dans le même genre
  LA NONNE
  PRINCE DES TÉNÈBRES
  THE FOG
  AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ...
  SANS UN BRUIT (ULTRA HD / 4...
  GHOSTLAND
  INSIDIOUS : LA DERNIÈRE CLÉ
  ANNABELLE 2 : LA CRÉATION D...
  CA
  PREACHER SAISON 2

du même éditeur
  OKINAWA
  BRUCE LEE : LA MEMOIRE DU D...
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE AFRICAN QUEEN
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE DEAD OUTSIDE
  PLAGUE TOWN
  SALVAGE
  THE MOTHER
  ELMER LE REMUE-MÉNINGES


Dernières Actus
  LE NOUVEAU PROJET DE CHRIST...
  LILLIAM ROSS
  CYBERLINK POWERDIRECTOR : T...
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  L'ÉQUIPE DE DARK PHOENIX EN...
  KEANU REEVES VOUS PRÉSENTE ...
  LE NOUVEAU DOCUMENTAIRE SUR...
  TEST MUSICCAST BAR 400 : IM...

Mum and Dad

Titre Original Mum and Dad
Genre Horreur
Pays Angleterre (2008)
Date de sortie jeudi 7 janvier 2010
Durée 84 Min
Réalisateur Steven Sheil
Avec Perry Benson, Dido Miles, Olga Fedori
Producteurs Amanda Martin
Scénaristes Steven Sheil
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Opening
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  84 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Une jeune femme se retrouve séquestrée par une étrange famille anglaise habitant une petite maison en bordure de l’aéroport d’Heathrow.

Critique subjective :

Réalisé en 2008, Mum and Dad vient confirmer la vigueur du cinéma de genre britannique. Avec seulement 100 000 livres de budget (un peu plus de 100 000 euros) et 17 jours de tournage, le titre a été conçu dans des conditions bien plus précaires que la plupart des productions fantastico-horrifiques anglaises. Il n’a cependant guère à rougir de la comparaison.

Commençons toutefois par évacuer ce qui fâche : le manque d’originalité du premier long-métrage écrit et réalisé par Steven Sheil. Comme beaucoup de jeunes réalisateurs, Sheil appartient à une génération cinéphilique vouant un culte au cinéma de genre des seventies (la première influence qu’il cite en interview est Massacre à la tronçonneuse). Le problème, c’est que Steven Sheil, comme la majorité de ses petits camarades, livre un film geek / hommage qui ne parvient pas à transcender ses nobles influences et duquel n’émerge pas de véritable personnalité. Rassurons-nous, le travers est générationnel (comme le soulignent Pascal Laugier et Christophe Lemaire dans l’excellent documentaire Viande d’origine française) et devrait s’estomper avec le temps (pour peu que l’on permette à ces gens de continuer à faire des films, mais il s’agit d’un autre débat …).

Jeune immigrée polonaise faisant le ménage à l’aéroport d’Heathrow, Lena va se faire séquestrer dans une maison en bordure des pistes (on saluera l’opposition entre les décollages d’avions et la situation d’enfermement subie par le personnage principal). Rebaptisée Angel, la jeune fille intégrera de force une cellule familiale pervertie : Mum (la mère rassurante et sadique), Dad (le père colérique et ultraviolent), Elbie (le fils mutique) et Birdie (la fille bavarde et maligne). Plongée dans un véritable enfer, ses journées seront désormais partagées entre corvées ménagères et sévices corporels variés. Renvoyant à des faits divers sordides, Mum and Dad déploie une ambiance glauque et malsaine. Naviguant entre éros (tension sexuelle sous-jacente) et thanatos (la maison recèle plus d’un cadavre), une combinaison parfaitement illustrée par la scène où Papa se fait plaisir avec un morceau de bidoche, le métrage privilégie la violence psychologique et ne cherche pas à suivre la mode du torture porn (faute de moyens ?). Quoi qu’il en soit, et malgré des conditions de mise en boîte spartiates, le film ne verse jamais dans l’amateurisme et affiche une finition soignée à tous les niveaux (production design, photographie, mise en scène, bande originale, etc.).

Verdict :

 A l’arrivée, si Mum and Dad n’est pas véritablement traumatisant et se montre peu original, il révèle indéniablement un réalisateur capable de faire beaucoup avec peu. A suivre donc.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.66:1
   
   

A l’écran, Mum and Dad ne trahit pas la minceur de son budget et le rendu visuel offert par le DVD, fidèle aux choix artistiques du réalisateur, œuvre dans le bon sens. La photographie soignée, proposant des ambiances chromatiques variées, est respectée à la lettre (colorimétrie parfaitement adaptée). Même constat au niveau du contraste volontairement assez doux. Discret, l’encodage ne gâche rien.



Le Son
 

Des pistes 2.0 très correctes. Un rendu net qui offre un bon équilibrage entre les voix, les effets sonores et la bande originale. Si les doublages français sont d’assez bonne facture, on ne saura que trop conseiller la piste en version originale, qui permet d’être au plus prêt de la performance des comédiens (elle le mérite).



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 7 min
  Boitier Amaray
   
   

- Interview de Steven Sheil (4 minutes) : Très brièvement, le réalisateur revient sur ses ambitions, le lancement du projet et le tournage du film. Intéressant, mais beaucoup trop court.

- Making of (3 minutes) : Un supplément extrêmement succinct qui permet à peine d’entrevoir la bonne ambiance régnant sur le tournage.

- Galerie photos.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage