Les images des menus


Les images du film


Les images des bonus






dans le même genre
  LA HAINE (ULTRA HD / 4K)
  BRICK
  WET SEASON
  UN COEUR EN HIVER
  SATANTANGO
  ARYTHMIE
  CHANSON DOUCE
  LA ROUE
  BARON NOIR : SAISON 3
  RED JOAN

du même éditeur
  LA HAINE (ULTRA HD / 4K)
  BRICK
  POUR UN GARÇON
  UN COEUR EN HIVER
  ZÉROZÉROZÉRO SAISON 1
  CHANSON DOUCE
  BARON NOIR : SAISON 3
  MON CHIEN STUPIDE
  DEUX MOI
  LA CITÉ DE LA PEUR


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

A la petite semaine

Genre Drame
Pays France (2003)
Date de sortie mercredi 7 janvier 2004
Durée 100 Min
Réalisateur Sam Karmann
Avec Gérard Lanvin, Jacques Gamblin, Clovis Cornillac, Julie Durand, Florence Pernel, Etienne Chicot, Josiane Stoléru, Désir Carré
Producteurs Sam Karmann
Scénaristes Sam Karmann et Désir Carré
Compositeur Pierre Adenot
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires

Le court métrage Omnibus, première réalisation de Sam Karmann a obtenu la Palme d'or en 1992 et l'Oscar 1993
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non

Le Film Critique de José Evrard
  Editeur  
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  100 min
  Nb Dvd  1
   
   

Synopsis

Jacques sort de cinq ans de prison et retrouve ses copains au comptoir, "Chez Roger" ; petit banditisme, recel de marchandises volées, braquages à la petite semaine, la débrouille, quoi… Il y a Francis, qui vit seul avec maman dans un très vieil appartement, 40 balais, RMIste, et une nouvelle passion dont il a vaguement honte : le théâtre, dont il partage les cours avec la jolie serveuse du bar. Et puis Didier, jeune chien fou, le malade du sport, le king du survet', qui flambe le pognon que sa femme gagne à la caisse de son supermarché, et qui ne veut pas s'emmerder à bosser pour 6000 balles par mois.




Critique Subjective

Sam Karman n’est plus nul

Son premier court, Omnibus, est très remarqué et obtient une Palme d'Or à Cannes en 1992 et un Oscar en 1993. Il signe ensuite une premier long métrage adapté d'un roman, Kennedy et moi, servi par son ami Jean-Pierre Bacri : A quarante-huit ans, Simon Polaris, romancier reconnu, marié, deux enfants, heureux, traverse une crise sérieuse. Il brûle sa chaise de travail, rend visite à l'amant de sa femme, mord sauvagement son dentiste et finit par braquer son psychanalyste. Il va mal, très mal, comme cela nous arrive à tous un jour ou l'autre. Il est peut-être précieux, quand ce jour arrive, d'avoir la lucidité et la dérision de Simon.


Deuxième film, autre réussite ?

Trois amis de combines se retrouvent après cinq ans de séparation. L’un sort de prison, l’autre rêve de théâtre, le troisième collectionne les magouilles calamiteuses. Tous aspirent à un avenir meilleur. Dit comme ça, on se dit qu’il n’y a rien de bien original dans le cinéma de Sam Karman.On pense aussitot à certains films de Claude Sautet, «Max et les ferrailleurs» navigue dans le même univers avec les mêmes personnages. Après le remarqué et très personnel "Kennedy et moi", Sam Karman revient avec un film plutôt basé sur la référence à un univers de gangsters sympathiques, de losers magnifiques à la Joseph Losey. En décrivant les états d'âme d'un voyou quinquagénaire qui sort pour la énième fois de prison et qui décide de changer de vie,Le scénario de  Désir Carré est largement inspiré de sa propre expérience. Après quatre incarcérations, Désir Carré a décidé de prendre des cours de théâtre et s'est lancé dans l'écriture du scénario d'A la petite semaine. Désir Carré joue d'ailleurs le rôle de La Trompette dans le film.


Petite semaine, grande interprétation

Jean-Pierre Bacri, Sam Karmann et Désir Carré se rencontrent alors qu'ils sont garçons de café et ouvreurs. On peut alors considérer le choix du scénario comme un renvoi d’ascenseur. Mais outre, l’histoire de Carré, la force du film réside dans l’interprétation. Gérard Lanvin a atteint une maturité et une sensibilité d’acteur qui épate à chaque fois, il illumine tous les rôles qu’il entreprend, Jacques Gamblin est parfait pour le rôle puisque il a une authentique dégaine de perdant et Clovis Cornillac surprend de plus en plus, déjà dans Maléfique de …, il était surprenant dans un role en contre-emploi.Ces trois acteurs portent sur leurs épaules carrés et solides un film noir social et qui traite surtout de l’amitié virile. "Très vite j'ai pensé que, pour le trio, il me fallait des acteurs connus, pour que le public s'amuse à les voir jouer ces personnages, qu'il soit au spectacle avec eux, comme je l'étais avec Désir. Ce n'est pas qu'une chronique sociale, c'est aussi une comédie sociale." Nous dit Karmann.Sans sombrer dans la dépression comme dans Kennedy ou moi, Karmann nous montre trois destins poursuivis par une malédiction dérisoire et tragique.


Un dernier mot

Une tranche de vie montrée avec enthousiasme et sympathie. Avec Le cœur des hommes de Marc Esposito , A la petite semaine est sans nul doute un des films les plus intéressants de la production cinématographique française de 2003


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
L'image est ciselée, contrastée et pleine de couleurs. Quelques plans manquent toutefois de netteté.

Le Son
 
En 5.1, les voix sont claires, intelligibles et bien intégrées dans le mixage original. Ce mixage justement fait la part belle à la musique de Pierre Adenot, vieil habitué des films de Karmann. Peu d’effet surround , mais le film ne s’y prête sans doute pas.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 85 min
  Boitier Amaray
   
   

Menu et interactivité

Le menu est sous forme de carte de métro qui va de Paris à St Ouen.


Bonus :
• Le commentaire audio de Sam Karmann et Désir Carré
• Le Making Of (30’46)
• Le petit lexique argotique


•Huit scènes expliquées par Sam Karmann et Désir Carré
• Omnibus, Palme d'or 1992 & Oscar 1993 (8’14)
• Les filmographies
• La bande-annonce



Commentaire sur les bonus

Sam Karman et Désir Carré sont emplies d’enthousiasmes et l’échange entre les deux est amusant à suivre et nous pousse à écouter le commentaire et à regarder les scènes expliquées jusqu’au bout. La présence d’Omnibus est un réel plus et une très bonne idée. Le trombinoscope permet d’avoir accès aux filmographies de manière originale.


Un dernier mot sur les bonus

Ce qui est excellent dans les bonus, c’est leur mise en scène et leur présentation, très soignée et dans l’esprit St Ouen.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage