dans le même genre
  LE BOOK CLUB
  LADY BIRD
  BAGDAD CAFÉ
  OTEZ MOI D'UN DOUTE
  L'EMBARRAS DU CHOIX
  PATERSON
  TINI : LA NOUVELLE VIE DE V...
  LA FACE CACHÉE DE MARGOT
  MARIAGE À L'ITALIENNE
  VALENTIN VALENTIN

du même éditeur
  UN COUTEAU DANS LE VENTRE
  HUNGER GAMES : LA RÉVOLTE P...
  EXPENDABLE 3
  ECHO
  INNOCENT
  LES BRASIERS DE LA COLÈRE
  EVIDENCE
  HUNGER GAMES : L'EMBRASEMEN...
  MYSTÈRE DES BALLES FANTOMES
  AMERICAN STORIES


Dernières Actus
  LES STUDIOS ET PLATEFORMES ...
  DISNEY DÉVOILE LA PHASE 4 D...
  LE CHANTEUR SUD AFRICAIN JO...
  DISNEY DÉVOILE LA BANDE ANN...
  LE FESTIVAL "VAL DE ROCK" E...
  TRÈS COURT INTERNATIONAL FI...
  PREMIÈRE IMAGE DE "WEST SID...
  GLADIATEUR 2 EST CONFIRMÉ

L'escorte

Titre Original The Wedding Date
Genre Comédie sentimentale
Pays USA (2010)
Date de sortie vendredi 1 juillet 2011
Durée 90 Min
Réalisateur Clare Kilner
Avec Debra Messing, Dermot Mulroney, Amy Adams, Stephen Lobo
Producteurs Jessica Bendinger, Paul Brooks, Michelle Chydzik et Nathalie Marciano
Scénaristes Dana Fox
Compositeur Blake Neely et Debbie Wiseman
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Metropolitan
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  90 min
  Nb Dvd  1
   
   
Pour rendre jaloux son ex-fiancé, garçon d’honneur au mariage de sa jeune sœur, dont elle est encore amoureuse. Kat engage un escort boy qui va s’avérer beaucoup plus séduisant qu’elle ne le pensait.

Au rayon, comédie romantique, « L’escorte » n’est certainement pas celle qui viendra révolutionner le genre. Dès le départ on connait l’issue, rien n’est fait pour surprendre le spectateur, et autant le dire on flotte en terrain connu et balisé. La réalisatrice Clare Kilner (Janice l’intérimaire), ne tente aucune approche risquée et utilise au contraire tous les codes de la comédie romantique sur fond de mariage. On a même l’impression de visionner : « Le mariage de mon meilleur ami 2 : Et maintenant ils font Love Actually », car la réalisatrice redonne les mêmes scènes, ou presque, des dialogues identiques, ou presque et les personnages évoluent de la même manière ou presque, sans jamais dériver d’un iota.

Pour cela la réalisatrice s’est entourée d’une équipe déjà rodée à la comédie romantique, à commencer par Dermott Mulroney (le mariage de mon meilleur ami) qui nous redonne une prestation impeccable sans beaucoup de relief, mais suffisamment correcte pour correspondre aux besoins, ni plus ni moins. Et c’est bien le problème de ce film, c’est que tout est correcte, sans aucune surprise, le comédien se laisse porter par le scénario léger et ne cherche pas à donner la moindre ambigüité sur son personnage, qui pourrait effectivement en avoir. Mais le cahier des charges faisant, impossible de trouver une petite brèche dans cette intrigue finalement assez cousue de fil blanc. L’actrice Debra Messing (The Women) ne vient d’ailleurs pas remonter le piquant de la sauce, puisqu’elle tente une pâle imitation de celle qui donna ses lettres de noblesses au genre : Julia Roberts. Ici l’actrice joue le personnage désabusé, sans grande conviction et ne pouvant se reposer sur une histoire qui ne fait pas dans la prise de risque, sa laisse aussi aller à la dérive maitrisée d’un rôle sans aucun relief.

On l’aura donc compris, « l’escorte » est un film ultra calibré qui ne laisse place à aucune surprise, bien au contraire et qui déçoit donc par son manque de volonté de faire quelque chose de dynamique et originale. On peut ainsi reprendre tous les grands succès du genre, on trouvera systématiquement une scène qui lui ressemblera dans le film.

Pourtant malgré cela, le film fonctionne, puisque l’on ne s’ennuie finalement pas tant que ça, bien au contraire, on se laisse bercer par la mélodie romantique de l’ensemble et l’on attend un peu alangui que le final se mette en route pour laisser nos deux tourtereaux convoler en douces noces.

En conclusion, « L’escorte », pourrait faire partie de ces films, que l’on regarde un Dimanche après-midi, en famille ou en couple sous la couette, en pyjama, sans grandes ambitions, puis que l’on ramène au vidéo club, ou que l’on oublie dans le fond d’un carton.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image soignée avec des couleurs particulièrement bien tenues. Les contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble Le support est d’une grande efficacité pour donner un véritable volume aux ambiances, et tout son sens au film.

Le Son
 
Une piste 5.1 qui se veut dès le départ efficace avec des basses présentes en force et des ambiance posées avec minutie. La dynamique fait dans le lourd pour mieux coller à l’esprit du film. La spatialisation est minutieuse et les effets sonores ne viennent pas empiéter sur les dialogues.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Quelques scènes rallongées, rien de plus !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage