Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus





dans le même genre
  RONNIE WOOD : SOMEBONY UP T...
  ROLLING STONES STEEL WHEELS...
  QUEEN + ADAM LAMBERT LIVE A...
  DEF LEPPARD HITS VEGAS LIVE...
  ZZ TOP : THAT LITTLE OL' BA...
  THE ROLLING STONES : BRIDGE...
  SLASH FEATURING MYLES KENNE...
  TOTO 40 TOURS AROUND THE SU...
  ROLLING STONES : VOODOO LOU...
  ROLLING STONES FROM THE VAU...

du même éditeur
  PICCOLO, SAXO ET CIE
  MADONNA, L'INNOCENCE PERDUE
  ALDEBERG EN CONCERT
  VÉRONIQUE SAMSON : COMME IL...
  NEW YORK UNDERCOVER : LIVE ...
  LA VIE DES PREMIERS HOMMES
  DANS LA PEAU DE JAQUES CHIR...
  PAUL MC CARTNEY : THE SPACE...
  DANIEL PREVOST :PARIS WORLD...
  AMAZON (IMAX)


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

Led Zeppelin : How the west was won (DVD audio)

Genre Rock
Pays Usa (1972)
Date de sortie lundi 10 novembre 2003
Durée 150 Min
Avec Jimmy Page, Robert Plant, John Paul Jones, John Bonham
Producteurs Jimmy Page, Mix original : Eddie Kramer, Mix DvD Audio : Kevin Shirley
Compositeur Led Zeppelin
Format Dvd 9
Site Internet Site relatif
Informations
Complémentaires
Ce DvD Audio est lisible par tous les lecteurs car il contient deux pistes Dolby Digital (2.0 et 5.1) en complément des pistes spécifiques aux lecteurs de DvD Audio.
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Johan Belleville
  Editeur   Warner vision
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  150 min
  Nb Dvd  2
   
   

How The West Was Won
Sorti en même temps que le coffret double DvD (vidéo) du groupe, How The West Was Won est une compilation tout à fait inédite de morceaux live de Led Zeppelin. Les titres sont piochés lors de deux concerts distincts : Los Angeles Forum (25 juin 1972) et Long Beach Arena (27 juin 1972). C’est donc officiellement la toute première fois que sont édités ces enregistrements.


Des titres courts très rock
La folie Zeppelinienne qui est caractérisée par une musique puissante et efficace sur des morceaux d’une courte durée est perceptible dès les premières minutes. Que dire du monstrueux enchaînement de «  Immigrant Song », « Heartbreaker » et « Black Dog ». C’est excellent, presque extra terrestre ! « Rock And Roll » remet le feu aux poudres après la demi heure de « Whole Lotta Love ». Fantastique !


Et des versions...longues
Tous les morceaux les plus connus du groupe sont présents. Mais la surprise vient de leur durée. Les versions de «  Dazed And Confused » (25 min), « Whole Lotta Love » (23 min) et « Bring It On Home » sont gigantesques. « Whole Lotta Love » contient de superbes moments de solos ou d’improvisations folles. Le groupe inclut des extraits de morceaux de John Lee Hooker (Boogie Chillum), Jerry Leiber (Let's Have A Party), Gene Pitney (Hello Marylou) et James B. Oden (Going Down Slow). On se rend alors vraiment compte du très bon potentiel musical des ces quatre gars. On regrettera peut être le trop long moment du solo de batterie « Moby Dick » (19 min), un peu pompeux et pas indispensable.


John et John Paul : discrétion et efficacité.
La rythmique de Led Zeppelin est assurée par le bassiste, John Paul Jones, et le batteur irréprochable John Bonham. Contrairement aux deux autres, ils évoluent tout en discrétion. Par contre, musicalement ça déchire. Ils ont pour but de maîtriser les interventions démentes Jimmy Page. Parfaitement synchrones, il peuvent à tout moment changer de rythme et tiennent la machine en route.


Jimmy et Robert : la locomotive du groupe
Ces deux là apportent la « touche » spéciale au groupe. Robert Plant a toujours eu une voix exceptionnelle. C'est d'ailleurs encore encore le cas aujourd'hui. Une voix qui transcende littéralement chaque titre, criarde et à la limite de la rupture mais toujours maîtrisée. Jimmy Page est le maître à jouer du groupe, toujours inspiré et en quête de nouveaux solos. Rappelez vous lorsqu’il interprétait « Dazed And Confuded » avec un archet de violon. Ces deux entités font le coté si décadent et fou du groupe.


Le tracklisting
DvD 1
LA Drone / Immigrant Song / Heartbreaker / Black Dog / Over The Hill And Far Away / Since I've Been Loving You  / Stairway To Heaven  / Going To California / That's The Way  / Bron-Yr-Aur Stomp / Dazed And Confused.


DvD 2
What Is And What Should Never Be  / Dancing Days  / Moby Dick  / Whole Lotta Love (Medley)  / Rock And Roll  / The Ocean  / Bring It On Home.


En conclusion
Si vous ne devez posséder qu’un seul DvD Audio, ça doit être celui ci. Les morceaux sont tous exceptionnels. Le son est excellent, plein de dynamisme. A acquérir sans hésitation.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo Sans objet
  Format Cinéma Sans objet
   
   
Des photographies défilent lors de la lecture des titres. Mieux vaut éteindre et écouter seulement le son.

Le Son
 

Pcm 2.0 (48 Khz - 24 Bit)
La piste Pcm du DvD Audio permet d’obtenir bien plus de richesse sonore que le rendu du Cd. Dès l’insertion du DvD - A, on se rend compte de la puissance et de la profondeur des basses. Pour un enregistrement aussi vieux, c’est assez fantastique. La voix de Robert Plant est plus détaillée, plus tranchante (Stairway To Heaven, Heartbreaker, Whole Lotta Love). Parfois on se prend à imaginer un duo entre Robert et Janis Joplin tant les voix sont proches. Le master audio est très propre, sans souffle où autres parasites. Les solos de guitares de Page n’ont jamais été aussi nets. Serait il juste devant nous entrain de jouer ? Non mais  le sentiment d’assister au concert vous envahit rapidement. Le son des guitares de Page est brut, pris sur le vif comme sur tous les morceaux qui contiennent des passages semi acoustiques (Going To California).


Pcm 5.1 (48 Khz - 24 Bit)

Led Zep en 5.1, qui l’aurait cru il y a encore trente ans. L’avantage du DvD Audio est de fournir de pistes 5.1 en Pcm plein débit, chose que l’on ne voit jamais sur un DvD Vidéo car très gourment en place. L’intérêt de cette piste et donc d’apporter un flux de haute qualité sur chacune des enceintes. A la première écoute, on se surprend a se focaliser d’avantage sur un instrument : la basse. On n’a tout simplement jamais entendu le mix de John Paul aussi bien. Les basses qui sortent du caisson sont graves et dynamiques. Prévenez vos voisins car une écoute forte vous fera profiter au maximum de ce fabuleux rendu. La voix de Robert est un peu plus en avance sur les frontale alors que la batterie gagne en ampleur. Les solos sont fantastiques est sont mis en valeur par la rythmique qui est détachée du mix de la guitare de Page. Bref, un rendu complètement dingue par rapport au Cd Audio. Cela n’a plus rien à voir. Exceptionnel.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Digipack
   
   

Aucun bonus ! Dommage, on aurait aimé une petite vidéo d’époque.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage