dans le même genre
  L'ENFER DES ANGES
  DE CENDRES ET DE BRAISES
  LES TOMBEAUX SANS NOMS
  LES ÂMES MORTES
  LE GRAND BAL
  RBG
  NOS ANIMAUX DOUX DEHORS, SA...
  VOYAGE À TRAVERS LE CINÉMA ...
  BELMONDO OU LE GOÛT DU RISQ...
  SCREAM FOR ME SARAJEVO

du même éditeur
  MR. SLOANE
  SOUTHCLIFFE
  A YOUNG DOCTOR'S NOTEBOOK S...
  COMBATIENTES
  MADE IN FRANCE
  MINUSCULE, LA VALLÉE DES FO...
  SACRIFICE
  THE FEAR
  LA GIFLE
  A YOUNG DOCTOR’S NOTEBOOK


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

A l'ombre de la république

Genre Documentaire
Pays Fr (2013)
Date de sortie jeudi 5 septembre 2013
Durée 100 Min
Réalisateur Stéphane Mercurio
Avec Jean-Marie Delarue, Bourgeois Isabelle Le
Producteurs Viviane Aquilli, Mathieu de Laborde, Inger Servolin, Carole Etoubleau et Jasmina Sijercic
Scénaristes Divers
Compositeur Hervé Birolini
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Editions montparnasse
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  100 min
  Nb Dvd  1
   
   

Difficile de rester insensible à ce qui se passe derrière les barreaux d’un enfermement, qu’il soit carcéral ou psychiatrique. Le documentaire suit le travail particulièrement minutieux des équipes de contrôleur des lieux d’enfermements, alertés par différents courriers de détenus ou de proches de détenus reprochant certains dysfonctionnements. Le documentaire profite de l’occasion pour nous amener à la réflexion sur les conditions de détentions de ces personnes punies par la loi.

Et dés le départ on comprend que la tâche de ces contrôleurs est ardue. Dans une prison de femmes, les détenues se lâchent sur les réelles conditions de leur enfermement. Elles parlent sans tabou, comme si l’interlocuteur était un libérateur, celui ou celle qui viendra mettre fin à une situation qui se rajoute à la peine de prison qu’elles doivent accomplir, les contrôleurs et les spectateurs écoutent, parfois avec peine, parfois avec compassion, ce qui s’entend sur les agissements d’un gardien et du directeur de la prison. Et doucement le spectateur s’interroge : Une détenue doit-elle subir des conditions détestables ?

Et c’est d’ailleurs tout au long du documentaire que l’on se demande si, un homme ou une femme ayant commis un crime, quel qu’il soit, doit-il être oublié de la république et des hommes libres ? Le documentaire a l’intelligence de ne pas faire de commentaires qui aiguilleraient le spectateur dans une réflexion dénuée de nuance, il laisse les mots des uns et des autres provoquer le réflexion, les attitudes rigoureuses et impartiales des contrôleur, comme l’ancienne aumônier, qui écoute sans juger, sans condamner les témoignages des uns et des autres, ou encore l’ancien général de gendarmerie, qui constate et fait un rapport implacable sur des conditions tenues par un directeur un peu trop entreprenant.

En conclusion, « A l’ombre de la république » est un documentaire sobre et intelligent qui amène le spectateur à la réflexion qui ne juge pas mais n’accable pas non plus. Les mots des uns et des autres sont autant de sujets de réflexions et les maux de certains intervenants comme ceux de l’hôpital psychiatrique  forcent évidemment à se poser la question sur les décisions et la privation de liberté.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.77:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le documentaire oscille entre environnements extérieurs et intérieurs plus ou moins sombres, parfaitement mis en valeur par un travail soigné de la photographie.



Le Son
 

Côté son la piste 5.1  est une grande valeur ajoutée, puisque les voix parviennent à se faire enveloppantes, presque hypnotiques, lorsqu'il s'agit d'Isabelle Le Bourgeois. le bruits des serrures de portes de cellules fait froid dans le dos. l'ensemble est de très bonne qualité et met parfaitement en valeur le travail de l'équipe du film.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 87 min
  Boitier Amaray avec fourreau cartonné
   
   

La section bonus offre de belles surprises, avec pour commencer un court métrage de Stéphane Mercurio : « Avec mon p’tit bouquet », avec l’aimable participation de Zazie. Une certaine cohérence puisque le sujet n’est autre que le mariage en prison. Un regard une fois de plus sans concession sur les règles en prison, même s’il est fictionnel.

Puis une interview très intéressante pour ne pas dire passionnante de la réalisatrice Stéphane Mercurio, qui revient sur les origines du projet et sur les difficultés de tourner dans des lieux d’enfermements, avec tout ce que cela implique d’autorisations de l’état mais aussi d’encadrements.

Enfin l’émission « L’humeur vagabonde" de Kathleen Evin du 7 Mars 2012, dans laquelle Stéphane Mercurio et Jean-Marie Delarue étaient invités. Bon, c’est peut-être la mauvaise idée de l’édition, puisqu’il s’agit d’une émission dure 54 mn, les interventions des deux invités y sont passionnantes, mais l’ensemble est présenté avec une image fixe, il aurait été plus malin de mettre les images de l’émission.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Stéphane Mercurio et Jean-Marie Delarue dans L'humeur Vagabonde sur France Inter