dans le même genre
  L'ENFER DES ANGES
  DE CENDRES ET DE BRAISES
  LES TOMBEAUX SANS NOMS
  LES ÂMES MORTES
  LE GRAND BAL
  RBG
  NOS ANIMAUX DOUX DEHORS, SA...
  VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA ...
  BELMONDO OU LE GOÛT DU RISQ...
  SCREAM FOR ME SARAJEVO

du même éditeur
  THOMAS PESQUET, L'ETOFFE D'...
  VOYAGE OF TIME : AU FIL DE ...
  LES CHEMINS DE L'ÉCOLE VOLU...
  ILS S'AIMENT DEPUIS 20 ANS
  L'ALGERIE VUE DU CIEL
  JACKIE
  SHERLOCK SAISON 4
  DIX POUR CENT SAISON 2
  LA FILLE DE BREST
  MA VIE DE COURGETTE


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

2010, une année sur terre

Genre Documentaire
Pays France (2011)
Date de sortie mardi 15 février 2011
Durée 120 Min
Réalisateur David Korn Brzoza
Avec Jacques Weber
Producteurs Yves Darondeau, Christophe Lioud et Emmanuel Priou
Scénaristes David Korn-Brzoza et Caroline Vermalle
Compositeur Laurent Marimbert
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   France télévisions Distribution
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  1
   
   
Ne nous méprenons pas, le titre est prometteur mais ne revient en aucune manière sur l’ensemble des évènements marquants de l’année passée, mais plutôt sur les catastrophes climatiques marquantes : La tempête Xinthia, le Volcan Islandais, le séisme en Haïti etc… Et sous couvert d’un message écologique fort qui revient sur la force de la vie qui trouve toujours sa place et contre laquelle on ne peut rien faire.

La principale bonne idée de cette compilation d’images chocs réside principalement dans le fait de nous faire une synthèse des évènements naturels qui ont marqué cette année particulièrement douloureuse pour les populations. Et il faut bien le dire, 2010 ne nous a pas épargné, et certains passages de ce documentaire viennent, à juste titre, nous rappeler que les éléments finissent toujours par nous dominer et que la puissance humaine ne se résume, à finalement pas grand-chose. Douloureux parfois, merveilleux de temps en temps, le documentaire de David Korn-Brzoza nous montre à grand renfort de témoignages involontaires et d’images parfois choquantes de cette nature qui reprend sa place coûte que coûte.

Fallait-il compiler toutes ces douleurs ? Il n’en n’est pas certain, d’autant que le résultat en est un film d’une tristesse monstrueuse, qui ne nous donne pas l’espoir d’une nouvelle douzaine de mois qui l’on aborde du coup avec beaucoup d’angoisse pour ce que la nature nous réserve. Car « 2010, une année sur terre » se veut certainement un documentaire qui tente de réveiller les consciences avec une alternance entre les évènements destructeurs pour l’homme et la beauté de la vie qui continue dans l’insouciance de cette course permanente et utopique de l’homme pour dominer une nature dont il a besoin pour sa propre survivance, mais le montage et le ton volontairement laconique de Jacques Weber en font une compilation anxiogène d’ évènements rarissimes, mais finalement dû à l’inconscience humaine. Avons-nous besoin d’une telle compilation ?

Dans l’ensemble le film revient avec respect et stupeur sur des douleurs d'une année que l’on espérait plus calme. Mais le commentaire narré par Jacques Weber devient très vite épuisant. D’un ton monocorde et solennel, l’acteur raconte l’histoire d’une terre que les humains redécouvrent avec l’innocence de l’enfant qui vient de faire une bêtise. Peu palpitant dans l’ensemble, le documentaire sombre, par une conviction maladroite de son narrateur et forcément du texte, dans une sorte de résumé indigeste de toutes les catastrophes de l’année écoulée.

En conclusion, le documentaire « 2010, une année sur terre » est une compilation un brin alarmiste et maladroite des évènements climatiques de l’année 2010. Ressemblant plus à une émission de TF1 qu’à un documentaire inventif et méticuleux qui ferait une synthèse d’une année passée, ce montage d’images se repose sur un discours maladroitement écologique, narré sans grande conviction par un Jacques Weber en petite forme.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image soignée vient donner au film un éclat bienvenu. Les contrastes mettent en valeur la qualité des soins visuels apportés à la photo, et les contrastes donnent suffisamment de relief. Les couleurs sont parfaitement bien pesées pour jouer sur les nuances de tons qu‘offrent les paysage. Le spectacle bénéficie d’un beau transfert.

Le Son
 
Une bande son 5.1, forcément efficace qui se met totalement au service de ce film, dont la bande originale est d’une grande inspiration. Les basses sont particulièrement mises à contributions, et la dynamique se fait immédiatement entendre dès que les besoins s’en font sentir. La spatialisation est en phase totale avec le film.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Pas de bonus !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage