dans le même genre
  NEED FOR SPEED HOT PURSUIT ...
  MAFIA : DEFINITIVE EDITION
  JUMANJI : LE JEU VIDÉO (NIN...
  BORDERLANDS 3
  LEGO JURASSIC WORLD (NINTEN...
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  F1 2019 EDITION LÉGENDES : ...
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3

du même éditeur
  SONIC BOOM LE FEU ET LA GLA...
  SONIC & ALL-STARS RACING TR...
  SONIC & ALL STARS RACING TR...
  BAYONETTA
  CONDEMNED 2 : BLOODSHOT
  GHOST SQUAD
  VIRTUA FIGHTER 5
  AFTER BURNER BLACK FALCON
  FULL AUTO 2 : BATTLELINES
  VIRTUA TENNIS 3


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

SEGA Superstar Tennis

Genre Jeux Vidéo
Pays Japon (2008)
Date de sortie vendredi 28 mars 2008
Durée 999 Min
Plateforme Xbox360
Informations
Complémentaires
Egalement disponible sur Wii, DS, PS2 et PS3
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non

Le Jeu Critique de Cyril Lequy
  Editeur   SEGA
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   

    Héros de la période SEGA, nous voilà. Quel plaisir de retrouver condensé dans un jeu, tous les héros de la célèbre firme nippone. Connaissant le succès de Nintendo dans le domaine des jeux ludiques, les autres ont aussi envie de se taper la part du gâteau, et SEGA a décidé de prendre une sauce qui a déjà fait ses preuves. Seulement, il ne suffit pas de reprendre un concept sympathique, mais il faut surtout que le tout soit fun et accessible. Alors, SEGA super Star Tennis a-t-il réussit ce tour de force ?

1er Set :

    Il est vrai que les titres de tennis sur console ne sont pas légion. Pour ce qui est de la petite boîboîte à Billou, Top Spin et Virtua Tennis se partageaient la part du lion, et SEGA a décidé de fournir un titre original afin de proposer un peu plus de loufoquerie sur nos bonnes vieilles consoles. Le but est simple, gagner les matchs proposés afin de s’éclater à fond avec les petites starlettes de big S.
    Et pour jouer, tout le monde peut participer sans difficulté, on se déplace aisément, et il n’y a que deux touches pour frapper la balle, il est donc inutile de dire qu’on ne peut faire plus simple. Et comme les développeurs ont un peu d’expérience dans le domaine tennistique (Virtua Tennis !), ils ont eu la bonne idée de reprendre quels phases de jeu qui permettaient à tous les joueurs d’accéder facilement à ce genre de soft : le système de service a été conservé où le joueur appuie sur le bouton de frappe, une jauge se remplie et il doit appuyer de nouveau sur celle-ci au bon moment afin d’effectuer le service le plus puissant possible. Le système de frappe a aussi été conservé : pour fournir une frappe puissante, le placement est important, mais il faut aussi appuyer longuement dans la direction voulue. De plus, lorsque le joueur joue en double, il a la possibilité de donner l’ordre au deuxième personnage, contrôlé par l’intelligence artificielle (IA), d’aller au filet, de se mettre en fond de court ou de rester entre les deux. Cette petite option est d’ailleurs très pratique car l’IA est assez énervante en allantsur toutes les balles, empêchant ainsi le joueur de partciper. Pour finir, une attaque spéciale est attribuée à chaque personnage permettant de frapper la balle de manière originale. Malheureusement, cette attaque n’est pas toujours déterminante, mais elle permet surtout de déconcentrer l’adversaire pour ensuite lui asséner le coup de grâce. Le gameplay se veut donc très accessible avec quelques subtilités permettant à chacun de s’y retrouver. Le 1er set est donc remporté haut la main par SEGA.

2ème Set :

    Mais pour fournir un maximum de fun, il faut aller plus loin qu’une jouabilité accessible, il a donc fallu que les développeurs se concentrent sur les possibilités offertes dans les parties, sur l’univers proposé mais aussi sur les protagonistes. Et ils ont su utiliser de la meilleure des manières, les figures emblématiques de SEGA : que ce soit Sonic, Tails, Dr Eggman, Ulala, Aïaï de Super Monkey Ball, Amigo de Samba de Amigo ou Alex Kid ( !), leur maniement diffèrent en fonction de leurs caractéristiques. Ainsi, Sonic sera un joueur plutôt rapide alors que Nights sera un joueur complet mais volant au-dessus du terrain. Beat, personnage issu de Jet Set Radio, se déplace sur des rollers d’où une identification forte pour chacun des personnages qu’il est possible d’incarner. Grâce à cela, on retrouve parfaitement les icônes, sans qu’elles soient dénaturées, et chaque terrain est à l’image de chacune de ces icônes. On retrouve donc un univers avec des anneaux et des loopings dans celui de Sonic, un terrain féérique pour Nights, un terrain hors du temps, assez fantastique pour Channel 5, etc. Même les musiques et les bruitages sont reproduits fidèlement. On ne peut que féliciter le rapprochement réussi des différents héros et de leur monde respectif, mais cela continue avec les musiques qui renvoient le joueur dans ces jeux qui ont bercés la bonne période de SEGA mais aussi la moins bonne. Celles-ci sont entrainantes et donnent du peps aux parties endiablées. Il ne reste plus qu’à découvrir les différents modes de jeu rencontrés afin de décider si oui ou non cette petite galette vaut réellement le coup.

3ème Set où les échanges se font à grands coups de pelle…

    Certes, le joueur pourra toujours chercher un mode histoire, car celui-là n’existe pas, mais en même temps, une combinaison de toutes ces stars ne facilite pas les choses. Alors pour faire plaisir aux joueurs solitaires, mais aussi aux autres, un mode Superstar est accessible où le joueur doit participer à différents mini-jeux voir même quelques petits matchs. Le tout est proposé selon différents thèmes, en l’occurrence les stars de la firme. Ainsi, dans celui de Puyo Puyo Fever, le joueur devra abattre des murs de Puyos, dans Virtua Cop, il faudra servir sur des cibles mouvantes ou non, etc. Chaque mission propose un petit challenge plus ou moins difficile où tout le monde y trouve son compte. Le jeu est ainsi doté d’une bonne durée de vie mais avec une difficulté mal ajustée: dans certains tournois, le premier match est un vrai tour de force alors que les suivants sont une vraie balade de santé.
    A côté de ce mode originale, on retrouve d’autres modes qui le sont un peu moins, mais indispensables : il y a les matchs en simple ou en double, les tournois où le joueur doit gravir les échelons pour montrer qui est le patron et le mode Live où le joueur peut effectuer des matchs en simple ou en double, des tournois mais il peut aussi avoir accès à un classement de tous les joueurs de SEGA Superstar Tennis.

And the winner is...

    Et oui, ce joli petit opus fait plaisir à voir et à prendre en main. Même s’il existe quelques petits problèmes lors de frappes dans le vide alors que le personnage était au bon endroit, cela n’empêche pas le joueur d’avoir envie de continuer à mettre des raclées à cette fichue balle qui en demande toujours autant. Les univers colorés sont très plaisant et la couleur de la balle est à chaque fois adaptée permettant une bonne visibilité lors des matchs. On pourra peut-être regretter la manière d’exécuter un lob ou un amorti car le joueur doit faire une manipulation un peu étrange pour l’exécuter. L’attribution d’une touche pour chaque coup aurait été plus judicieux, mais ce n’est pas très grave dans le fond car SEGA Superstar Tennis est une vraie bouffée d’air frais qui change un peu des sempiternels FPS qui prolifèrent sur nos consoles. Il n’y a donc aucunes hésitations à avoir face à cette jolie surprise sauf si vous êtes en manque de simulation sportive.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
    
    L’aspect graphique est un vrai plaisir où chaque court proposé est en rapport avec son personnage : Sonic, Golden Axe, Alex Kid, Puyo Puyo Fever, etc. L’univers coloré est un vrai régal pour les yeux et la transformation des différents protagonistes amène à des animations réussies qui ponctuent les rencontres. L’aspect graphique se veut donc un peu cartoon mais vraiment plaisant à voir.

Le Son
 
   
    Même s’ils n’ont rien de révolutionnaire, les bruitages collent parfaitement au jeu. De plus, les musiques reprises dans les incontournables de SEGA donnent du punch au titre, qui n’en manquait pas pour autant.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
    
    Entre les stars à débloquer, les musiques, les courts ou les minis jeux à finir, le joueur en a pour un bon petit moment avant d’avoir tout terminé. A côté de cela, le mode Live remplit toujours aussi bien son contrat avec de bonnes petites parties entre personnes réelles.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage