du même réalisateur
  BAD BIOLOGY (SEX ADDICT)
  FRANKENHOOKER

dans le même genre
  LA FORME DE L'EAU
  LE TRÔNE DE FER - GAME OF T...
  GOTHAM : SAISON 3
  TWIN PEAKS : THE RETURN
  DARK CRYSTAL (ULTRA HD / 4K...
  LA TOUR SOMBRE
  TEEN WOLF SAISON 6 PARTIE 2
  LA MOMIE (2017)
  COLOSSAL
  ALIEN COVENANT (ULTRA HD / ...

du même éditeur
  OKINAWA
  BRUCE LEE : LA MEMOIRE DU D...
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE AFRICAN QUEEN
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE DEAD OUTSIDE
  PLAGUE TOWN
  SALVAGE
  THE MOTHER
  MUM AND DAD


Dernières Actus
  THE WIFE
  THE CLOVERFIELD PARADOX EN ...
  REJOIGNEZ L'AVENTURE CARLOT...
  [CINÉ-CONCERT] STAR WARS : ...
  THE MAKING OF HARRY POTTER ...
  SORTIE DVD BILLIONS SAISON ...
  FUTUROSCOPE 2018 : SENSATIO...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...

Elmer le remue-méninges

Titre Original Brain damage
Genre Fantastique
Pays Etats-Unis (1988)
Date de sortie lundi 8 février 2010
Durée 82 Min
Réalisateur Frank Henenlotter
Avec Rick Hearst, Gordon MacDonald, Jennifer Lowry,
Producteurs Andre Blay, Al Eicher
Scénaristes Frank Henenlotter
Compositeur Clutch Reiser, Gus Russo
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Oui
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Opening
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  82 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Jeune homme sans histoires, Brian va être infecté par un parasite des plus singuliers.

Critique subjective :

1988. Après six années d’attente, Frank Henenlotter a enfin l’occasion de réaliser son second long-métrage. Bénéficiant d’un budget de 600 000 dollars (une fortune par rapport aux 35 000 de Basket Case / Frères de sang), il signe alors Elmer le remue-méninges (Brain damage) dont il assure l’écriture, la mise en scène et une partie du montage.

Frank Henenlotter n’a, à ce jour, signé que cinq longs-métrages : la trilogie Basket case (1982, 1990 et 1992), Brain damage (1988), Frankenhooker (1990) et Bad biology (2008). De ces cinq œuvres émerge clairement une thématique centrale : celle du corps, et plus précisément de certains de ses éléments (ou parasites) prenant leur indépendance. Le frère siamois autonome des Basket case (Bélial), le parasite de Brain damage (Elmer), les fragments de corps composant « Frankenpute » (Frankenhooker), le pénis indépendant de Bratz et les avortons de Jennifer dans Bad biology. Tous s’incluent dans cette même mouvance et aucun des titres ne déroge à la thématique commune. Elmer le remue-méninges y figure en bonne place puisqu’il y est question de Brian (anagramme de brain), jeune homme infecté par Elmer (Aylmer, une créature multiséculaire), un parasite tenant à la fois du pénis et de l’étron, version bleuâtre. En échange de victimes (dont il boulotte goulument les cerveaux), Elmer, greffé au sommet de la colonne vertébrale de son hôte, lui injecte directement une substance dans le cortex, une drogue euphorisante provoquant des visions psychédéliques. Cervelle contre jus, le marché est simple mais Brian, manipulé par la créature, va bientôt tenter de sortir de son état d’asservissement.

Autre élément caractéristique du cinéma de Frank Henenlotter : un background urbain poisseux. Enfant de la 42ème rue, le réalisateur prend plaisir à nous promener dans les recoins les plus glauques d’un New-York pré-Giuliani. Une toile de fond crapoteuse, interlope et qui a la puissance inimitable de la réalité (l’hôtel où fut tourné Basket case, par exemple, était un véritable hôtel de passes …). Dans Brain damage, on retrouve ce cachet, toutefois moins prononcé que dans Frères de sang (budget plus confortable oblige, une bonne partie du film a été tournée en studio). Dommage car Elmer le remue-méninges se dépare ainsi de l’aspect craspec qui faisait de Basket case un film résolument à part.

En dépit de son budget réduit, Brain damage ne tire jamais à la ligne sur le plan visuel. Inspiré, Henenlotter signe une réalisation dynamique et livre quelques plans marquants (mention spéciale au long travelling latéral qui nous montre Brian marchant de nuit dans une rue de New-York). Dans sa tâche, le réalisateur est épaulé par une sacrée équipe de techniciens. Ainsi, le montage est en partie effectué par James Kwei (Les affranchis) et la caméra souvent tenue par Jim « Street Trash » Muro, opérateur steadicam hors pair qui, par la suite, œuvrera notamment chez James Cameron (Abyss, Terminator 2, True lies, Titanic), Oliver Stone (The doors, JFK, Entre ciel et terre, L’enfer du dimanche), Michael Mann (Heat, Révélations, Miami vice), Brian De Palma (L’esprit de Caïn) et Martin Scorsese (Casino). Une pointure. Quant aux effets spéciaux (toujours convaincants), ils sont assurés par Gabe Bartalos (Darkman), qui fut secondé par le regretté Benoit Lestang (Martyrs), non crédité au générique.

Verdict :

Portant le sceau inimitable de son créateur, Elmer le remue-méninges reste une petite bande horrifique résolument « autre » qui vieillit fort bien.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.77:1
   
   

Une image avec juste ce qu’il faut de restauration. Là était tout l’enjeu du pressage DVD du film : ne pas perdre la granularité d’origine, ne pas le rendre trop lisse. Heureusement pour nous, l’éditeur a su conjuguer master haute définition et grain d’origine. Définition honorable, belle gestion des couleurs (un autre défi relevé haut la main) et compression discrète. Un rendu global tout à fait satisfaisant.



Le Son
 

Des pistes mono très efficaces. Ici encore, le bon sens a été de mise et l’écueil d’une restauration artificielle a été évité. On retrouve avec bonheur le rendu sonore « direct » irrémédiablement associé à l’œuvre. On préfèrera la piste en VO eu égard à des doublages français pas forcément inoubliables (mais qui feront sans doute le bonheur des « bisseux » nostalgiques).



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 1 min
  Boitier Amaray
   
   

- Commentaire audio du réalisateur : Un commentaire à trois voix, Henenlotter étant assisté de Bob Martin (ex-rédacteur en chef de Fangoria à qui l’on doit la novélisation du scénario de Brain damage, ainsi qu’une partie du script de Frankenhooker) et Scooter McCrae (réalisateur de Shatter dead et Sixteen tongues qui œuvra sur Basket case 2 et Frankenhooker). Enregistré en 2001, le commentaire se montre à la fois très enjoué (bonne humeur communicative) et fort instructif (coup de projecteur sur toute une époque …). Un supplément intéressant donc.

- Film annonce (1 minute).



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage