dans le même genre
  LES TOMBEAUX SANS NOMS
  LES ÂMES MORTES
  LE GRAND BAL
  RBG
  NOS ANIMAUX DOUX DEHORS, SA...
  VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA ...
  BELMONDO OU LE GOÛT DU RISQ...
  SCREAM FOR ME SARAJEVO
  DE PALMA
  DISCOVERY TOUR BY ASSASSIN'...

du même éditeur
  ELECTRIC BOOGALOO
  RED STATE
  MONDWEST (BLU-RAY)
  ATLANDIS DOWN
  OPÉRATION LIDICE : L'HISTOI...
  CASINO JACK
  GUNLESS
  MIRROR WARS : REFLECTION ON...
  RAIN FALL
  NAMIBIE : LA LUTTE POUR LA ...


Dernières Actus
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ
  LE RÉALISATEUR FRANCO ZEFFI...
  RALPH 2.0 EN DVD ET BLU-RAY
  LE TRÈS COURT INTERNATIONAL...
  VAL DE ROCK, PREMIER FESTIV...
  LAURA DERN, SAM NEIL ET JEF...
  X-MEN DARK PHOENIX

Ray Harryhausen le titan des effets spéciaux

Genre Documentaire
Pays FR (2012)
Date de sortie samedi 8 juin 2013
Durée 93 Min
Réalisateur Gilles Penso
Avec Peter Jackson, James Cameron, Tim Burton, Terry Gilliam, Steven Spielberg, Toro Guillermo Del, Ray Harryhausen
Producteurs Alexandre Poncet
Scénaristes Gilles Penso
Compositeur Alexandre Poncet
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Non
Non
Non
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Aventi
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  93 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

 

Retour sur la filmographie de Ray Harryhausen, magicien des effets spéciaux.

 

Critique subjective :

 

Le 7 mai 2013, Ray Harryhausen tirait sa révérence. Il avait 92 ans. Avec la disparition de l’homme derrière les trucages du Septième voyage de Sinbad, de Jason et les Argonautes et du Choc des titans, c’est une page de l’histoire du cinéma qui se tournait.

 

La sortie en vidéo de Ray Harryhausen le titan des effets spéciaux, un documentaire sur le monstrueux héritage laissé par l’artiste, arrive à point nommé. Porté par Gilles Penso et Alexandre Poncet, le film est un travail de longue haleine, un petit projet qui a pris progressivement une belle ampleur (les auteurs ont fini par recevoir l’appui de la Ray & Diana Harryhausen Foundation). Les efforts n’auront pas été vains : le résultat est exemplaire et brille par la rigueur de sa construction, la richesse du matériel recueilli (rushes, sculptures d’origine, etc.) et la qualité des intervenants rassemblés devant l’objectif (dont Ray Harryhausen lui-même). Pointu, complet, instructif et touchant (voilà une œuvre qui a du cœur), Le titan des effets spéciaux brosse un excellent portrait du personnage, notamment son goût pour les défis techniques (l’hydre et les squelettes de Jason et les Argonautes) et sa capacité à insuffler une vie et une personnalité dans chacune de ses créations (notons qu’il parlait de « créatures », jamais de « monstres »). Sur ce dernier point, on relèvera les propos éclairés de Dennis Muren (qui reproche aux images de synthèse une certaine froideur que n’avaient pas les travaux du grand Ray) et cette formidable phrase de Terry Gilliam : « Dans ces films, le jeu d’acteur est parfois horrible, les scripts ne sont pas formidables, mais, bon sang, ses éléments, quand il faisait vivre l’argile, sont parmi les meilleurs moments de l’histoire du cinéma ! ».

 

En toute logique, le documentaire met l’accent sur le caractère matriciel de l’œuvre de Ray Harryhausen. Ses créations auront d’abord marqué au fer rouge la mémoire de milliers d’enfants. Chaque cinéphile possède d’ailleurs sa petite anecdote personnelle, à l’image de James Cameron : « Le combat de squelettes dans Jason et les Argonautes. Je peux quasiment me souvenir dans quelle rangée j’étais assis, dans ce petit cinéma d’Orangeville, Ontario, à neuf ans, quand les images de ces squelettes sont allées droit dans mon ADN. » Ainsi, les travaux de Ray Harryhausen façonneront plusieurs générations de créateurs. Le nombre et le prestige des intervenants s’exprimant dans Le titan des effets spéciaux en dit long sur le sujet : Peter Jackson, James Cameron, John Landis, Tim Burton, Terry Gilliam, Steven Spielberg, Joe Dante, Guillermo Del Toro, John Lasseter, Dennis Muren, Vincenzo Natali, Nick Park, Henry Selick, Phil Tippett, Steve Johnson, Randy Cook, etc. C’est indéniable : sans Ray Harryhausen, les films d’aujourd’hui ne seraient pas tout à fait pareils. Peter Jackson résume d’ailleurs très bien la chose : « Ray Harryhausen, à mon avis, la chose la plus importante qu’il ait faite, c’est d’avoir influencé et inspiré une ou même deux générations de cinéastes. Je ne connais personne d’autre qui ait eu autant d’influence sur tous ces adolescents, ces enfants qui ont vu ses films et sont devenus réalisateurs, scénaristes, créateurs d’effets. »

 

Verdict :

 

Un documentaire passionnant et indispensable pour qui prétend aimer le septième art.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une qualité d’image satisfaisante. Le rendu vidéo varie forcément au gré des interviews et de la qualité des images d’archives mais l’ensemble s’en sort de façon honorable. Constat également positif côté compression avec un encodage qui sait se faire discret.



Le Son
 

Une piste 2.0 (VOST) offrant une restitution très correcte. L’ensemble ne se prête pas à un rendu surpuissant et formidablement spatialisé mais il n’empêche que le confort audio est bien présent, assurant lui aussi un visionnage plaisant.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 3 min
  Boitier Amaray
   
   

- Commentaire audio : Un bonus très intéressant dans lequel le duo Penso / Poncet évoque la conception du documentaire et apporte des informations supplémentaires sur le grand Ray et sa carrière.

 

- Film annonce (3 minutes).



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage