du même réalisateur
  AS I LAY DYING
  FUTURE WORLD

dans le même genre
  ROCKETMAN
  55 STEPS
  COLETTE
  SILVIO ET LES AUTRES
  BOHEMIAN RHAPSODY
  MARY SHELLEY
  KINCSEM
  MARIE MADELEINE
  MY WONDER WOMEN
  ESCOBAR

du même éditeur
  GAME OF THRONES SAISON 8
  KIDDING : SAISON 1
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  YOUNG SHELDON SAISON 1
  LA MALÉDICTION DE LA DAME B...
  SHAZAM!
  ALL INCLUSIVE
  LA GRANDE AVENTURE LÉGO 2
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LA MULE


Dernières Actus
  BLACK WIDOW ET LES NOUVEAUX...
  JAMES BOND NO TIME TO DIE :...
  MA FOLLE HISTOIRE DU CINÉMA
  LE CINÉMA DE CLAUDE ZIDI
  NOUS AVONS VU LES DEUX PREM...
  THE ROLLING STONES ON STAGE
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  DISNEY BAT UN RECORD AVEC L...

The Disaster Artist

Genre Biopic
Pays USA (2018)
Date de sortie mercredi 18 juillet 2018
Durée 100 Min
Réalisateur James Franco
Avec James Franco, Dave Franco, Seth Rogen, Alison Brie, Jacki Weaver, Josh Hutcherson, Zac Efron
Producteurs Vince Jolivette, Seth Rogen, James Franco, Evan Goldberg et James Weaver
Scénaristes Scott Neustadter et Michael H. Weber
Compositeur Dave Porter
Format Dvd 9
Critique Cinéma The Disaster Artist
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Warner
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  100 min
  Nb Dvd  1
   
   
En 2003, Tommy Wiseau, artiste passionné mais totalement étranger au milieu du cinéma, entreprend de réaliser un film. Sans savoir vraiment comment s'y prendre, il se lance … et signe THE ROOM, le plus grand nanar de tous les temps. Comme quoi, il n'y a pas qu'une seule méthode pour devenir une légende !

Dans la grande histoire du cinéma américain, il y a des noms qui seront définitivement associés à des œuvres aussi surprenantes, que connues pour être des « nanars ». Ces réalisateurs passionnés et doux dingues, soucieux de pouvoir donner leur propre image du cinéma, avec un enthousiasme renversant, mais également avec un sens de la mise en scène qui force parfois la surprise, sont souvent entrés dans le Panthéon des célébrités, par le regard toujours un brin attachant et attaché de réalisateurs talentueux tels que Tim Burton par exemple avec son fameux « Ed Wood ».

Cette fois-ci, c’est au tour de Tommy Wiseau, célèbre réalisateur de ce qui est considéré, maintenant, comme le plus grand nanar de tous les temps : « The Room », d’avoir les honneurs d’un film le mettant sous les feux de la rampe pour rendre hommage non pas au talent qu’il semble être le seul à se reconnaître, mais plutôt à celui d’être quelqu’un qui a voulu aller au bout de son rêve, qui s’en est donné les moyens, et qui a su fédérer toute une équipe, même dans les moments de doutes les plus intenses qu’il a pu traverser.

Et c’est l’acteur James Franco « La planète des singes : Les origines » qui a décidé de lui rendre hommage, avec « The Disaster Artist » et notamment en n’hésitant pas à rejouer quasiment à l’identique des passages du film de Tommy. Et comme beaucoup de personnes, ayant croisé Tommy Wiseau, force est de constater que le réalisateur est tombé sous le charme de ce personnage au charisme surprenant, et au magnétisme évident. Comme la plupart de ses acolytes qui l’ont suivi à l’instar de Greg Sestero, qui signa d’ailleurs un livre sur cette aventure exceptionnelle que celle de « The Room », James Franco a décidé de raconter l’histoire de ce film, non pas à travers l’œil de la moquerie, mais plutôt en laissant parler la tendresse qu’il éprouve envers le personnage, et en prenant suffisamment de recul pour pouvoir y apporter un sens critique évident.

Car « The Room » est surtout le résultat d’abord d’une rencontre entre Tommy Wiseau et Greg Estero, deux personnages aussi opposés que semblables, dans leur manière d’approcher le métier d’acteur et de réalisateur, qui décidèrent de provoquer la chance en se lançant comme défi de permettre à Tommy de réaliser son propre film. Ce dernier étant le plus apte à écrire, réaliser et à partager un univers qui lui est propre, il se lancera un corps perdu dans cette entreprise, avec toutes les dérives artistiques et évidente vers lesquelles il se dirige.
Et si le film est devenu culte, c’est notamment parce que les spectateurs d’abord surpris, le soir de la projection se sont laissé prendre au jeu d’abord de la naïveté de l’amateurisme, puis de l’évidence simplicité avec laquelle le réalisateur s’est lancé dans cette histoire. Il y a évidemment une fraîcheur, peut-être un coup de folie de voir cette histoire incohérente avec une mise en scène qui accumule des plans souvent amateurs, et parfois gênants.

Et la mise en scène de James Franco, et très loin d’être gênante ou amatrice, elle est au contraire précise et parvient avec une certaine aisance à faire s’opposer différentes personnalités, mais surtout à nous dépeindre un personnage beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît, et à le rendre tout aussi attachant que le vrai. Une naïveté et un magnétisme qui a su trouver le cœur du public présent dans la salle le premier jour.

Jamais dans la caricature, le réalisateur a voulu rester au plus proche du personnage, et des différentes scènes qu’il a voulu reproduire, pour mieux s’imprégner de la complexité psychologique de Tommy. Et c’est une véritable réussite, car aux vues des scènes originales du film « The Room», on se rend très rapidement compte que le réalisateur a voulu jouer, à la virgule près, les différentes scènes du film original. Mais, outre le mimétisme, on trouve dans la prestation du comédien James Franco, une précision et une fidélité au personnage qui force le respect tant cela est rare dans une œuvre cinématographique avec autant de précision.

En conclusion « The Disaster artist » est un hommage saisissant à un réalisateur devenu culte pour avoir réalisé le plus grand nanar de tous les temps, mais dont le charisme et le magnétisme ont permis de véhiculer une certaine frénésie passionnelle autour de son film. James Franco nous livre là un film remarquablement écrit, à la mise en scène d’une intelligence rare, et à la sensibilité évidente, qui, loin de se moquer, se veut le plus bel hommage que l’on puisse faire à un passionné, peut-être un peu doux dingues, mais qui a le mérite en tout cas d’être allé au bout de son rêve. Finalement c’est peut-être ça la définition de l’artiste ! 


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
« The Disaster Artist » bénéficie d’un transfert de grande qualité dans lequel les couleurs sont parfaitement dosées, et permettent de donner vie à ce Los Angeles retro où les couleurs délavées se mélangent à celles plus éclatantes de la carte postale internationale. Le réalisateur remonte le fil d’une histoire surprenante et tellement envoûtante tout en reproduisant plan par plan les extraits du film culte de Tommy Wiseau. On se retrouve donc avec un film qui joue constamment sur les nuances et sur les effets d’images granuleuses ou pas, par exemple. Les contrastes donnent une belle profondeur à l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digital 5.1 se révèle d’en grande efficacité dans la mise en place des ambiances. La musique de Dave Porter, que l’on connait pour être le compositeur des séries comme « Flesh and Bone » ou encore « Blacklist » envahie les différents canaux, avec beaucoup de précision et de beauté. Et comme le film joue énormément sur la qualité de la reproduction des extraits de l’œuvre originale, il était nécessaire que la piste sonore soit à la hauteur de manière à ne pas trop les déséquilibrer. Les dialogues ainsi que la musique sont parfaitement équilibrés. Le résultat est saisissant !

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 20 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of qui revient avec humour et sensibilité sur le tournage de ce film qui vient parler d’un personnage original qui alla au bout de son rêve même si le résultat ne fut pas celui qu’il recherchait forcément.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage