dans le même genre
  DUMBO
  MAX GÉNIE MALGRÉ LUI
  PIERRE LAPIN
  PADDINGTON 2
  LE LIVRE DE LA JUNGLE
  ALVIN ET LES CHIPMUNKS : A ...
  LA GRANDE AVENTURE LEGO (UL...
  LA GRANDE AVENTURE DE MAYA ...
  LA GRANDE AVENTURE LEGO
  TURBO

du même éditeur
  DANS LA BRUME
  SLEEPLESS
  MON POUSSIN
  COLOSSAL
  RADIN
  TOUT L'UNIVERS DE JEFF PANA...
  RÉSISTE : LA COMÉDIE MUSICA...
  NORMAN SUR SCÈNE
  LOUIS-FERDINAND CÉLINE :"DE...
  THE END


Dernières Actus
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SCHOT...

Zig-Zag

Genre Enfants
Pays USA (2006)
Date de sortie lundi 14 août 2006
Durée 84 Min
Réalisateur Frederik Du Chau
Avec Bruce Greenwood, Hayden Panettière, (VO) Frankie Muniz, (VF) Grégory Lemarchal, (VO) Dustin Hoffman, (VO) Whooppi Goldberg, (VO) Mandy Moore, (VO) Michael Clarke Duncan, (VO) Joshua Jackson, (VO) Snoop Doggy Dogg, (VF) Lucie Bernardoni
Producteurs Andew A. Kosove, Broderick Johnson, Ed McDonnell et Lloyd Phillips
Scénaristes David F.Schmidt, Steven P. Wegner, et Kirk DeMicco
Compositeur Mark Isham
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non
  VF Sourds
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Tf1 video
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  84 min
  Nb Dvd  1
   
   

Après "Babe, le cochon qui voulait être chien de berger", les chiens et chats qui partent pour un « Grand Voyage », afin de retrouver leur maître, voici qu’arrive « Zig-Zag » un zèbre qui rêvait d’être un cheval de course.

N’y allons pas par quatre chemins, si vous recherchez le chef-d’œuvre de l’année, passez votre chemin. « Zig-Zag » est un film familial et rien d’autre. Et à ce titre on peut parler de réussite, car l’ensemble atteint son but dès le départ, captivant à la fois parents et enfants. Car à la vue du bébé zèbre, les petites têtes blondes sont captivées d’emblées, assimilant leur identité à celle du personnage. Et les parents se laissent facilement embarquer dans les aventures de l’animal ainsi que de ses nouveaux propriétaires. Si l’ensemble ne relève pas de la haute Académie cinématographique, il a le mérite de sonner juste, agréablement dosé en humour, savamment ajusté en émotion et techniquement bien maîtrisé  en effets spéciaux. Car l’utilisation des images numériques pour refaire les mouvements de bouche, sans débordement reste l’une des idées les plus grandioses du film.

Frederik Du Chau, à qui on doit notamment le plus ou moins bon « Excalibur, l’Epée Magique »(98) maîtrise parfaitement son sujet, en n’offrant pas trop de personnages caricaturaux, (le zèbre, les chevaux…) ou voir même en exagérant certains traits, comme ceux du pélican en incroyable tueur à gage raté ou encore les deux mouches, improbables rejetons d’une fratrie qui nous offrent certaines des meilleures répliques du film, le réalisateur respecte l’image d’Épinal de ses animaux en les utilisant pour servir son histoire. Ainsi l’étalon reste fière et imposant de force, la chèvre rassurante et sage, et ainsi de suite. Un choix qui sert parfaitement les animaux mais aurait, malgré tout, tendance à desservir les comédiens au point de les relier au second plan. Malheureusement le plus grand frisson se trouve dans la Version Originale, qui bénéficie (A la différence de la VF) d’un casting de rêve, Frankie Muniz (Cody Banks, 03, Deuces Wild, 02), Dustin Hoffman (Jeanne d’Arc, 99, Mon beau-père, mes parents et moi, 05), Whoopi Goldberg ( Sister Act, 92, Une vie volée, 00), et Michael Clarke Duncan ( La ligne verte, 00, Sin City, 05).

Bruce Greenwood (I, Robot, 04, Antarctica, 06) semble constamment pris par sa tristesse et l’on finit par s’en désintéresser totalement, tandis que la jeune Hayden Panettière ( Une bouteille à la mer, 99, Super Papa, 03), devient accessoirement le faire-valoir de notre héros en pyjama.

Pourtant l’ensemble ne manque pas de corps et l’on se laisse emporter sans résister dans cette aventure, dont on connaît la fin certes, mais qui arrive quand même à nous faire palpiter. Car malgré tout, c’est à cela que l’on juge un film réussi. Si même en connaissant la fin vous arriver à palpiter pour le héros, à coup sur le réalisateur à mené sa mission à la perfection. 


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une bien belle image même si les scènes obscures, font ressortir quelques grains, l’ensemble est de très bonne qualité et les effets spéciaux ne souffrent d’aucune perte sur ce support. Une bonne note donc pour ce Dvd !


Le Son
 

C’est à la fois une belle surprise et en même temps une grande déception. Une bonne surprise, car la piste 5.1 est de très bonne qualité, et ne permet aucune déperdition d’effet. Un très bon équilibrage, limite à merveille les différences de volume entre les actions, la musique et les dialogues. C’est donc parfaitement agréable ! En revanche, la grande déception se situe au niveau du doublage, car d’un casting de rêve en Version Originale, on se retrouve avec Grégory Lemarchal et Lucie Bernardoni de la Star Academy, franchement le choc est terrible.


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 90 min
  Boitier Amaray
   
   

Une très belle édition, complète en ce qui concerne les bonus. D’abord un petit reportage sur le travail de Gregory et de Lucy, pour le doublage des voix en français. Une petite mise en avant ne fait pas de mal à la carrière ! Ensuite un bêtisier, qui ressemble beaucoup plus à une suite de plans d’essais qu’à un vrai pot-pourri de gaffes comme sait si bien le faire Pixar, puis deux making off : Le premier concernant la façon de faire parler les animaux, ce qui en remet une couche sur la différence de casting entre l’original et le français, puis un autre sur la façon de faire jouer les animaux, les astuces, et cela permet une vrai mise en avant des dresseurs, très important sur ce type de tournage, ensuite des Scènes coupées rajoutent un peu plus de plaisir, un agréable moment à passer avec la musique de Sting et de Bryan Adams, une autre fin qui finalement n’était pas si intéressante que ça et enfin un jeu pour compléter le tout. En gros on ne voit pas souvent d’édition aussi complète que celle-ci.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage