dans le même genre
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...
  RED DEAD REDEMPTION 2
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  SHADOW OF THE TOMB RAIDER
  LUIGI'S MANSION (3DS)
  DIVINITY : ORIGINAL SIN II

du même éditeur
  DIRT RALLY 2.0
  F1 2018 (4K HDR)
  F1 2017
  DIRT 4
  F1 2016
  DIRT RALLY
  F1 2015
  F1 2011
  BODYCOUNT
  OPERATION FLASHPOINT : RED ...


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Fallout 4

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2015)
Date de sortie mardi 10 novembre 2015
Durée 999 Min
Plateforme Xbox One
Site Internet Site officiel Fallout 4
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Jeu Critique de Pierre Dubarry
  Editeur   Codemasters
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Sept ans après Fallout 3 (un peu moins avec l'interlude New Vegas), Bethesda Softworks offre une nouvelle suite à la plus célèbre des franchises post-apocalyptique. Voici notre verdict sur l'un des jeux les plus attendus de 2015 : Fallout 4.

 L'aventure de ce nouvel épisode marque une petite rupture avec les épisodes précédents. L'histoire débute par une belle journée d'octobre 2077, juste avant l'explosion des bombes nucléaires, l'occasion de découvrir un univers rétrofuturiste et utopiste. La situation ne tarde pas à se compliquer, la télévision annonce l'imminence de frappes nucléaires, juste le temps de rejoindre l'abri 111 avec femme et enfant, d'enfiler une tenue et d'être placé dans un cryogénisateur pendant 200 ans. À son réveil, le personnage assiste impuissant au meurtre de sa femme et à l'enlèvement de son bébé par un groupe de mercenaires. C'est ici que l'aventure débute.

Sans être absolument flamboyant, notamment du fait de certaines situations très télécospées et d'une écrite pas toujours très inspirée, le scénario de Fallout 4 n'en reste pas moins assez plaisant à suivre dans son ensemble. Mais les plus anciens ne pourront s'empêcher de regretter l'absence du cynisme et de répliques parfois extrêmes qui caractérisaient jadis la série, ou de personnages secondaires charismatiques. Le côté poli et lisse de ce nouvel épisode ne manquera pas d'en étonner plus d'un, la volonté de Bethesda de faire de Fallout une licence plus ouverte au grand public se fait incontestablement sentir, et à ce titre, la disparition de la jauge karma qui permettait de choisir progressivement sa voie est sans aucun doute la plus gênante.

La dernière partie de la quête principale propose bien d'opter pour des choix qui influenceront sur la manière dont certaines communautés du Commonwealth vous percevront dans la seconde partie de la quête principale, mais ces choix arrivent de manière un peu trop tardive. Bien évidemment tout n'est pas à jeter, mais de ce point de vue là, ce quatrième épisode risque de diviser les aficionados qui avaient l'habitude que leurs choix aient un impact progressif sur l'environnement du jeu. D'un certain côté, le principal reproche que l'on pourra faire à Fallout 4, c'est de perdre l'âme de la série Fallout.

Une refonte SPECIAL :

L'ouverture à un plus grand public se traduit également par la refonte du système S.P.E.C.I.A.L. À chaque niveau gagné, il est possible d'augmenter les attributs Force, Perception, Endurance, Charisme, Intelligence, Agilité et Chance. Jusque-là on navigue en terrain connu, les points Force permettent d'augmenter le physique de son personnage (force et poids supporté), le Charisme d'influencer certaines phases de dialogues, etc. Néanmoins, dans un souci d'accessibilité et de lisibilité, Bethesda propose désormais plusieurs paliers complémentaires, et force est de reconnaître que ce changement est particulièrement bienvenu.

Le gain de points S.P.E.C.I.A.L se fait naturellement en remplissant les quêtes principales et les quêtes annexes, mais également en explorant de nouveaux lieux et en nettoyant les Terres Dévastées de ses nombreuses menaces diverses et variées. À ce titre l'éventail d'ennemis est comme toujours très varié : Pillards, Rataupe, Chiens, RadScorpion, Mutants, Goules, etc. Comme tout bon Fallout qui se respecte, le craft est une étape obligatoire, mais pas forcément aussi redondante que par le passé en considérant la taille généreuse de la carte, mais plus important encore le nombre de maisons, fermes, magasins, usines et autres bâtiments explorables.

Un voyage d'autant plus plaisant que le système de combat a enfin été revu et corrigé. Malgré les bonnes intentions de Bethesda, la fibre FPS inaugurée dans Fallout 3 n'a jamais été à la hauteur des espérances, la faute à un gameplay d'une lenteur particulièrement pénible. Un bilan à l'opposé de ce quatrième épisode qui corrige le tir de manière probante, les affrontements revêtent désormais un caractère bien plus dynamique, plus nerveux, on serait tenté de dire plus dans l'ère du temps. Bethesda a appris de ses erreurs, le résultat est là. Le SVAV fait également son retour dans une version là aussi améliorée, ce dernier permettant de mettre l'action au ralenti afin de viser précisément une partie du corps de votre assaillant. Plus vous engrangez de points d'actions, plus votre jauge SVAV se remplit. Le mécanisme s'avère bien pratique pour atteindre certains ennemis à couvert, mais davantage encore sur les ennemis les plus puissants. Mais si vous souhaitez un minimum de challenge son utilisation doit rester occasionnelle. La complémentarité apportée par certains compagnons est également intéressante à plus d'un titre, en particulier le chien Canigou (Dogmeat en VO) ou encore le robot Mister Handy qui pourront vous prêter main-forte en attaquant vos assaillants ou en les maintenant pour vous. Ils peuvent également de stocker du matériel et des armes.

Ce qui nous amène justement à l'une des grosses nouveautés de Fallout 4, dans la droite lignée de ce que nous avions en partie découvert sur l'application Fallout Shelter sortie il y a quelques mois : la gestion d'une communauté. Le jeu propose un outil complet pour construire dans certains lieux des bâtiments pour attirer les âmes errantes des Terres Dévastées, subvenir à leurs besoins en les alimentant en eau, vivres et électricité, en mettant en place des défenses, puis dans un second temps leur apporter plus de confort avec du mobilier et de la décoration. Tout le nécessaire pour bâtir une colonie. Une composante extrêmement plaisante du jeu, et assurément l'une des plus chronophages malgré une ergonomie en dent de scie. Tous les objets que l'on trouve sur son chemin,  tout aussi inutiles soient-ils (lessive, bouteilles vides, cigarettes, etc.), peuvent être recyclés et servir de matières premières pour la construction de bâtiments en bois ou métal, de générateurs d'électricités, de pompes à eau, de meubles, etc. Ces havres de paix mettent également à disposition des établis pour modifier ses armes, armures, faire parler vos talents de cuisinier (qui veut une belle brochette d'écureuil?) et de chimiste.

Conclusion :

Fallout 4 divisera assurément bien plus que son prédécesseur. Du point de vue des habitués de la licence, en terme de progression et de narration, Fallout 4 perd tout ce qui faisait le charme de la série, notamment le fait d'avoir une influence sur l'environnement du jeu et d'être confronté à de vrais choix moraux/immoraux qui incitaient le joueur à un minimum de réflexion avant de valider une quête ou une ligne de dialogue, et l'humour noir autrefois omniprésent. De ce point de vue là, oui Fallout perd assurément une partie de sa personnalité. La volonté de Bethesda d'ouvrir la licence à un plus grand public n'est pas forcément une mauvaise idée, mais il est regrettable d'avoir sacrifié certaines composantes de la série sur l'autel de l'accessibilité. Ce serait néanmoins se voiler la face que d'affirmer que Fallout 4 est un mauvais jeu lorsque l'on prend en compte les nombreuses améliorations en matière de gameplay, notamment les phases de combats qui gagnent en nervosité, l'amélioration du craft, la possibilité de créer des colonies et le grand nombre de lieux désormais explorables.

À l'opposé, pour un joueur qui découvre l'univers de Fallout, ce quatrième opus est à bien des égards un excellent moyen pour se familiariser avec la série. Un moyen pour Bethesda de repartir sur de nouvelles bases et entamer un nouveau cycle. Pour résumer, Fallout 4 risque tout autant de diviser que de déchaîner les passions. Un mauvais Fallout considèreront les fans, mais objectivement le travail accompli par Bethesda Softworks pour faire perdurer la licence dans le temps est peut-être finalement un mal pour un bien.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 1080p
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
Graphiquement, en comparaison de son prédécesseur, franchement vilain, Fallout 4 est une bonne surprise. Si l'on reste profondément ancré dans un contexte post-apocalyptique, Bethesda a enfin troqué son filtre sépia contre une palette de couleurs un peu plus vivante. La nouvelle identité graphique est vraiment plaisante. La modélisation et l'architecture des niveaux est également de qualité, même si l'on est très loin des ténors du genre, c'est plutôt joli (pour un Fallout). Là ou le bât blesse, c'est que comme tout les jeux Bethesda, ce quatrième épisode n'est pas toujours optimisé au mieux...Les bugs ne sont malheureusement pas rares, en particulier les bugs de collision qui peuvent parfois être particulièrement gênants pour la progression d'une mission. Quelques chutes de framerate sont également à noter, elles restent toutefois occasionnelles. Un semblant de moteur physique aurait également été appréciable, en 2015 voir ses balles arrêtées par une simple vitre, ça ne fait pas très sérieux...

Le Son
 
Fallout 4 oscille entre le bon et le moins bon. Si l'on ne peut que saluer le soin apporté à la bande-son, avec certaines partitions très inspirées, c'est bien le moins pour les doublages qui manquent parfois d'implication et de crédibilité. Sans compter les bugs, certains interlocuteurs ayant le bon goût de parler en même temps que vous... Un patch s'impose, comme toujours chez Bethesda.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Quêtes annexes, création et entretien des colonies, exploration, mini-jeux...Comptez presque 200 heures si vous souhaitez boucler le jeu à 100%. De quoi faire pâtir sa vie sociale pendant quelques semaines.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage