dans le même genre
  PETIT PAYS
  A BOUT DE SOUFFLE (ULTRA HD...
  LA HAINE (ULTRA HD / 4K)
  BRICK
  WET SEASON
  UN COEUR EN HIVER
  SATANTANGO
  ARYTHMIE
  CHANSON DOUCE
  LA ROUE

du même éditeur
  MIDWAY
  TRAINÉ SUR LE BITUME
  UN COUTEAU DANS LE VENTRE
  HUNGER GAMES : LA RÉVOLTE P...
  EXPENDABLE 3
  ECHO
  LES BRASIERS DE LA COLÈRE
  EVIDENCE
  HUNGER GAMES : L'EMBRASEMEN...
  MYSTÈRE DES BALLES FANTOMES


Dernières Actus
  UNE PREMIÈRE SALVE DE NOUVE...
  DVDCRITIQUES LIVE #35 : KIT...
  DVDCRITIQUES LIVE # 34 : L'...
  MORT DU COMÉDIEN ET SCÉNARI...
  TEST DIVACORE ANTIPODS2 : E...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : KITAR...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : L'ANT...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX EN ...

Innocent

Titre Original Voces inocentes
Genre Drame
Pays USA (2005)
Date de sortie jeudi 15 mai 2014
Durée 120 Min
Réalisateur Luis Mandoki
Avec Carlos Padilla, Léonor Varela, Xuna Primus, Gustavo Munoz
Producteurs Lawrence Bender et Luis Mandoki
Scénaristes Luis Mandoki et Oscar Orlando Torres
Compositeur André Abujamra
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Espagnol
Non
Non
Non
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Metropolitan
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  120 min
  Nb Dvd  1
   
   
Inspiré par l’histoire vraie du scénariste Oscar Torres, ce film relate l’histoire d’un enfant de 11 ans, Chava, au Salvador dans les années 80. Le pays est agité par des tensions internes et les forces armées gouvernementales sont en lutte contre les rebelles du FMLN. L’armée enrôle dans ses troupes des enfants dès l’âge de 12 ans. Pour Chava, il reste un an avant de devenir à son tour un soldat.

Inspiré par la vie de l’écrivain et scénariste Oscar Orlando-Torres (Urgences) le film s’intéresse au quotidien de ces enfants qui subissent inlassablement les ingérences de la guerre civile dans leurs vies. Des vies dans lesquelles les jeux les plus simples sont subitement  interrompus par des tirs en rafales sans buts réels que celui de terroriser une population pour mieux l’affaiblir, des vies dans lesquelles des enfants dès l’âge de 11 ans commencent à craindre la mort au lieu de vivre dans l’insouciance permanente des instants de rires et de farces. Chava se retrouve dès son jeune âge chef de famille et redoute en permanence l’arrivée de soldats qui viendront l’enlever à sa famille pour en faire de la chair à canon.

La réalisation de Luis Mandoki (Angel Eyes) va d’ailleurs dans ce sens. Il met sa caméra à hauteur d’enfant, filme la guerre de leur point de vue, ne se cache pas derrière un discours biaisé, bien au contraire, il laisse les faits et le scénario (écrit par l’auteur du roman), faire le travail. On y voit des enfants insouciants puis subitement terrorisés par les déflagrations et les coups de feu. On y voit l’innocence s’évanouir pour laisser place à la survie permanente. 

Impossible, évidemment de ne pas penser à ce que vivent actuellement les enfants de Syrie. Et les nombreux reportages en ce sens qui résonnent subitement en écho à ce film de presque 9 ans. Le réalisateur utilise des plans serrés pour mieux imprégner le spectateur de la détresse de ces populations. Car il faut bien le dire les mères souvent abandonnées dans les villages par des hommes fuyant le conflit ou enrôlés de force dans les rangs de l’armée salvadorienne. Elles luttent sans cesse pour leur survie et celle de leurs enfants, mais également dans l’insoutenable angoisse de voir leur fils emporter par les armes.

Et ce film prend en hauteur grâce à l’interprétation surprenante de maturité des jeunes acteurs, à l’instar de Carlos Padilla. Le jeune garçon fait preuve d’une étonnante justesse de ton et sait d’ores et déjà jouer avec la caméra pour rendre son personnage plus émouvant ou plus drôle suivant l’action. Et puis il y a bien sûr Léonor Varéla (Dallas) qui vient donner tout son sens à cette femme brisée par l’abandon de son mari et la peur incessante de perdre son fils.

En conclusion, « Innocent Voices » est une leçon d’histoire, pas si éloignée de nous, qui devrait logiquement résonner comme un écho à ce qui passe très près de nous. A voir pour la qualité du scénario, de la réalisation, et de son interprétation.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. La saturation dans certaines scènes lumineuses ou d’autres plus sombres est parfaitement bien évitée.

Le Son
 
Une piste Dolby Digitale 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix sont magnifiquement mises en valeur, particulièrement lors des scènes plus intimes.  La dynamique de l’ensemble est suffisamment bien équilibrée pour ne pas se laisser déborder par les musiques ou les quelques effets sonores. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 20 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of assez complet qui revient à la fois sur les évènements qui ont inspirés le film, mais également sur les conditions de tournage et sur les qualités de composition des acteurs et notamment des plus jeunes.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage