dans le même genre
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...
  RED DEAD REDEMPTION 2
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  SHADOW OF THE TOMB RAIDER
  LUIGI'S MANSION (3DS)
  DIVINITY : ORIGINAL SIN II

du même éditeur
  DIRT RALLY 2.0
  F1 2018 (4K HDR)
  F1 2017
  DIRT 4
  F1 2016
  DIRT RALLY
  FALLOUT 4
  F1 2015
  F1 2011
  OPERATION FLASHPOINT : RED ...


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Bodycount

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2011)
Date de sortie vendredi 2 septembre 2011
Durée 400 Min
Plateforme Xbox360
Site Internet Site officiel du jeu
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Jeu Critique de Frédéric Beaufrere
  Editeur   Codemasters
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  400 min
  Nb Dvd  1
   
   

Bodycount de Codemasters, débarque en ce début septembre sur Xbox 360. Se voulant le successeur spirituel de Black avec ses décors destructibles, le titre plonge le joueur dans un univers de guérilla urbaine ou le héros, en vue à la première personne, fait partie d’une organisation de sauvegarde de la paix, le « network » qui intervient dans les conflits armés les plus divers, notamment en Afrique et en Asie, pour sauvegarder la paix.

L'agence touriste

Le Network, organisation d'intervention armée, prend la relève lorsque la diplomatie et les actions de nations unies ont été un échec. Des situations explosives où il faut savoir parfois calmer tout le monde en distribuant la mitraille de part et d'autres, sans distinction de camp ou de cause. Ensuite on compte les morts, d'où le titre BodCount. En gros, un scénario assez basique au premier abord mais qui se déploie au fur et à mesure de votre progression. Un FPS pur et dur avec son lot de choses à ramasser (munition, recharge de jauge de pouvoirs) et à activer (terminaux, réserves d’armes, portes, etc.) qui vient enrichir encore la galerie déjà bien garnie de jeux Xbox 360 de ce genre. Sa réalisation est cependant efficace et le titre donne de l'action à qui en veut.

Les armes fatales

Le joueur dispose de grenades, de mines à détection de proximité et d'une arme principale ainsi qu'une arme secondaire à choisir parmi un arsenal limité au départ mais qui s'étoffe de succès en succès avec des modèles de plus en plus puissants, bien que l'arsenal soit assez limité au final (10 armes à feu). Des aptitudes supplémentaires sont débloquées de niveau en niveau et permettent pendant quelques instant, sur déclenchement via la croix directionnelle, de bénéficier d'un avantage tactique sur les ennemis de la paix. "L'adrénaline" est un surcroît d'énergie et augmente votre résistance, les "munitions explosives" permettent d'arroser à tout va sans recharger, le "marquage de cible" permet une identification précise des cibles en zones obscures et "l'appui aérien" permet de commander des frappes presque chirurgicales qui se terminent en boucherie.

Des corps destructibles

L'environnement partiellement destructible de Bodycount permet d'envisager différentes tactiques. Il est donc important de bien analyser le décor et de se faire une idée de comment en tirer partie et comment s’en méfier (mines à détection de proximité par exemple). Des cuves explosives disséminées ça et là peuvent aussi être mises à profit pour faire voler toute une escouade armée, tandis que les dragées de métal qui sortent de votre canon peuvent être distribuées aux unités isolées ou cachées. Les parois les plus fines peuvent être transpercées et plus le joueur fait des exploits (headshots, assassinat par derrière, mort par explosion, etc), plus il est récompensé en fin de niveau ce qui permet de débloquer grades, capacités et récompenses.

Conclusion

Si le titre plaît au premier abord par son esthétisme et sa jouabilité rapidement maîtrisée, il séduit aussi par son accessibilité et son objectif unique : distribuer les bastos. D'aucuns penseront que le jeu s'essouffle un peu sur la durée en solo, mais tout dépend du mode de difficulté choisi. Le mode multi donnera sans doute davantage de fil a retordre aux plus exigeants lorsque les brutes que sont vos amis vous retrouveront pour une session de Deathcmatch.  Bodycount est un retour aux sources du FPS, bien bourrin. Il bénéficie d'un level-design de très bon niveau et permet de passer de bonnes sessions de combats intensifs et surtout explosifs, tout en glanant des Gamerpoints généreusement distribués par poignées. De quoi patienter en attendant les blockbusters de cet automne.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 1080p
  Format Cinéma 1.78:1
   
   

L’environnement, aux textures riches et colorés, est destructible. Il faut parfois tailler au fusil d’assaut son passage à travers une cabane et il n’est pas rare que des explosions de cuves de combustible ou de grenades endommagent autant le décor que le faciès de brute de vos adversaires. Tout vole en éclat et virevolte avec une certaine majestée et dans de douloureuses chorégraphies avant de s’effondrer lamentablement sur le sol.

Les décors variés, les textures pointues et les mouvements bien décomposés donnent envie de sortir la machine a découdre pour mieux ouvrir en deux vos adversaires. Les animations sont soignées, tant en ce qui concerne les explosions que les unités au sol, mais l’interface de jeu (compteur, jauge, indicateurs divers) est des plus simplistes, sans option notable. On tire un plaisir très arcade à jouer à Bodycount, tout en suivant le fil conducteur de l’histoire sommes toute linéaire, même si les chemins à emprunter son variés grâce à un level design bien étudié qui permet différentes tactiques d'approches.

L'univers chaotique dépeint est frais et original. A la fois coloré et esthétique, il donne envie d'explorer le décor, entre deux séances de tuerie et les brutes que l'on croise ne donnent pas envie d'entamer un conversation. On regrette cependant un choix d'armes assez limité (10 sans le couteau ni les explosifs) et le nombre de missions restreint (17), mais on apprécie la destruction des décors, les effets spéciaux des déflagrations et autre perfectionnements visuels qui apportent à ce FPS une richesse graphique appréciable.



Le Son
 

Entièrement francisé (texte et voix), le titre est également très bien sonorisé. Les armes, fusils, grenades, mines et autres engins sonnent comme si on y était. Un régal pour les oreille, mais dans le feu de l'action s'ajoutent le riche fond sonore environnemental et les effets spécieux sonores de destruction, d'explosion et de récupération de bonus ou déclenchements d'aptitudes.

La spatialisation est sans doute le point noir de ce titre et est en deça de ce qu'on aurait pu attendre sur un titre en 5.1. Il n'est pas évident en effet de localiser ses ennemis à l'oreille, l'ensemble des flux audio se mêlant les uns aux autres sans exploiter véritablement à fond la spatialisation que permet une installation home-cinéma.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   

La prise en main est rapide, le titre reprenant les commandes que l'on trouve dans les principaux titres du genre. La visée peut être assistée, mais n'est jamais trop facilitée, ce qui donne du fil à retordre, d'autant que les armoires à glaces que vous combattez encaissent le plomb avec résistance et n'hésitent pas, soit à se mettre à l'abri, soit à venir vous déloger. La difficulté est réglable pour les plus fortiches, sur 4 niveaux de "Facile" à "Normal", puis "Difficile" et enfin "Impossible".

Vos exploits sont récompensés et comptabilisés (Headshots, attiques par derrière, tuerie par ricochet explosif, etc) et un tableau récapitulatif fait le décompte en fin de mission. Une jauge d'augmentation de grade progresse à mesure de vos exploits. Des capacités spéciales, à conquérir à force de succès dans vos missions, peuvent être activées ensuite par la croix directionnelle.

Des pouvoirs temporaires qui peuvent faire la différence dans le feu de l’action lorsqu’on n’a pas toujours le moyen de se dissimuler pour éviter la volée de plomb que vous envoient les troupes rebelles armées. Il est à noter que les Gamerpoints sont généreusement distribués (par poignées de 50), dès les premiers échanges de politesse et premiers niveaux de jeu et que 360 succès sont à conquérir.

Côté modes de jeu,  excepté le mode Campagne, deux modes multijoueurs sont proposés : un mode  co-op deux joueurs jouable exclusivement en ligne (pas de possibilité en réseau local ni en System Link) et un  mode multi Deathmatch jouable jusqu'à 12 terreurs, uniquement via le Xbox Live également.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Jeu Coop et Multi