du même réalisateur
  NOUS AVONS GAGNÉ CE SOIR
  LE JOUR OÙ LA TERRE S'ARRÊT...
  LA MAISON DU DIABLE
  AUDREY ROSE
  CIEL ROUGE
  MADEMOISELLE FIFI
  NÉ POUR TUER
  LA MÉLODIE DU BONHEUR (C)
  LE JOUR OÙ LA TERRE S'ARRÊT...
  LE JOUR OÙ LA TERRE S'ARRET...

dans le même genre
  MORTAL ENGINES
  BUMBLEBEE
  FUTURE WORLD
  VENOM
  KIN : LE COMMENCEMENT
  NEW YORK 1997 (REMASTER 201...
  THE HANDMAID'S TALE - LA SE...
  DARKEST MINDS : REBELLION
  WESTWORLD SAISON 2
  2001 : L'ODYSSÉE DE L'ESPAC...

du même éditeur
  OKINAWA
  BRUCE LEE : LA MEMOIRE DU D...
  THE AFRICAN QUEEN
  LE MYSTÈRE ANDROMÈDE
  THE DEAD OUTSIDE
  PLAGUE TOWN
  SALVAGE
  THE MOTHER
  ELMER LE REMUE-MÉNINGES
  MUM AND DAD


Dernières Actus
  LE CHANTEUR SUD AFRICAIN JO...
  DISNEY DÉVOILE LA BANDE ANN...
  LE FESTIVAL "VAL DE ROCK" E...
  TRÈS COURT INTERNATIONAL FI...
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ
  LE RÉALISATEUR FRANCO ZEFFI...
  RALPH 2.0 EN DVD ET BLU-RAY

Le mystère andromède

Genre Science Fiction
Pays USA (1971)
Date de sortie samedi 10 septembre 2011
Durée 125 Min
Réalisateur Robert Wise
Avec Arthur Hill, David Wayne, James Olson
Producteurs Robert Wise
Scénaristes Nelson Gidding
Compositeur Gil Melle
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Opening
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  125 min
  Nb Dvd  1
   
   
Des scientifiques renommés sont réquisitionnés pour enrayer les effets ravageurs d’un micro-organisme en provenance de l’espace.

Adaptation d’un roman de Michael Crichton, Le mystère Andromède (1971) sera, avec Le jour où la terre s’arrêta et Star Trek, l’une des trois incursions du réalisateur Robert Wise dans le vaste univers de la science-fiction.

Au sempiternel alien belliqueux se substitue ici une menace de nature différente : un micro-organisme extraterrestre. Un péril plus crédible et néanmoins tout aussi dangereux, sinon plus. La preuve en est avec la petite bourgade de Piedmont, un patelin isolé du Nouveau Mexique et dont les quelques soixante habitants vont être retrouvés morts. Seul un nourrisson et un vieillard ont mystérieusement survécu. Tous les autres ont péri, le sang coagulé au point de se transformer en poudre. Installés dans un bunker souterrain doté d’équipements de pointe, des scientifiques triés sur le volet vont devoir, à partir des indices récoltés (un échantillon et les deux rescapés), identifier la nature de l’ennemi microscopique. Voilà tout l’enjeu du film : trouver quelles sont les propriétés de cet étrange organisme (baptisé Andromède) afin de pouvoir le neutraliser.

Le principal attrait du métrage est sa capacité à déployer une approche rigoureusement scientifique. Au moment de l’écriture du roman originel, Michael Crichton exerçait encore sa profession de médecin, cela s’en ressent. Sans jamais ennuyer son audience, Le mystère Andromède nous détaille toute l’expérience scientifique par le menu. Quête volontairement anti-spectaculaire (si l’on excepte la poussée de tension finale), cette prospection scientifique n’en demeure pas moins fascinante. Carré, didactique, factuel, le film affiche un sens aigu du détail (voir l’impressionnante procédure de désinfection à laquelle se plient les scientifiques avant de pouvoir accéder au cœur du complexe souterrain), quitte à dégager, parfois, une certaine froideur.

Si The andromeda strain a bien vieilli visuellement, c’est parce que sa mise en image est au diapason de l’intrigue. La réalisation de Robert Wise est ainsi d’une précision chirurgicale et déploie une remarquable utilisation du split screen (employé de façon très utilitaire, pour dispenser plusieurs informations en parallèle). Constat très favorable également du côté de la direction artistique (nominée pour l’Oscar en 1972) et aux effets visuels signés Douglas Trumbull (2001 L’odyssée de l’espace, Silent running, Blade runner), dont on comprend aisément l’intérêt pour le projet (le bonhomme est réputé pour être un sacré féru de science). Si quarante années ont passé depuis la sortie du Mystère Andromède, le film ne déploie jamais une imagerie kitch, désuète. Un tour de force.

Verdict :

En guise de conclusion, on laissera la parole à Bertrand Tavernier qui, dans son incontournable ouvrage 50 ans de cinéma américain, ne tarit pas d’éloges à propos du film : « Le suspense est […] sensationnel dans The andromeda strain, sans doute le meilleur film de Wise depuis les années soixante, et l’un des meilleurs films de science-fiction de la période pré-Spielberg / Lucas. » Tout est dit.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Des visuels joliment conservés. En format original respecté (2.35), les images n’accusent quasiment pas les signes du temps passé. Si le master manque très légèrement de piqué, sa superbe patine seventies resplendit presque comme au premier jour. D’excellentes conditions de visionnage pour un film qui affiche tout de même une quarantaine d’années au compteur.

Le Son
 
Une bande son 5.1, forcément efficace qui se met totalement au service de ce film. Les basses sont particulièrement mises à contributions, et la dynamique se fait immédiatement entendre dès que les besoins s’en font sentir. La spatialisation est en phase totale avec le film.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 19 min
  Boitier Amaray
   
   
Avec une narration qui n’est pas sans rappeler les introductions de Patrick Brion dans l’emission « Cinéma de minuit », Jean Baptiste Thoret analyse le film dans : « Le mystère Andromède ou l’illusion technologique ». L’historien et critique de cinéma apporte toute sa connaissance, qu’il est peut être nécessaire de visionner avant de voir le film. Un seul regret, la voix off de Thoret est posée sur le début du film, comme s’il était un commentaire audio, alors qu’il n’en n’ait rien. Toutefois l’ensemble reste d’une grande intelligence, et permet de mieux connaitre le cinéma des années 70, ses influences, ainsi que la carrière de Michael Crichton , futur auteur de « Jurrassik Park ».

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage