du même réalisateur
  ELMER LE REMUE-MÉNINGES
  FRANKENHOOKER

dans le même genre
  LES ANIMAUX FANTASTIQUES : ...
  CHAIR DE POULE 2 : LES FANT...
  LA FORME DE L'EAU
  LE TRÔNE DE FER - GAME OF T...
  GOTHAM : SAISON 3
  TWIN PEAKS : THE RETURN
  DARK CRYSTAL (ULTRA HD / 4K...
  LA TOUR SOMBRE
  TEEN WOLF SAISON 6 PARTIE 2
  LA MOMIE (2017)

du même éditeur
  ELECTRIC BOOGALOO
  RAY HARRYHAUSEN LE TITAN DE...
  RED STATE
  MONDWEST (BLU-RAY)
  ATLANDIS DOWN
  OPÉRATION LIDICE : L'HISTOI...
  CASINO JACK
  GUNLESS
  MIRROR WARS : REFLECTION ON...
  RAIN FALL


Dernières Actus
  REDÉCOUVREZ PHANTOM MANOR D...
  KLIPSCH LANCE UN CONCOURS D...
  POWERDVD 19 : COMPATIBLE 8K...
  KING KONG 2019 : DISPONIBLE...
  HAWAII 5-0 : SAISON 8 EN CO...
  DISNEY DÉVOILE :"LE ROI LIO...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX LA ...
  NETFLIX DÉVOILE SA NOUVELLE...

Bad biology (Sex addict)

Titre Original Bad biology
Genre Fantastique
Pays Etats-Unis (2008)
Date de sortie mardi 21 juillet 2009
Durée 84 Min
Réalisateur Frank Henenlotter
Avec Charlee Danielson, Anthony Sneed, R.A. Thorburn, Tina Krause
Producteurs R.A. Thorburn
Scénaristes Frank Henenlotter, R.A. Thorburn
Compositeur Josh Glazer
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Aventi
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  84 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Deux êtres sexuellement atypiques, Jennifer et Bratz, vont finir par se rencontrer.

Critique subjective :

Réalisateur des mythiques Basket case (Frères de sang), Elmer le remue méninges et Frankenhooker, Frank Henenlotter n’avait pas œuvré derrière une caméra depuis Basket case 3, en 1994. Long, très long. Affecté par la fin d’une époque (marquée par la disparition des sociétés spécialisées dans le cinéma d’exploitation) et totalement insatisfait par le troisième opus de Basket case (dont il a toujours terriblement honte aujourd’hui), le bonhomme avait préféré se tourner vers le monde de l’édition VHS, puis DVD (en travaillant chez Something weird video). En 2008, l’envie de s’atteler de nouveau à un long-métrage, et de conjurer ainsi un cancer naissant, sortira Henenlotter de sa longue phase d’hibernation. Le résultat s’intitulera Bad biology (maladroitement retitré Sex addict à l’occasion de sa sortie DVD française), un film emballé dans des conditions que son géniteur affectionne tout particulièrement (petit budget, casting majoritairement composé d’amis, tournage en équipe réduite et système D de rigueur).

Elle, c’est Jennifer. Elle possède sept clitoris. Cette particularité physique lui vaut d’avoir de nombreux orgasmes tous les jours, et ce depuis l’âge de huit ans. Autre singularité : deux heures après chaque rapport sexuel, elle donne naissance à une sorte de bébé difforme qu’elle s’empresse de faire disparaître. Physiologiquement accro au sexe, Jennifer enchaîne les conquêtes d’un soir et recherche le partenaire ultime, celui qui sera à la démesure de ses particularités anatomiques.

Lui, c’est Bratz. Né quasiment sans pénis, il a connu son premier orgasme à dix sept ans, grâce à des médicaments. Depuis, à l’aide de stéroïdes et autres substances chimiques toujours plus puissantes, il a réussi à faire croître un organe géant entre ses jambes. Si Jennifer a dompté son sexe, Bratz est à la merci du sien, un pénis devenu créature récalcitrante, une « bite camée » qui réclame sa dose au quotidien, carburant désormais aux médicaments destinés aux animaux. Pire encore, ce membre monstrueux est devenu tellement autonome qu’il parvient maintenant à se désolidariser du corps de Bratz (on reconnaît bien là l’auteur de Basket case).

Partant de ce postulat bien trash, où deux êtres sexuellement autres vont nécessairement être amenés à se rencontrer, Henenlotter témoigne à nouveau de sa passion pour les freaks (mutants, drogués, etc.) et démontre qu’il n’a pas perdu la main. Grâce à des procédés simples mais payants (Jennifer et Bratz s’adressent directement au spectateur, par le biais de la voix off ou en lui parlant directement, face à l’objectif), le réalisateur créé une puissante empathie pour les deux protagonistes principaux et, par extension, un véritable intérêt pour leur péripéties. Si, visuellement, le résultat n’a pas le charme de ses précédents travaux (le cachet « sale » et le grain crapoteux cèdent leur place à une image résolument plus lisse), le contenu possède indéniablement la même saveur (voir la séquence où le sexe de Bratz part en vadrouille, des passages que n’aurait pas renié John Waters). Avec Bad biology, Frank Henenlotter démontre qu’il est toujours capable du meilleur en matière le fantastique barré.

Verdict :

Au final, si les années ont passé, le réalisateur (qui accuse aujourd’hui une cinquantaine bien tassée) n’a rien perdu de son mordant. Nous reste à espérer qu’il repasse rapidement derrière la caméra.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une qualité d’image très satisfaisante. Les visuels sont précis et (trop ?) propres. La palette chromatique est gérée avec soin et la compression se montre exemplaire. Un pressage DVD de bonne facture.



Le Son
 

Des pistes 2.0 tout à fait efficaces. Le rendu, cristallin, fait montre d’une richesse et d’une précision bluffantes (foultitude de petits effets sonores savamment dosés) et participe beaucoup à l’immersion du spectateur. On conseillera vivement d’opter pour la VO, mieux mixée que la piste française dont les doublages ne sont par ailleurs pas toujours convaincants.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Filmographie du réalisateur.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage