dans le même genre
  LE DÉFI DU CHAMPION
  POUR UN GARÇON
  TOUT SIMPLEMENT NOIR
  TANDEM
  TANGO
  MYSTERY MEN
  RETOUR À ZOMBIELAND
  LA VÉRITÉ SI JE MENS : LES ...
  MON CHIEN STUPIDE
  DOWNTON ABBEY LE FILM



Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

Moonwalkers

Titre Original Moonwalkers
Genre Comédie
Pays GB (2016)
Date de sortie mercredi 7 septembre 2016
Durée 96 Min
Réalisateur Antoine Bardou-Jacquet
Avec Ron Pearlman, Rupert Grint, Robert Sheehan, Stephen Campbell Moore
Producteurs Georges Bermann,
Scénaristes Dean Craig
Compositeur Alex Gopher et Kasper Winding
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   ESC Editions
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  96 min
  Nb Dvd  1
   
   
Juillet 1969, Tom Kidman, l'un des meilleurs agents de la CIA de retour du Vietnam, est envoyé à Londres pour rencontrer Stanley Kubrick et le convaincre de filmer un faux alunissage au cas où la mission Apollo 11 échouerait. Kidman ne trouve pas Kubrick, mais il tombe sur Jonny, le manager raté d'un groupe de rock hippie. Tout les oppose, mais ils n’auront pas d’autre choix que de travailler ensemble, remplacer Kubrick, tromper la CIA, éviter les drogues hallucinogènes et sauver leur vie en montant la plus grosse supercherie de l’histoire.

Pour son premier film, le réalisateur Antoine Bardou-Jacquet, cherchait une histoire qui puisse lui donner l’inspiration. Et c’est en cherchant des images sur les premiers hommes sur la lune afin de les présenter à son fils, qu’il découvrit effaré, de nombreux articles sur une théorie du complot bien rodée qui consistait à imaginer que le réalisateur de « 2001, L’Odyssée de l’espace » avait réalisé pour le compte de la CIA et du gouvernement américain. Une Théorie qui allait très rapidement alimenter son imagination et lui donner les premières bases de son premier film. « Moonwalkers » était alors sur les rails.

Et force est de constater que le réalisateur fut particulièrement bien inspiré. Car son scénario est un petit bijou d’humour barré, dans lequel de multiples inspirations se ressentent, à commencer par Stanley Kubrick lui-même ou encore Tarantino. Ce dernier inspire une mise en scène particulièrement efficace, qui sait prendre à revers le spectateur dans les moments où il s’y attend le moins. Avec un certain goût mesuré du Gore, qui met parfaitement en ligne de mire l’humour voulu par le réalisateur. Et justement le scénario n’en manque pas d’humour, puisqu’il part du consensus, que cette équipe, chargée par la CIA de réaliser un film qui puisse damer le pion des adversaires russes dans la bataille spatiale, est avant une bande de losers shootés à tout ce qu’ils trouent, incapables de tenir la moindre distance face à l’adversité. Un consensus qui lui ouvre de nombreuses portes pour laisser libre court à son imagination et ainsi mettre en place une comédie réussie, où l’absurde et le psychédélique s’imbriquent pour le plus grand plaisir des spectateurs.

Alors, bien sûr, tout cela résulte d’une recherche anodine et s’ouvre sur une idée toute simple : Se moquer de cette théorie qui éplucha tout jusqu’à trouver des défauts là où il n’y en avant pas, pour se persuader que le gouvernement américain de Nixon, dans sa recherche folle de battre les Russes sur le terrain de l’aérospatiale avait commis le mensonge le plus absolu de faire croire que les Etats-Unis avaient marché sur la lune alors qu’en fait non ! Une théorie rocambolesque qui a pourtant ses adeptes et qui de nos jours fait sourire. Du coup le scénario confié à Dean Craig (Joyeuses Funérailles) s’amuse à créer une histoire tout aussi rocambolesque, avec un certain brio très empreint d’humour British, avec sa belle bande de bras cassés, qui n’ont qu’une seule obsession réaliser leurs rêves, un agent du gouvernement aux méthodes particulièrement expéditives, et des seconds rôles tout aussi caricaturaux que la théorie elle-même.

Du coup la comédie d’Antoine Bardou-Jacquet se transforme en grand n’importe quoi qui finit par démontrer par l’humour toute l‘absurdité de la théorie et s’en amuse allègrement avec des personnages et ne distribution particulièrement bien choisie, à commencer par le duo Ron Pearlman (Hellboy) et Ruppert Grint (Harry Potter). Les deux comédiens sortent des sentiers battus et jouent clairement la carte de la nuance dans la surenchère. Le premier joue les vieux baroudeurs, obsédé par la guerre du Vietnam et les horreurs qu’il y a vu et le second en jeune manager sans le sous, qui rate de manière systématique tout ce qu’il trouve. Etonnamment la composition des deux comédiens ne se fait pas dans l’outrance mais plutôt dans la retenue comme pour donner plus de crédibilité à leur propos.

En conclusion, « Moonwalkers » est une comédie qui est clairement destinée à devenir culte tant dans le propos que dans la forme. La mise en scène inspirée fourmille de référence et les comédiens qui ne font jamais dans la caricature outrancière offrent des compositions d’une rare justesse dans ce type de film.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Le réalisateur a choisi une image volontairement en contraste qui donne à son film un aspect plus underground seventies. Les couleurs sont un peu marquées mais donnent toute sa qualité à la photographie du film. Les ambiances sont parfaitement retranscrites et le support lui rend un hommage appuyé. Les contrastes dont un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Le Son
 
La piste DTS 5.1 se révèle d’une grande précision et permet au film d’appuyer encore un peu plus son ambiance seventies. La musique vient parfaitement habiller l’ensemble pour donner des transitions de grandes qualités. Jamais dans l’excès, la piste sonore est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou les effets sonores.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 51 min
  Boitier Amaray avec fourreau cartonné
   
   
Un making of qui ressemble tout de même plus à un outil promotionnel qu’autre chose.

Un entretien avec l’équipe du film qui, à lui seul, justifie la bonne note de la section bonus. Car l’équipe revient évidemment sur les origines du projet mais n’hésite pas non plus à livrer des anecdotes et des réflexions sur le sujet du film, sur leurs personnages et le film en lui-même.

Puis des scènes coupées.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage