The king of New-York

Titre Original
The king of New-York
Genre
Pays
Usa (1990)
Date de sortie
jeudi 20 novembre 2003
Durée
98 Min
Réalisateur
Producteurs
Augusto Caminito
Scénaristes
Nicholas St. John
Compositeur
Joe Delia
Format
Dvd 9
Site Internet
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Oui
Oui
Non
Anglais
Oui
Non
Non
Le Film
Critique de José Evrard
Editeur
Edition
Collector
Label
Zone
2
Durée Film
98 min
Nb Dvd
2

Synopsis


L'histoire d'un gangster au grand coeur mais aux méthodes définitives, surnommé par le presse The King of New York et qui rêve de fonder un hôpital, confronté a des policiers opiniâtres qui ont juré de l'abattre...



Critique Subjective


Un réalisateur à part


Les films de Ferrara tournent souvent autour d’ amitiés interracial et romantiques, et Walken est le chef blanc d'une troupe noire de trafiquants de drogue et  semble à peine le noter. Le film est beaucoup plus fort dans ses conditions particulières et évite le discours de la ghettoïsation noire et dealer habituel dans le cinéma américain. La plupart des scènes sont véritablement efficaces, Le script de The King of New York est signé Nicholas St. John et Abel Ferrara



Un film à part


Le film d’Abel Ferrara est une entrée de choix dans le film de « lutte contre » la drogue très en vogue dans les années 90 . Christopher Walken et Abel Ferrara forment un couple explosif. Il est dommage que les caractères secondaires soient aussi peu développé et que k’idée philanthropique, financer un hôpital,  de White soit aussi vite abandonnée Mais The King of New York est  une bouffée d'air frais dans le genre . Le film est explosif, élégant, et fait parfois frémir devant cette violence somme toute banale..  Chaque plan a l’air travaillé comme un clip vidéo et l’alliance de la musique et de l’éclairage crée une certaine tension.



Une fascination méritée


Le film joue énormément sur l’ambiguïté du personnage de Frank White, à la fois violent mais extrêmement charismatique et attirant. Il s'agit d'une descente progressive aux enfers, dans un univers de débauche de corruption et de violence, dans lequel les flics eux-mêmes basculent, reproduisant le schéma de celui qu'ils traquent. Ce film est formidable car il est l’un des premiers de Ferrara qui a !ensuite ne fera que jouer sur les codes qu’il a mis en place dans ce film.



Un dernier mot


Film crépusculaire, violent et sans concession , King of New York est un double hommage : aux gangsters et à la ville qui les façonne et les fascine.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.85:1
Les contrastes rendent justice à la photographie de Bojan Bazelli qui a travaillé dans des tons froids et metalliques, métaphores de l’univers de Frank White. La compression est bien maîtrisée même si des défauts de définition apparaissent ici et là. L’image de ce film  n’ jamais été aussi belle.

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Anglais
5.1
Anglais
2.0
Français
5.1
Français
5.1
Pas moins de 5 pistes sonores nous sont proposées ; Vo et Vf en Dolby Digital et DTS, Vo originale en Stéréo. Faisons un sort aux pistes DTS qui sont les plus mal loties : le remixage est affreux, la voie centrale est métallique et caverneuse, les coups de feux sont systématiquement localisés dans les surrounds et on a un sacré problème de niveau de répartition  entre scène frontale et voies surrounds.  La piste Dolby s’en tire un peu mieux et gère mieux les voies mais souffrent des mêmes effets artificielles. Le remixage 5.1 apparaît alors comme totalement fantaisistes. En effet, la faute incombe au mastering/mixage et non pas au portage Dolby ou DTS. Il faut remettr en cause ici le travail de remasterisation et de spatialisation, le fait que cela soit plus flagrant en dts est certainement du à plus grande transparence de ce format face au dolby. La Piste stéréo originelle apparaît alors comme la plus équilibrée et l’image sonore est ample et harmonieuse.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
75 min
Boitier
Amaray avec fourreau cartonné

Menu et Interactivité

Les menus sont animés et musicaux. Toutes les transitions le sont aussi. La navigation est aisée.


Bonus

Documentaire : portrait de Christopher Walken (30mns) : un reportage nerveux et dynmique qui enchaînent les extraits de films où Walken a eu un rôle marquant




 Entretien avec le producteur Augusto Caminito (20mns) : Napolitain d’origine, parlant très bien le français , Caminito nous raconte sa passion pour Ferrara et son film King of New York




Interview d'Abel Ferrara (15mns) : Tout en sirotant une 1664 , Ferrara nous raconte ses relations ambigus avec la ville de New York et avec l’ombre et la lumière.




Filmographies des acteurs et du réalisateur

Bande-annonce




Un mot sur les Bonus

Les bonus reviennent sur le film, ses contradictions et sa genèse. Intéressant mais court.

 
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage