dans le même genre
  MA
  LA MALÉDICTION DE LA DAME B...
  SIMETIERRE
  LA NONNE
  PRINCE DES TÉNÈBRES
  THE FOG
  AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ...
  SANS UN BRUIT (ULTRA HD / 4...
  GHOSTLAND
  INSIDIOUS : LA DERNIÈRE CLÉ

du même éditeur
  OKINAWA
  BRUCE LEE : LA MEMOIRE DU D...
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE AFRICAN QUEEN
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE DEAD OUTSIDE
  PLAGUE TOWN
  THE MOTHER
  ELMER LE REMUE-MÉNINGES
  MUM AND DAD


Dernières Actus
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  DISNEY BAT UN RECORD AVEC L...
  L'ULTIME BANDE ANNONCE DE "...
  ENCYCLOPÉDIE DES RÉPLIQUES ...
  WARNER DÉVOILE TITANS OF CU...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  THE GOOD FIGHT SAISON 2 EN ...
  PARIS AUDIO VIDEO SHOW 2019...

Salvage

Titre Original Salvage
Genre Horreur
Pays Angleterre (2009)
Date de sortie mercredi 2 juin 2010
Durée 75 Min
Réalisateur Lawrence Gough
Avec Neve McIntosh, Shaun Dooley, Linzey Cocker
Producteurs Christopher Moll
Scénaristes Lawrence Gough, Colin O'Donnell
Compositeur Stephen Hilton
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Opening
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  75 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Les habitants d’un quartier résidentiel de Liverpool voient soudainement débarquer des militaires qui bouclent le secteur et les somment de rester enfermés chez eux.

Critique subjective :

Confirmant l’admirable santé du cinéma de genre britannique, Salvage (2009), premier long-métrage de Lawrence Gough, nous parvient sous forme de DTV après un passage par le festival Mauvais genre de Tours (édition 2010).

Fille de parents divorcés, Jodie est une adolescente qui vit chez son père. La veille de Noël, ce dernier la dépose à Liverpool, où elle doit passer, bien malgré elle, le réveillon en compagnie de sa mère, Beth (Neve McIntosh), avec laquelle elle est en froid. Lorsqu’elle la surprend avec Kieran (Shaun Dooley), un amant d’un soir, Jodie explose de rage et part ruminer sa colère chez les voisins, de l’autre côté de la rue. C’est ensuite que tout bascule, les forces spéciales envahissant le quartier et sommant les habitants de se cloîtrer chez eux. Terrifiée, Beth ne pense alors qu’à rejoindre sa fille pour s’assurer qu’elle va bien. Exemplaire (on s’attache d’emblée aux personnages), cette exposition sous forme de drame familial, Lawrence Gough la laisse respirer, lui octroie un espace confortable. Un parti-pris plutôt périlleux (il lui consacre tout de même un quart d’heure sur soixante-quinze minutes de métrage) mais qui va porter ses fruits.

En effet, là où Salvage fonctionne à merveille, c’est dans la représentation d’un quotidien banal et de son basculement abrupt dans l’extraordinaire, dans la peinture d’individus lambdas confrontés à un évènement anormal. Le spectateur n’ayant aucune avance par rapport aux personnages (nous n’en saurons jamais plus qu’eux), l’identification fonctionne à plein et l’on se retrouve précipité dans un contexte où le danger, non identifié (la nature de la menace ne sera dévoilée que très progressivement), n’en est pas moins palpable, omniprésent. Soulignée par une mise en scène viscérale, la sensation d’urgence s’en trouve décuplée. Immersion garantie. Bien écrit, et surtout très bien interprété (mention spéciale à Neve McIntosh qui trouve, avec Beth, un personnage féminin très fort aux accents quasi « cameroniens »), le film distille une bonne dose de suspense et d’émotion (certains passages sont déchirants). Une progression narrative millimétrée qui fait mouche tout du long.

Verdict :

Entre d’autres mains, Salvage aurait sans doute été une énième série B / Z horrifique tournée en DV. Avec Lawrence Gough à la barre, les différents talents en présence se conjuguent, convergent pour mieux transcender un petit budget. Voilà donc une première œuvre intéressante qui évite bien des écueils (Gough ne commet pas les erreurs classiques du débutant) et nous fait découvrir un réalisateur à suivre de près.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.78:1
   
   

Un transfert DVD de qualité. On retrouve, parfaitement respectées, toutes les caractéristiques du format DV employé (grain numérique, définition plus réduite dans les passages sombres, colorimétrie particulière). Constat positif, également, du côté de la compression. Des conditions de visionnage très satisfaisantes.



Le Son
 

Des pistes 2.0 efficaces. Le rendu, forcément très frontal, se montre clair et fait preuve d’une belle énergie. Mixage de qualité avec un bel équilibre entre voix, effets et musique. Piste en version originale anglaise à privilégier.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 2 min
  Boitier Amaray avec fourreau cartonné
   
   

Bande annonce (2 minutes).



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage