dans le même genre
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...
  RED DEAD REDEMPTION 2
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  SHADOW OF THE TOMB RAIDER
  LUIGI'S MANSION (3DS)
  DIVINITY : ORIGINAL SIN II

du même éditeur
  DIRT RALLY 2.0
  F1 2018 (4K HDR)
  F1 2017
  DIRT 4
  DIRT RALLY
  FALLOUT 4
  F1 2015
  F1 2011
  BODYCOUNT
  OPERATION FLASHPOINT : RED ...


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

F1 2016

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2016)
Date de sortie vendredi 19 août 2016
Durée 999 Min
Plateforme Xbox One
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Jeu Critique de Frédéric Beaufrere
  Editeur   Codemasters
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Alors que la F1 télévisuelle s’aseptise d'année en année et que tout suspens est rongé par une réglementation qui se cherche rendant le spectacle dispensable, l'inverse semble se produire chez Codemasters qui nous propose une livrée exceptionnelle de sa licence de Formule 1 testée ici sur Xbox One.

Depuis quelques années, Codemasters propose annuellement son titre de F1 sur consoles et PC, s'adaptant aux nouveaux circuits, écuries et pilotes, mais aussi aux changements de réglementation et n'a de cesse de vouloir améliorer la franchise. C'est parfois heureux avec l'apparition en 2013 par exemple d'un mode classique qui permettait de piloter les bolides des années 1990, mode qui a disparu depuis, tout comme le mode carrière était absent du dernier opus en 2015.

Du renouveau qui fait plaisir
Mais 2016 semble être une très bonne année avec un cru qui non seulement signe le grand retour non pas d'un mais de deux modes carrière (l'un classique ou vous devez faire vos preuves, l'autre pro dans lequel vous devez prouver que vous êtes toujours une légende) pouvant s'étaler sur 10 saisons !! Mais c'est également l'occasion pour le studio de développement de proposer d'autres évolutions conséquentes.



A titre d'exemple, on trouve la gestion complète du tour de chauffe et de mise en grille, avec nécessité de maintenir la température des pneus et des freins à un niveau optimal avent le départ. La gestion du départ de la course aussi l'objet d'un travail approfondi avec une commande de débrayage qui permet d'optimiser la procédure de départ pour bondir hors de la grille dès que les feux éteignent. Mais gare au fausses manœuvres ou au départ anticipé.

De l'action à chaque instant
En course, la gestion totale de la voiture de sécurité palpable et réelle est aussi de mise, ce qui ajoute au spectacle mais contraint aussi les véhicules à maintenir un certain écart et rythme, sous peine de pénalité. C'est aussi le moment pour les écuries de tenter des changements de stratégies et le pilote averti par radio a le choix d'opter pour la nouvelle stratégie ou conserver l'ancienne.

F1 2016 c'est aussi la gestion de la voiture de sécurité virtuelle cette fois, pour les incidents mineurs, également avec signalétique et contraintes de rythme. On découvre aussi avec bonheur l'intégration de programmes de développement des véhicules aux weekends de course. ceci permet de transformer les essais libres, jadis soporifiques, en véritables courses contre la montre pour mener à bien des tests divers tant sur la reconnaissance du circuit (passage de portes virtuelles pour maitriser les trajectoires), que sur les pneus (effectuer plusieurs tours en limitant la dégradation des gommes) que sur les performances (compléter plusieurs tours en deçà d'un temps cible).

Ces programmes de développement à mener pendant les sessions d'essais libres permettent de glaner des points de récompense qui peuvent alors être dépensés en recherche et développement pour faire évoluer la monoplace, qu'il s'agisse d'amélioration aérodynamique, de moteur, de fond plat, de châssis, etc. Des améliorations livrables dès le week-end de course suivant. Le plaisir de jeu s'en voit est décuplé et on ne peut que saluer l'initiative de Codemasters qui nous offre un spectacle vidéo ludique grandement amélioré grâce à ces ajouts.

Des retouches bienvenues
Et ce ne sont là que les grosses nouveautés. Le jeu est truffé de pépites à découvrir, comme la nouvelle interface d'échange avec les stands désormais plus intuitive et dont les menus sont plus simples d'accès en pleine course. On se réjouit aussi de la gestion dynamique de la stratégie de course de la part de votre écurie qui, en pleine épreuve, peut vous proposer d'essayer une nouvelle stratégie. On peut d'ailleurs accepter ou décliner vocalement comme tous les autres échanges verbaux qui permettent de s’enquérir de l'état de la voiture, des pneus, du carburant, de la course ou des pilotes devant ou derrière (si on dispose de Kinect, bien évidemment).



Depuis le volant ou la manette ont peut toujours modifier plus intuitivement la richesse du mélange de carburant, régler l'équilibrage des pneus, demande plus ou moins d'appui aéro au prochain arrêt et indiquer sa préférence de gommes pour le prochain pit-stop. Autre amélioration : les défis face-à-face, proposés au cours du championnat, vous proposent de vous mesurer à un autre pilote pendant une partie de la saison. Les résultats sont comparés entre les deux pilotes et ce challenge supplémentaire donne une fois de plus un objectif secondaire à votre épopée sportive. Un moyen de vous mettre la pression et vous obliger à redoubler d'efforts pour briller aux yeux du monde.

Toutes ces nouveautés et ajustements viennent s'ajouter à un gameplay tout aussi efficace et accessible que part le passé puisque tout est paramétrable comme dans le dernier opus : difficulté à plusieurs niveaux, durée des week-ends, assistances, sévérité de certaines règle, etc. On retrouve la licence maitrisée par Codemasters dans une mouture plus aboutie, plus complète, plus vivante.

CONCLUSION
F1 2016 est donc synonyme avec renouveau. Le titre n'a de cesse de tenir le joueur en éveil. L'intégration du tour de formation, de la gestion intégrale de la voiture de sécurité et des programmes de développement apportent le degré d'immersion qui manquait aux précédents volets de la franchise. Le retour du mode carrière est aussi un pur bonheur. S'il ne faut acheter qu'une version F1 de Codemasters, foncez sur celle de cette année qui est un recueil de savoir faire et satisfera toutes sortes de pilotes vidéo ludique, du débutant au confirmé.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 900p
  Format Cinéma 1.78:1
   
   
Servi en 900p contre 1080p sur PS4, le titre affiche une image propre, mais que le studio devra pousser plus avant dans les versions futures (oserait-on rêver d'une version 4K débarquant un jour sur la Xbox Scorpio ?) L'interface du jeu est propre et rapide. Les chargements sont courts et le rendu des scènes interactives avec votre manager ou ingénieur sont suffisamment peaufinés pour mettre dans l'ambiance. Le moteur du jeu donne un résultat fluide mais splendide, quelle que soit la météo. Quelques didacticiel vidéo permettent de connaître la plupart des nouveautés de cette version 2016 et d'appréhender de la bonne façon les tours sous voiture de sécurité, les règles de gestion des files lorsqu'on est derrière celle-ci, les règles de retour au stands etc.

La saison 2016 est bien évidemment totalement restituée avec ses 22 pilotes, 11 écuries et leurs équipes modélisés et les 21 pistes dont le tout nouveau circuit d'Azerbaijan à Baku. Quelques avatars (pas assez nombreux) sont proposés au joueur pour incarner un pilote fictif auquel on donne un nom, un numéro de voiture et un casque personnalisable. L’interaction avec vos agents et vos ingénieur est scriptée via des cinématiques agréables et renforcent le sentiment d'appartenance à une équipe.

Le menu de réglage de la monoplace a aussi été rajeuni. On y retrouve la gestion des gomme, la pression des pneus, les paramètres d'appui, la répartition du freinage, la quantité de carburant embarqué et tous les autres systèmes sur lesquels il est possible d'intervenir pour changer le comportement du bolide. La modélisation des 21 circuits est limpide de précision et dénuée de tout aliasing, ce qui n'est pas le cas pour les voitures hélas, faute à la puissance limitée de la Xbox One sans doute. Les textures sont cependant détaillées et précises, l'interface globale est intuitive et la fluidité de l'ensemble contribue à faire de F1 2016 un titre plaisant visuellement, intense par ses rebondissements  et varié par la diversité de ses sites et de ses conditions de course.

Le Son
 
Le son de F1 2016 est servi en Dolby digital 5.1. Il est entièrement doublé en français par des acteurs qui ont su donner le bon ton aux échanges, tant en ce qui concerne les dialogues avec les stands en pleine course que les cinématique mettant en scène votre agent ou vos ingénieurs. L'environnement sonore est fidèle à ce que sait donner la licence depuis un bon moment et la bonne spatialisation permet de localiser à l'oreille les véhicules concurrents. Les incidents de course sont ponctuées des artifices audio idoines : crissement de pneus, froissures de carbone, fracas des enchevêtrements.

S'il fallait faire de touts petits reproches à cette section audio ils concerneraient la synchronisation de l'image et des voix lors des interactions avec les personnages ainsi que la présence d'un bug dans les commandes vocales que l'on traîne depuis deux ou trois versions : la commande vocale "État voiture" doit être prononcée "Euta voiture" pour être comprise (sans prononcer le "é" donc) et ceci depuis deux ou trois versions de la licence un de CodeMasters. C'est d'autant plus regrettable que c'est la seule commande vocale qui est victime de ce bug ("État pneus" fonctionne bien par exemple). Ce n'est pas bien méchant mais il serait temps de corriger.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
La gestion de la manette de la Xbox One est complétée par la reconnaissance de tous les volants à retour de force disponibles sur le marché pour la Xbox One, y compris le Ferrari F1 458 Italia de Thrustmaster utilisé pour ce test. Le volant apporte la précision qui vous transportera au coeur de la course dans des pilotages affutés. Les boutons du volant permettent de contacter les stands, donner des instructions et l'on se réjouit d'avoir Kinect pour questionner l'équipe vocalement en pleine action.

F1 2016 possède bien évidemment un mode multijoueur, qui permet désormais à 22 joueurs humains de confronter leurs compétences. De véritables championnats peuvent donc être menés, sans aucun pilote virtuel, ce qui permet vraiment de passer de bons moments en ligne avec 22 pilotes assoiffés de points.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage