dans le même genre
  NEED FOR SPEED HOT PURSUIT ...
  MAFIA : DEFINITIVE EDITION
  JUMANJI : LE JEU VIDÉO (NIN...
  BORDERLANDS 3
  LEGO JURASSIC WORLD (NINTEN...
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  F1 2019 EDITION LÉGENDES : ...
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3

du même éditeur
  MAFIA : DEFINITIVE EDITION
  BORDERLANDS 3
  WOLFENSTEIN 2 : THE NEW COL...
  PREY
  MAFIA 3
  XCOM 2
  SID MEIER'S CIVILIZATION BE...
  BORDERLANDS: THE HANDSOME C...
  EVOLVE
  SID MEIER'S CIVILIZATION BE...


Dernières Actus
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...
  CRITIQUE FILM SONG BIRD D'A...

L.A Noire

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2017)
Date de sortie mardi 14 novembre 2017
Durée 999 Min
Plateforme Xbox One
Site Internet Site 2K Games
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Jeu Critique de Pierre Dubarry
  Editeur   2K Games
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   
Bien que la majorité des joueurs s’attendaient à une ressortie du célèbre Red Dead Redemption sur consoles, 2K annonçait il y a quelques mois une version remastérisée du non moins célèbre L.A Noire.

Chaque nouvelle sortie d’un jeu Rockstar est toujours un évènement en soi, même lorsqu’il s’agit d’une simple remastérisation. Trois ans après l’arrivée de GTA V sur PS4 et Xbox One, c’est aujourd’hui au tour de L.A Noire de bénéficier d’un portage sur les consoles current-gen, dont la petite Nintendo Switch.

Développé par la défunte Team Bondi – le jeu n’a pas rencontré le succès commercial attendu , L.A Noire s’appuie sur une histoire particulièrement sombre, violente, mais définitivement. Le titre prend place dans le Los Angeles des années 40 et nous propose de découvrir l’ascension de Cole Phelps, un policier affecté à la circulation dont les talents d’enquêteur l’amèneront rapidement à devenir détective, puis inspecteur. À l’opposé d’un GTA qui joue davantage la carte de la caricature (voire de la satire), L.A Noire s’inspire davantage des polars noirs, avec une galerie de personnages qui laisse davantage transparaître le caractère faillible de la nature humaine. Un argument d’ailleurs tout aussi valable pour Phelps, un personnage fascinant à bien des égards, mais dont la nature contrastée peine à lui attirer la moindre once d’empathie.

Repart au New Jersey, caïd ! Ici c'est la cité des anges, et tu as oublié tes ailes...

Malgré l’étiquette « jeu en mode ouvert » et un terrain de jeu relativement confortable, cette composante ne présente finalement aucun intérêt si ce n’est de se rendre du point A au point B pour continuer une enquête. Les phases de conduite et de courses -poursuites ne sont pas particulièrement réussies, tandis que la ville manque définitivement de vie, ce qui n’incite pas particulièrement à prendre le volant pour flâner dans les rues de la Cité des Anges. Les phases d’action sont en revanche plus intéressantes (dommage que la visée soit très perfectible...), et s’inscrivent d’ailleurs davantage dans la veine d’un certain Mafia.

Mais le principal attrait du jeu demeure incontestablement les phases d’enquêtes. Si l’on peut regretter la redondance de leur cheminement, elles n’en restent pas moins passionnantes dans une majeure partie des cas. Durant ces phases, Phelps va devoir analyser minutieusement les scènes de crimes et les dépouilles des victimes afin de ne pas passer à côté d’un indice crucial pour la suite de l’enquête. Il est d’ailleurs vivement conseillé de supprimer les aides (vibration de la manette et musique lorsqu’un indice est proche) pour un minimum de challenge.

La récolte d’indices est une étape cruciale, mais l’avancement des enquêtes s’appuie aussi et surtout sur les interrogatoires. C’est d’ailleurs sur ce point que L.A Noire constituait à sa sortie en 2011, une petite révolution avec des expressions faciales criantes de vérité grâce à l’utilisation de Motion Scan sur certains acteurs connus tel que Greg Grunberg, Aaron Staton, John Noblé, Brian Krause, Keith Szarabajka ou Iyari Limon.

De ce point de vue là, le jeu n’a pas pris une ride. Ces phases revêtent une importance capitale, le moindre rictus, froncement de sourcil ou hésitation peut-être un indice sur un mensonge ou une vérité cachée. Le plus difficile reste de capturer la nuance de ce qui sépare une vérité d’un mensonge, les acteurs ne surjouant pas le mensonge de manière appuyé. Un élément qui ne facilite clairement pas la tâche, pour notre plus grand plaisir d’ailleurs, et qui participe d’ailleurs à retenter l’aventure pour interroger de nouveau les témoins et les suspects sous un nouvel angle.

Conclusion

Au-delà de ses imperfections d’un âge avancé, L.A Noire est encore et toujours un jeu passionnant, prenant et définitivement atypique. Il est toutefois très regrettable que Rockstar se soit contenté du strict minimum pour cette remastérisation, ce qui n’incitera clairement pas les propriétaires du jeu original à retenter l’aventure. En revanche, pour ceux qui sont passés à côté six ans plus tôt, L.A Noire est un indispensable pour les amateurs de jeux d’enquêtes. Au regard du petit prix demandé (30 euros), vous auriez tort de passer à côté.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo HD 1080p
  Format Cinéma 1.33:1
   
   
Au-delà d'expressions faciales criantes de vérité, L.A Noire est ce que l'on pourrait appeler une remastérisation fainéante. Le titre n'a graphiquement pas évolué et reste impacté par les mêmes bugs que les versions PS3/Xbox 360 (clipping, scintillement...), 2K Games s'est contenté de donner un coup de polish avec un renforcement de la netteté. Outre l'ajout très dispensable du HDR, on relèvera une optmisation Xbox One X (valable aussi sur PS4 Pro) qui s'en sort un peu mieux, avec un visuel identique à la version PC.

Le Son
 
Dans l'esprit "polar", L.A Noire s'appuie sur des partitions jazzy discrètes et entraînantes, et un sound-design efficace pour un jeu de genre. On relèvera davantage l'excellente qualité des doublages.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   
Outre l'ajout des DLC, les missions annexes et une durée de vie d'une vingtaine d'heures, le titre possède un vrai potentiel de rejouabilité afin d'exploiter de nouveaux angles d'enquêtes. Dommage que 2K n'en ait pas profité pour rajouter une ou deux nouvelles enquêtes...

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage