dans le même genre
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  F1 2019 EDITION LÉGENDES : ...
  METRO EXODUS
  DIRT RALLY 2.0
  CRACKDOWN 3
  RESIDENT EVIL 2 (2019)
  ACE COMBAT 7 - SKIES UNKNOW...
  RED DEAD REDEMPTION 2
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  SHADOW OF THE TOMB RAIDER

du même éditeur
  (LES COLONS DE) CATAN SUR N...
  CARNIVAL FÊTE FORAINE
  POKEMON LET'S GO PIKACHU (S...
  LUIGI'S MANSION (3DS)
  DRAGON QUEST BUILDER
  LEGO MARVEL SUPER HEROES 2 ...
  POKEMON ULTRA LUNE
  L'INFERNAL PROGRAMME D'ENTR...
  SUPER MARIO ODYSSEY
  YO-KAI WATCH 2 : SPECTRES P...


Dernières Actus
  JORGE JIMENEZ PRÉSENT PENDA...
  LE COMIC CON PARIS DÉVOILE ...
  SPIDER-MAN POURRAIT QUITTER...
  A STAR IS BORN ENCORE
  LE RÉALISATEUR JEAN PIERRE ...
  DISNEY ANNONCE DES RECETTES...
  LUC BESSON DANS LA TOURMENT...
  QUESTIONS DE CINÉMA PAR NIC...

Donkey Kong Jungle Climber

Genre Jeux Vidéo
Pays USA (2007)
Date de sortie dimanche 18 novembre 2007
Durée 999 Min
Plateforme Nintendo DS
Site Internet Site officiel japonais
Informations
Complémentaires
Disponible uniquement sur NDS
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Jeu Critique de Bruno Orru
  Editeur   Nintendo
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  all
  Durée Film  999 min
  Nb Dvd  1
   
   

Revoilà l’un des stars Nintendo sur la console DS ; le gorille Donkey Kong est de retour pour de nouvelles aventures, accompagné de son fidèle Diddy, Donkey et, une fois de plus, en conflit avec King K. Rool. Si le scénario sous-jacent diffère des opus précédent, le style de jeu ne bouge guère, notamment pour ce style inimitable de déplacement que propose Donkey Kong.

 

Donkey Kong, le gentil géant de la jungle, et ses amis Diddy Kong et Cranky Kong (le sage qui donne toutes les indications nécessaires à bien comprendre les enjeux de chaque niveau ou mission…) prennent des vacances bien méritées sous le soleil de la magnifique plage Solisoleil. Après quelques plongeons dans l’océan, Donkey Kong, affamé, aperçoit avec ses amis une banane géante tout en haut de la montagne. Sans hésiter, Donkey Kong se dépêche d’escalader la montagne sans se demander quelles aventures le guettent ?

 

Un style de jeu original

Donkey Kong Jungle Climber met donc en scène notre gorille et ses principaux amis avec un thème qui propose d’explorer des iles aux décors aussi variés que leurs noms respectifs. Très vite, lors des différents niveaux, Donkey Kong va rencontrer Xananab, un drôle d’extra-terrestre en forme de banane (hasard !), Funky Kong, le curieux directeur et unique employé d’Air Funky et, bien entendu, va se heurter à King K. Rool, l’ennemi juré de Donkey Kong qui, dans cette histoire pensent pouvoir se débarrasser de Donkey Kong en récupérant des reliques extra-terrestres qui confèrent de grands pouvoirs à celui qui les possède.

 

Jouer à Donkey Kong c’est surtout remettre en cause les réflexes acquis avec la plupart des jeux de plate-formes. Disons-le clairement, ça passe ou ça casse ! En effet, le seul moyen pour se déplacer de Donkey Kong c’est de se lancer pour s’accrocher à un mur ou un arbre, une fleur, un objet… de tourner avant de se lancer de nouveau. De fait, au lieu de gambader il faut avec  Donkey Kong tournoyer constamment et donner la bonne impulsion au juste moment pour suivre la direction voulue. Les commandes sont donc inhabituelles puisque le saut se fait avec la touche A mais pour attraper un objet ou s’accrocher il faut utiliser les boutons arrières L et R. Généralement Donkey Kong s’accroche d’une seule main et tourne tant que l'on maintient la pression sur le bouton L ou R suivant le coté. Il saute dès que l'on relâche la pression sur le bouton. L’habitude arrive assez vite mais ce style de jeu peut clairement rebuter de par son originalité et la pseudo difficulté à trouver le bon angle de saut… et si cela ne fonctionne pas bien, la progression du jeu est rapidement remise en cause. Mais pour ceux qui affectionnent cette originalité de déplacement c’est alors un vrai plaisir à sauter continuellement et à tournoyer avant de trouver le bon angle de déplacement.

 

La difficulté du jeu réside principalement dans cette originalité de déplacement car les différents obstacles peuvent se gérer assez facilement, notamment les nombreux insectes que l’on peut plus ou moins facilement « dégommés » en sautant dessus. Le problème, souvent, c’est de mal apprécier l’angle d’attaque (la relâche du bouton doit-être précise) et de se faire par exemple piquer et perdre tout ou partie de sa bonne santé. A noter la participation active de Diddy Kong dans de nombreux niveaux.

 

Double écran

Par rapport aux opus précédents, l’une des nouveautés les plus intéressantes c’est l’utilisation du double écran ; cela augmente la surface de jeu (les sauts se font souvent vers l’écran du haut… les effets tactiles sont rares) mais, parfois, la rupture physique entre les deux écrans n’est pas simple à gérer. C’est surtout le cas sur les mini jeux d’ailleurs. Mais le double écran est également utilisé pour proposer des modes de jeu originaux comme cet effet miroir ou Donkey Kong se voit à la fois dans l’écran du bas et celui du haut mais des éléments différencient néanmoins les deux environnements et fonde le principe du jeu, évoluer dans les parties communes des deux écrans. Citons également les bois hantés ou l’écran du bas se transforme en carte permettant d’anticiper les prises… qui ont bien évidemment disparues de l’écran du haut. Là encore, ce n’est pas forcément simple au départ mais cela participe au plaisir de jouer.

 

Des décors variés

En dehors du plaisir de jouer pur, le plaisir de parcourir des décors variés est présent. Une trentaine de niveaux sont disponibles et au moment d’écrire ce compte rendu, j’avoue avoir du mal à les terminer. Le jeu s’avère en effet moins simple qu’il n’y paraît, justement par cette originalité de jeu que j’exprimais plus haut. En fait, l’un des dangers de ces niveaux est d’arriver à la « sortie » vers le niveau suivant sans avoir tout vu ou tout récupérer. Certains passages secrets permettent de récupérer plus de bananes (100 bananes = une vie) ou les lettres formant le mot KONG et permettant là aussi d’augmenter le nombre de ses vies. Alors bien sur on avance mais lorsque la difficulté est réelle, avoir des vies de rechange évite de repartir en arrière !

 

En conclusion

Donkey Kong Jungle Climber s’avère réussit sur tous les plans et c’est plutôt rare de nos jours. Il faut « juste » s’habituer au mode de déplacement qui conditionne fortement l’intérêt du jeu et la capacité à progresser avec efficacité. Sans aucun doute un succès pour les fêtes de fin d’année et les mois à venir.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo Sans objet
  Format Cinéma Sans objet
   
   

L’animation du personnage Donkey Kong est parfaitement réussit, tout comme amis et ennemis d’ailleurs. C’est l’un des points de réussite importante de ce jeu. Les décors sont quant à eux variés et graphiquement réussis.



Le Son
 

Musiques et bruitages sont variés et ludiques ; ils s’intègrent parfaitement aux ambiances proposées.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 999 min
  Boitier Amaray
   
   

Trois mini jeux sont disponibles dès le premier niveau histoire bouclé. D’autres sont débloqués ensuite. Ces mini jeux mettent en scène Donley Kong mais pas forcément dans son mode déplacement du jeu. De fait, cela permet d’offrir plus de variété, sachant que chaque niveau propose trois niveaux de difficulté – souvent sous un temps de 30 secondes imposé – avant de débouché sur un jeu en temps libre avec pour seul objectif de pulvériser les scores.

 

Le mode multi joueurs permet de placer jusqu’à 4 joueurs. Il permet surtout de proposer des courses dont le principal intérêt est de déclencher des rigolades entres les joueurs.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage