l'ennemi. L'occasion de se rendre (rapidement) compte que se barricader à 4 ou 5 dans une même pièce est rarement une bonne stratégie, mais l'occasion d'offrir un joli tir groupé à ses adversaires.

Il faudra également prendre en considération l'excellent moteur physique du jeu, certaines surfaces comme les cloisons en bois ou placo laissent par exemple traverser les balles comme dans du beurre. Être aux aguets et avoir les yeux partout est une chose, mais il faut également signer l'excellent travail réalisé en matière de sound-design. Les bruits de pas, les craquements et les barricades sont autant d'indices qui indiquent la présence plus ou moins proche de l'ennemi, on soulignera d'ailleurs la notion de verticalité sonore, la différenciation entre un bruit de pas à l'étage au-dessus ou en dessous est nettement audible, même chose pour les explosions ou les barricades enfoncées.

Conclusion :

Après s'être égaré durant quelques années, Rainbow Six embraye un retour aux sources bénéfique. On pouvait craindre que l'approche exclusivement multijoueur vienne en partie gâcher l'expérience, pourtant il n'en est rien, c'est même tout le contraire. Plus réaliste, mature et exigeant que la concurrence, Rainbow Six Siege parvient à se faire une place relativement unique dans le paysage des jeux multi ou le succès passe bien souvent par le travail d'équipe et des stratégies coordonnées. Il reste maintenant à définir si l'éditeur tiendra ses promesses de gratuité dans la durée, si le nombre d'opérateurs reste correct, le besoin de cartes supplémentaires ne tardera pas à se faire ressentir. Pour l'heure, Rainbow Six : Siege est une excellente cuvée et une surprise qui dépasse assez largement nos attentes.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 1080p
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
D'un point de vue graphique, tout en affichant un solide moteur physique (principal atout du jeu), des textures propres, quelques effets d'éclairages intéressants et une belle modélisation des opérateurs, ce nouveau R6 reste finalement assez sage. L'affichage reste toutefois parfaitement stable en toutes circonstances, et pour un jeu en multi, c'est finalement le plus important. L'optimisation avant tout !

Le Son
 
Le sound-design de Rainbow Six : Siege est assurément l'un des plus brillants du genre. L'aspect sonore prend une importance capitale dans le jeu, outre les bruits d'explosifs et le réalisme des coups de feu et impacts, la notion de verticalité se traduit par un bon étalage des différents bruits entendus. Pour réussir, il faudra autant faire confiance à votre ouïe qu'à votre vue, si ce n'est plus encore.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Le jeu propose 3 modes de jeu : Situations qui fait office de tutoriel solo, puis Matchmaking et Chasse aux Terroristes pour le multi. À première vue cela paraît un brin limite, néanmoins le challenge est suffisamment intéressant sur la durée, en particulier la possibilité de varier les approches en fonction des niveaux et de l'objectif visé.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage