dans le même genre
  LA MALÉDICTION DE LA DAME B...
  SIMETIERRE
  LA NONNE
  PRINCE DES TÉNÈBRES
  THE FOG
  AMERICAN NIGHTMARE 4 : LES ...
  SANS UN BRUIT (ULTRA HD / 4...
  GHOSTLAND
  INSIDIOUS : LA DERNIÈRE CLÉ
  ANNABELLE 2 : LA CRÉATION D...

du même éditeur
  ELECTRIC BOOGALOO
  RAY HARRYHAUSEN LE TITAN DE...
  RED STATE
  MONDWEST (BLU-RAY)
  ATLANDIS DOWN
  OPÉRATION LIDICE : L'HISTOI...
  CASINO JACK
  GUNLESS
  MIRROR WARS : REFLECTION ON...
  RAIN FALL


Dernières Actus
  GODZILLA II : ROI DES MONST...
  LE BAT-SIGNAL PROJETÉ DANS ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  LE PROGRAMME IMAX ENHANCED ...
  COFFRET 4 DVD SUITS SAISON ...
  JACK RYAN SAISON 1 EN DVD E...
  4 TITRES REJOIGNENT LE CATA...

The children

Titre Original The children
Genre Horreur
Pays Angleterre (2009)
Date de sortie mardi 2 mars 2010
Durée 81 Min
Réalisateur Tom Shankland
Avec Eva Birthistle, Stephen Campbell Moore, Jeremy Sheffield, Rachel Shelley, Hannah Tointon
Producteurs Rupert Preston, Lee Thomas
Scénaristes Tom Shankland
Compositeur Stephen Hilton
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Aventi
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  81 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Contaminés par un étrange virus, les enfants de deux couples sont pris de pulsions homicides.

Critique subjective :

Une apparence rassurante dissimulant une nature profondément mauvaise. Parmi les concepts les plus troublants du cinéma d’horreur, l’inversion des valeurs occupe une place de choix. Dans son ouvrage Le cinéma d’horreur et ses figures, Eric Dufour la définit comme « un certain jeu sur l’opposition entre l’extérieur et l’intérieur […] qui fait de cette opposition un choc, fait pour heurter le spectateur » avant d’ajouter « ce choc visuel, ce heurt esthétique entre l’apparence physique et l’acte, est une figuration de l’incompréhensibilité qui est propre à l’horreur ». Simple, le procédé n’en est pas moins d’une efficacité redoutable.

Dans ses multiples variantes, ce mécanisme de la peur, qui trouve donc son creuset dans une « opposition entre l’apparence et la réalité », a souvent détourné la figure rassurante de l’enfant (associée à la douceur et à l’innocence), cristallisant ainsi l’angoisse de ne pas avoir l’ascendant en tant qu’adulte et / ou parent. Maintes fois exploitée, la thématique de l’enfance maléfique a donné lieu à quelques éclatantes réussites : Le village des damnés, Les innocents, Les révoltés de l’an 2000, La malédiction. Pas facile de passer ensuite.

Ecrit et réalisé par Tom Shankland (dont c’est le second long-métrage après WAZ en 2007), The children s’attaque néanmoins au sujet et s’en sort bien (témoignant, accessoirement, de l’étonnante vitalité du cinéma horrifique anglais). Comme beaucoup de réalisateurs de sa génération, Shankland voue une passion immodérée au cinéma de genre des seventies. On en retrouvera ici l’influence dans un traitement concis (80 minutes) et carré.
Installant volontairement une ambiance familiale et paisible (l’action se déroule au moment des fêtes de fin d’année), le réalisateur britannique fait monter la pression et développe quelques bonnes idées (le personnage de l’adolescente, coincé entre les deux mondes), sans jamais oublier de soigner la forme (mise en scène au cordeau, photographie jouant sur les couleurs vives associées à l’enfance, bande originale efficace). The children distille ensuite un malaise palpable, posant le dilemme moral irrémédiablement associé à l’enfance maléfique (qui peut tuer un enfant, à fortiori sa propre progéniture ?) et ménageant quelques effets gore très douloureux. L’objectif ultime du métrage, nous coller la frousse avec des gosses très inquiétants (et ici particulièrement sournois), est pleinement atteint.

Verdict :

Conscient de ne pouvoir rivaliser avec les fleurons du genre (qu’il cite parfois), Tom Shankland signe une série B humble, directe et efficace. Du travail d’artisan consciencieux.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Une qualité d’image fidèle aux choix du réalisateur. La granularité des visuels et le jeu sur les couleurs vives sont respectés avec un master qui évite d’être trop lisse et une colorimétrie soignée. La compression, très discrète, se montre aussi de bonne facture. Un rendu global très satisfaisant.



Le Son
 

Des pistes 5.1 efficaces. L’ensemble manque parfois un peu de vigueur mais les deux pistes affichent une belle clarté et une ampleur appréciable. La spatialisation s’avère également de bonne tenue et le rapport voix / effets / musique bien géré.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 20 min
  Boitier Amaray
   
   

- Bande annonce VOST (2minutes).

- Bande annonce VF (2 minutes).

- Paul Hyett parle des effets spéciaux (5 minutes) : Sympathique coup de projecteur sur les prothèses et autres effets gore employés dans le film.

- Interview du réalisateur Tom Shankland (8 minutes) : Décontracté, arpentant ses quartiers une bière à la main, le réalisateur nous explique sa façon d’organiser le tournage et le cachet visuel qu’il  souhaité donner à son métrage, références photographiques et cinématographiques à l’appui. Un bonus pas déplaisant mais un peu léger.

- Teasers (3 minutes). 

- Galerie photos.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage