dans le même genre
  L'HOMME INVISIBLE (2020)
  LES RÉVOLTÉS DE L'AN 2000
  INUNAKI : LE VILLAGE OUBLIÉ
  CA CHAPITRE 2
  CRAWL
  ANNABELLE : LA MAISON DU MA...
  MA
  LA MALÉDICTION DE LA DAME B...
  SIMETIERRE
  LA NONNE

du même éditeur
  RED JOAN
  TOM LITTLE ET LE MIROIR MAG...
  LES AVENTURES EXTRAORDINAIR...
  MADEMOISELLE DÉTÉCTIVE
  ONE DIRECTION
  THE FOREST
  SUPER
  THE HUMAN CENTIPEDE
  RONAL LE BARBARE
  LES MESSAGERS 2


Dernières Actus
  DISPARITION DE SEAN CONNERY
  ARMIN VAN BUUREN RÉÉDITE SO...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ FASHION...
  LA BANDE ANNONCE DE RAYA ET...
  KAAMELOTT REPORTÉ
  SOUL DE PIXAR DISPONIBLE PO...
  UNIVERSAL ET MGM REPORTENT ...
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...

Paranormal Activity : Tokyo night

Genre Horreur
Pays Japon (2011)
Date de sortie jeudi 13 octobre 2011
Durée 90 Min
Réalisateur Toshikazu Nagae
Avec Aoi Nakamura, Noriko Aoyama
Producteurs Yasutaka Hanada
Scénaristes Toshikazu Nagae
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Japonais
Oui
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Seven7
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  90 min
  Nb Dvd  1
   
   
Victime d’un grave accident de la route aux Etats-Unis, une jeune femme est rapatriée chez elle, au Japon, dans un fauteuil roulant, avec les deux jambes dans le plâtre. En l’absence de son père, c’est son frère qui s’occupera d’elle. Mais très vite, le jeune homme suspecte la présence de phénomènes surnaturels dans la chambre de sa sœur. Un soir, il décide d’utiliser une caméra pour filmer, les évènements qui vont se produire.

C’était inévitable, mais le succès aidant « Paranormal Activity » fait des petits et cette fois-ci, même nous fait voyager, puisque l’action se situe aux Japon. Le monde à l’envers pour un pays qui nous a offert deux des plus grandes frayeurs des dix dernières années avec « The Ring » par exemple, qui fut au final copié par les américains. Alors lorsque les choses s’inversent on est forcément intrigué et l’on trépigne en se disant que la réussite est inévitable.
 
Et le problème de « Paranormal Activity » c’est qu’il ne se passe rien et qu’il faut donc combler. Alors les japonais ont décidé de nous offrir des images de la vie quotidienne, avec les deux personnages qui mangent souvent, salement, et bruyamment, filmés par une caméra d’une rare précision pour pouvoir retranscrire tous les bruits liés au repas. Et puis de temps en temps, le fantôme s’invite à la fête, mais l’effet de surprise de l’original étant passé, on s’attend à tout dès que le compteur ralenti.
 
Alors forcément on ne tremble plus, on en sursaute même pas, et on s’ennuie ferme d’un bout à l’autre, même lors du final qui aurait pu nous retourner. Rien de tout cela n’arrivera, on se pose au contraire beaucoup de questions, parfois même on a envie de sortir un vieux livre d’Edgar Poe, histoire de faire quelque chose d’intéressant. Car autant le dire côté scénario, nous ne sommes pas loin de la ligne simple.

Et les acteurs ont bien du mal à trouver l’inspiration devant un vide aussi prometteur que celui d’une histoire qui n’en n’est pas une. Dès le début les compositions sont basiques, presque amateurs pour donner l’impression de faire dans la téléréalité, mais très vite tout cela devient insupportable, car les expressions sont aussi vides que celles de la distribution des « Vacances de l’amour ». Un drame.

En conclusion, juste un conseil : « Paranormal Activity » était une surprise, « Paranormal Activity : Tokyo Night » est exactement l’inverse.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image soignée avec des couleurs particulièrement bien tenues. Les contrastes donnent un véritable éclat aux effets spéciaux, mais ne parviennent pas à masquer certaines maladresses dans la direction de la photo. Le support est d’une grande efficacité lorsqu‘il s‘agit d‘espaces lumineux, mais manque de précision lors des scènes sombres. Certains défauts propres au film bénéficient pourtant d’un peu plus de soin et parviennent à être atténués mais pas suffisamment.

Le Son
 
Une piste 5.1, qui tient ses promesses, les ambiances sont reconstruites avec beaucoup de brillance surtout dans les bruitages particuliers aux ambiances. Le 5.1 fait des merveilles lors des effets sonores, mais souffre toutefois d‘un décalage remarquable entre dialogues et effets. Quelques soit la version, le support se met toutefois totalement au service du film et parvient à surprendre lors des scènes finales. Cela fait au moins un bon point.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   
Pas de bonus !

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage