dans le même genre
  INAZUMA ELEVEN - LE FILM : ...
  KUROKO'S BASKET - SAISON 1 ...
  ROCKY
  MOTO GP13
  WRC 3 FIA WORLD RALLY CHAMP...
  LES CHARIOTS DE FEU
  MARIO TENNIS OPEN
  FIFA STREET
  PES 2012
  GRAND PRIX

du même éditeur
  DIRT RALLY 2.0
  F1 2018 (4K HDR)
  F1 2017
  DIRT 4
  F1 2016
  DIRT RALLY
  FALLOUT 4
  F1 2011
  BODYCOUNT
  OPERATION FLASHPOINT : RED ...


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

F1 2015

Genre Sport
Pays UK (2015)
Date de sortie vendredi 10 juillet 2015
Durée 999 Min
Plateforme Xbox One
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Jeu Critique de Frédéric Beaufrere
  Editeur   Codemasters
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Fernando allons-y
Attendu avec la plus grande impatience, F1 2015 a enfin débarqué sur Xbox One chez Codemasters. Première version nouvelle génération, cette version ne déçoit pas et pourrait même vous donner envie de vous offrir un volant. La licence de Codemasters passe de l’édition 2014 sur Xbox 360 à l’édition 2015 sur Xbox One avec brio. Un saut qui a pris du temps et qui a été l’occasion pour l’éditeur de procéder à un nettoyage en profondeur de son titre qui devient plus mature.

A titre d’exemple et en entrant directement dans le vif du sujet, si le mode carrière a disparu, le mode championnat du monde propose aux joueurs tout ce que l'on voit à travers les retransmissions télévisées : chaque circuit est introduit par un duo de commentateurs français tandis qu’un schéma du circuit et quelques montages cinématiques montrent un pilote qui se prépare, un autre qui répond à une interview, quelques images de la grille, etc… L’immersion est immédiate. L’immersion semble d’ailleurs être le Leitmotiv de cette version Next Gen qui introduit aussi l’échange verbal avec l’équipe pendant les courses, des instructions vocales étant reconnues par Kinect et générant une réponse précise de votre ingénieur de course.

Autre nouveauté (pour les aborder en vrac) : de retour aux stands un écran sur le cockpit permet de suivre comme à l’accoutumée les autres temps des pilotes mais permet aussi d'accéder à un tracé du circuit avec les positions GPS en temps réel des pilotes sortis sur la piste et propose également de suivre la performance de n’importe quel concurrent en caméra live, via une fenêtre "picture in picture" de l’interface. Une vidéo en temps réel qui permet de s’inspirer des réglages, du type de pneus ou des trajectoires qui réussissent à un concurrent qui vient de signer un bon temps. On peut également consulter les  informations météo, l'état d'encombrement de la piste et accéder aux réglages de la voiture.

Quand le pilote redevient l'architecte de ses victoires

L'aspect simulation est lissé avec un juste nombre de paramètres permettant régler sa voiture. Cinq configuration type sont proposées mais il est possible de personnaliser plus finement ces réglages de base Parmi les réglages possibles on note : le réglage de l'aérodynamique pour l'aileron avant ainsi que l'arrière, le réglage de la transmission qui permet d'ajuster le différentiel à l'accélération et la décélération, la géométrie de la suspension qui consiste à modifier le carrossage avant ou arrière et la convergence à l'avant et à l'arrière, les paramètres de suspension avant et arrière ainsi que des barres antiroulis avant et arrière, la pression des pneus avant et arrière peut aussi être paramétrée précisément, tout comme la distribution du poids entre l'avant et l'arrière qui permet d'équilibrer le châssis et enfin le poids en carburant est aussi modifiable. C'est suffisant pour avoir le sentiment d'impacter la configuration de la voiture (ce qui se vérifie sur la piste bien évidemment), sans tomber dans la complexité rebutante d’un simulateur à 150 curseurs. Les réglages personnalisés peuvent être sauvegardé tout comme il est possible de sauvegarder en cours de session une course, ce qui est une excellente nouvelle surtout quand on souhaite faire 100% de la distance des courses sans craindre qu'on sonne à la porte. Outre ces réglages, le joueur bénéficie de bien d'autres choix à faire en piste.

Votre ingénieur personnel peut vous donner des conseils, que vous soyez sur les stands ou sur la piste. Il intervient vocalement pendant les sessions et suivre ses conseils et peut-être salvateur pour gagner quelques dixièmes de seconde au tour. Depuis le cockpit on peut tout aussi vocalement lui demander l’état de la voiture, des infos sur la stratégie d’arrêt, les écarts par rapport au pilote devant ou derrière, les prévisions météo, informer de son désir de s’arrêter ce tour ci, avoir un récapitulatif de l'épreuve en cours ou de l'état général de la voiture, notamment des freins. On ne s’ennuie donc nullement au volant, d’autant que la météo dynamique peut perturber la stratégie et remettre en cause les choix initiaux. Via la croix directionnelle du pad, il est aussi possible d’indiquer le type de pneus que l’on souhaite chausser au prochain arrêt, si l'on désire plus ou moins d’appui, si l'on souhaite changer la répartition du freinage et un sélecteur permet aussi de changer la richesse de carburant utilisé, pour avoir plus de réactivité et une voiture plus légère au détriment de la consommation ou à contrario pour économiser de l’essence et éviter la panne. Il est à noter que F1 2015 gère tout à fait les dégâts sur le véhicule, comme d'habitude avec cette licence. La difficulté est cependant paramétrable à de nombreux niveaux dans le jeux. On peut ainsi décider si l'on veut de l'assistance au freinage, à la direction, de l'antipatinage, un anti blocage de roue, si l'on veut des dégâts ou pas, et si l'on veut des durées de session réduites.

En mode week-end complet le joueur est confronté à une séance d'essai de 60 minutes puis les trois séances de qualifications et enfin la course. Lors des essais, depuis les stands, il est possible d'accélérer le temps pour faire défiler les minutes plus vite afin par exemple de faire passer une session pluvieuse un peu plus rapidement. Côté gameplay le jeu au pad est intelligemment programmé. On prend du plaisir, on s’aventure dans les réglages pour supprimer des aides et l’on continue d’apprécier le contrôle précis des monoplaces. Si bien qu’on se dit qu’avec un volant ce plaisir doit être sublimé. C’est ainsi que F1 2015 sera peut être le titre qui vous fera sauter le pas au nom du plaisir de jeu. Côté IA, beaucoup l’on décriée. Je suppose qu’ils ignorent tout du fair play et des trajectoires. Mon expérience personnelle sur des courses complètes (100% de la distance) m’a révélé que les pilotes contrôlés par IA respectent les drapeaux bleus en s'écartant de la trajectoire, n’insistent pas lourdement si vous avez décidé de les dépasser dans les virages appropriés et demeurent coriaces à dépasser sans agressivité inutile si vous ne vous comportez pas en débutant kamikaze. En outre, ils ne sont pas infaillibles et des incidents de course se produisent à plusieurs reprise pendant les grands prix ou les essais, ce qui est toujours appréciable.

Conclusion
F1 2015 est un cru qui fait sensation. Il immerge la passionné de F1 dans un titre palpitant, l’amenant à prendre des décisions à chaque instant sans tomber dans la prise de tête trop complexe des gros simulateurs. Ici le joueur participe, décide, règle, pilote et prend son pied autant sur Gamepad qu’avec un volant à retour de force. Chaque course devient un défi personnel et c'est un travail de chacun instant que de gérer la météo, l’état de la voiture, le trafic, bref : sa course. Les échanges vocaux avec les stands via Kinect sont un gros plus et le bond graphique en vaut la chandelle. Le mode multi en ligne est un peu spartiate, certains vont reprocher au titre un manque de contenu dans ce domaine, mais punaise, quelle immersion, quel plaisir de jeu, quel retour au fondamentaux !

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 900p
  Format Cinéma 1.78:1
   
   
Des améliorations à tous les niveaux
Pas aussi pointu graphiquement qu’un Forza 5, mais bien mieux lissé qu’un Project Cars, il faut reconnaître que même en 900p sur Xbox One la modélisation des monoplaces et des circuits de F1 2015 a fait un grand pas en avant par rapport à la génération précédente de consoles. Le résultat sur Xbox One est un plaisir pour les yeux et les sensations de vitesse sont accrues avec une perspective qui n’est pas exagérée et toujours avec une fluidité étonnante : l’interface, les décors, les éclairages, les voitures et l’environnement global sont bien plus détaillés que la version 2014 sur Xbox 360. Cette édition 2015 dispose en outre d'un antialiasing complet et applique avec doigté un effet "motion blur" lors de vos accélérations. Durant la course ceci peut parfois donner l'impression que certaines parties du décor les plus éloignées sont floues mais il suffit de ralentir pour s’apercevoir que cet artefact accentuant l’effet de vitesse disparaît et laisse place à une image limpide et précise. Il n'en demeure pas moins que quelques bugs (clipping) graphiques apparaissent dans les rétroviseurs où les graphismes sont dégradés (rien de grave cependant)  mais affichent une image suffisante pour vérifier qu’un dépassement est achevé. La vue cockpit par défaut est excellente et vous plonge au cœur de l'action, la vue depuis le nez de la voiture est impressionnante et accentue encore davantage l’effet de vitesse, la vue télé immerge le joueur dans une retransmission, tandis que les vues extérieures permettent aux fans d’arcade de retrouver leurs marques.

On se délecte d'avoir des roues impeccables à la gomme palpable et aux abords brillants sous le soleil. Une modélisation  des voitures parfaite jusque dans la moindre vue et des effets visuels très peaufinés (effets de chaleur sur la piste ou à la sortie des échappements, muret des stands intégral avec les ingénieurs de piste qui suivent l'événement sur leurs écrans, équipes d'arrêts aux stand très bien animées et toujours fluides, grille de départ flanquée de cameramen, d'ingénieurs et journalistes). Tout est dans les détails. L'interface de jeu est propre et soignée, les menus sont intuitifs et les écrans de suivi de sessions depuis le cockpit de la voiture rangée dans les stands sont très bien réalisés. On s’y croirait. Tout ceci combiné donne une véritable sensation d'immersion au cœur d'un week-end de course télévisé. On y retrouve tout ce que l'on est habitué a voir lors des retransmissions télévisées. La foule, excessivement dense, animée et sensible à vos performances, complète le tableau. Les tribunes sont pleines, les abords de la piste ne sont pas déserts avec leurs commissaires de piste et les photographes accrédités, on voit qu'on est ici en présence d'une version nouvelle génération d'un jeu de formule 1 avec tout ce que cela apporte d’enrichissements visuels et de détails.

Lors des courses pluvieuse les effets météo (ciel sombre, piste détrempée, projections, halos lumineux), sont si bien retranscrits qu’on attends les orages ou les moussons avec plaisir. Les reflets, les effets de particules et les couleurs habilement désaturées donnent un ton très naturel au décor et beaucoup de réalisme au titre en général. Lorsque l'on observe le ralenti d'une course on se régale de voir les freins rougir à l'entrée du virage à travers des jantes de la voiture, bref, on y est. Si bien qu’on regarde son pad et qu’on se dit : cette fois il me faut un volant. Bien évidemment les effets météo, la quantité d’essence dans le réservoir,la température des pneus ou encore leur usure influent directement sur le comportement de la monoplace, son adhérence, sa traction

Le Son
 
Une belle ambiance de weekend de course
Au niveau du son, impeccablement spatialisé en Dolby Digital 5.1, on accueille avec une joie non masquée les transmissions audio de l'ingénieur pendant la course. La reconnaissance vocale permet d’avoir avec lui de nombreux échanges et cela change tout. On est véritablement acteur de notre course. On interroge, on analyse les réponses tout en enchainant les virages, on prend des décisions et l'on donne des consignes pour le prochain arrêt. La Formule 1 redevient dans F1 2015 ce qu’elle devrait être à la télévision : un spectacle haletant où le pouvoir est redonné aux pilotes. Ceci n’est pas sans écueils, on remarque ainsi parfois quelques annonces contradictoires de la part de l’ingénieur à deux tours d'intervalles, mais c’est assez rare et rien de pénalisant. Cerise sur le gâteau, ces échanges interactifs avec les stands sont également possibles pendant les courses multijoueur en ligne.

Cote ambiance musicale, les titres modernes mais digestes baignent intelligemment l’interface de jeu et donnent du peps à l'ensemble, sans prise de tête et toujours en adéquation avec la Formule 1 moderne. Le paysage sonore très bien retranscrit distille des sons moteur spécifiques à chaque écurie, fait bon usage de l’effet Doppler et restitue une ambiance qui sent le combustible dans les stands avec des mécanos au travail et des effets sonores météorologiques d'un grand réalisme. Le paysage audio est tout aussi immersif pour les changements de vitesse, les freinage et les pertes d'adhérence. De plus, qui peut résister au grondement de la foule que quand vous passez une tribune ? Enfin il faut saluer les deux commentateurs français qui se sont investis dans le travail de mise en situation des images. Ce ne sont pas des voix que l’on connait chez nous en Formule 1, mais les commentateurs choisis ont le mérite d’être parfaitement crédibles dans leurs échanges. Ce doublage sincère immerge le joueur dans une retransmission digne de la télé.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Du multi léger, mais un titre plus addicitf et plus sérieux
Exit le mode Carrière, ses interviews, sa boite email, ses changements de baquets. F1 2015 se recentre sur les sensations fortes et propose un mode Championnat qui va à l’essentiel : revivre la saison 2014 ou vivre la saison 2015 avec leurs changements de règles, de design d'ailerons, d’écuries et de pilotes. Cette épine dorsale du titre laisse cependant les plus audacieux tenter le mode Championnat Pro sans aucune aide et avec des pilotes redoutables et des sessions de durée réelles, à moins que vous n’optiez pour un petit contre la montre ou une course rapide avant de vous aventurer sur le mode multijoueur en ligne. Ce dernier permet de participer à un événement programmé ou bien de créer son championnat personnalisé. Ces événements se disputent jusqu'à 20 joueurs en ligne et en toute fluidité. Les mode de jeu en ligne sont subdivisés en différents niveaux de difficulté du débutant à l'expert en passant par la course personnalisée où le grand prix se fait en conditions réelles. Il est à noter que pendant un grand prix en ligne si vous accédez à vos paramètres pour ajuster les aides ou autres, la console pilote votre monoplace selon la valeur moyenne de vos temps au tour le temps que vous soyez ressorti du menu paramètres.

Tout en restant très accessible et jouable au Pad, F1 2015 entame ici un virage plus sérieux, plus addictif et demande plus de concentration et plus d’investissement personnel. Le joueur devient un acteur réfléchi de la victoire de l’écurie et doit penser comme un pilote, construisant sa progression sans le championnat à chaque course. Stratégie, consommation, usure, météo, communications, l’immersion n’a jamais été aussi totale dans un titre de F1 signé Codemasters. Car dans F1 2015 tout est question de peaufinage. Équilibrer les freins, doser l'accélérateur et manipuler le volant avec précision sont autant de talents pour maintenir l'adhérence et gratter quelques dixièmes au tour. L’expérience de jeu est vraiment enrichissante et satisfaisante et les différences fondamentales entre les voitures de différentes écuries permettent une rejouabilité sans fin, par exemple pour faire briller feu Jules Bianchi, qui nous a quitté trop tôt et qui aurait mérité d’obtenir de nombreux lauriers en F1. Pour terminer, il est utile de préciser que le titre de Codemasters gère bien évidemment les pénalités (toujours justifiées), tant pour les collisions que les virages coupés et propose le système de Flashbacks cher à Codemasters qui permet de rembobiner l’action pour recommencer d’une meilleur manière.




Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage