dans le même genre
  55 STEPS
  COLETTE
  SILVIO ET LES AUTRES
  BOHEMIAN RHAPSODY
  MARY SHELLEY
  KINCSEM
  MARIE MADELEINE
  MY WONDER WOMEN
  ESCOBAR
  THE DISASTER ARTIST

du même éditeur
  THE STRANGE ONES
  L'AMOUR DES HOMMES
  MARIO
  CENTAURE
  VANGELO
  BONHEUR ACADÉMIE
  YOU'LL NEVER BE ALONE
  NE ME LIBÉREZ PAS, JE M'EN ...


Dernières Actus
  DISNEY DÉVOILE SA BANDE ANN...
  JORGE JIMENEZ PRÉSENT PENDA...
  LE COMIC CON PARIS DÉVOILE ...
  SPIDER-MAN POURRAIT QUITTER...
  A STAR IS BORN ENCORE
  LE RÉALISATEUR JEAN PIERRE ...
  DISNEY ANNONCE DES RECETTES...
  LUC BESSON DANS LA TOURMENT...

Jean Moulin, évangile

Genre Biopic
Pays FR (2016)
Date de sortie mardi 3 juillet 2018
Durée 163 Min
Réalisateur Martrin-Donos Régis De
Avec Pascal Rénéric, Anne-Elodie Sorlin, Laurent Charpentier, Gonzague Van Bervesselès, Odile Cohen, Stéphane Dausse, Michael Evans
Producteurs Badock Théâtre
Scénaristes Jean Marie Besset
Compositeur Divers
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Epicentre films
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  163 min
  Nb Dvd  1
   
   
En 1940, Jean Moulin, préfet de Chartres, fait une tentative de suicide après avoir été torturé par des agents de la Gestapo, qui voulaient le faire accuser des tirailleurs sénégalais d’atrocités sur des civils. A 40 ans, il a bien compris que la libération du pays ne pourra venir que du General de Gaulle et des Français de Londres. Jean Moulin, Evangile déploie le courage de ce héros christique, depuis son patient travail d’unificateur jusqu’à son agonie aux mains de Klaus Barbie à Lyon.

S’il existe bien une figure du héros dans toute sa grandeur, c’est bien celle de Jean Moulin, ancien préfet de Chartres, grand résistant et maintenant résidant du Panthéon pour une existence, tardive, peut-être, mais dédiée à résister contre les horreurs commises par les nazis durant la seconde guerre mondiale. Mais, au final, que connait-on de sa vie ? Pas grand-chose ! On ne garde que cette figure un peu mystique, pour ne pas dire christique de cet homme qui vit s’éteindre sa vie sous la torture d’un Klaus Barbie particulièrement vicieux et assoiffé du sang de son ennemi qu’il considéra comme son jouet.

Le dramaturge et réalisateur Jean-Marie Besset (Beaumarchais l'insolent) s’est rendu compte de cet état de fait et a donc décidé d’y remédier en écrivant un spectacle qui retracerait ce parcours hors du commun et qui permettrait de mieux connaitre cet homme décalé, au sein d’une société bien enfermé dans ses paradoxes, dans ses doutes et dans ses divisions internes dans laquelle certains faisaient allégeances à l’ennemi, d’autres s’en accommodaient et d’autres, comme Jean Moulin qui décidèrent de résister. Mais est ce que Jean Moulin a vu la lumière dès le début ? Est ce qu’il était un homme exemplaire ? Et bien la réponse est non et heureusement pas ! Car s’il est avéré qu’il était homosexuel à une époque où l’homosexualité était un délit, qu’avant la guerre il avait dessiné des caricatures de juifs, qu’encore avant il profitait d’une existence de nantis qui passait son temps entre les yachts l’été et le ski l’hiver, sans parler des soirées mondaines loin des préoccupations des pauvres gens, il n’en demeure que la seconde guerre mondiale, la haine des nazis et l’oppression ont fait naître en l’homme toutes les valeurs de celui qui se dresse contre l’oppression et la barbarie, au point d’y donner sa vie dans les pires des souffrances.

Le spectacle revient donc sur toutes les phases de cette mutation, de ces doutes qui ont construit le saint qu’il pourrait être devenu, tant son martyre pour que le monde soit libre est un exemple pour les générations à venir. Si l’on peut regretter que dans les 30 ou 45 premières minutes, les textes tournent autour de la sexualité, jugée déviante à l’époque, au point d’occulter le plus important, à savoir les doutes des uns et des autres comme ceux de Jean Moulin lui-même, le spectacle à tout de même le mérite de lever le voile sur un personnage que l’on connait de nom, de destin et de sacralisation par son entrée au Panthéon. Le choix de son auteur à faire un parallèle avec le mythe de jésus est forcément revendiqué par un destin hors norme qui part de l’insouciance pour arriver à la révélation spirituelle qui lui feront mener un combat pour se conclure par un sacrifice ultime.

La distribution, à commencer par Pascal Rénéric (Les Parrains) qui interprète un Jean Moulin tout en nuances, en fêlures et en doutes pour mieux en faire exploser la force et le rendre effectivement à l’image christique dans le sens de son martyre et de l’impact de sa mort sur les générations suivantes. C’est aussi la prestation de Michael Evans (Gare du Nord) en Klaus Barbie tout en puanteur, en vice et en sourire reptilien qui parvient à donner à son personnage un contre poids remarquable qui vont construire le mythe de Moulin.

« Jean Moulin Evangile » est un spectacle remarquable à la mise en scène soignée et inventive qui utilise l’espace et les armoires pour mieux enfermer les personnages et donner au spectacle une résonance particulière qui donne au propos tout son relief. Encore une fois, il est dommage que les 30 premières minutes s’intéressent à la vie sexuelle du héros plus qu’à ses doutes.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Rarement une captation de spectacle fut aussi désastreuse. L’une des caméras semble avoir été posée comme lors d’un spectacle de fin d’année scolaire, au milieu des gens qui toussent, qui parlent et bougent sans cesse. La qualité oscille en fonction du montage qui lui-même semble avoir été fait aux ciseaux mal aiguisés. C’est assez surprenant et catastrophique pour un spectacle de cette qualité.

Le Son
 
Du coup, même chose pour la piste 2.0 dont la qualité varie en fonction des plans et des coupures. On souffre de baisses de volumes permanentes et de toux qui viennent nous faire sursauter ou de commentaires très proches du micro de la caméra flanquée au milieu du public. Un travail de synchronisation aurait été le, minimum que l’on pouvait attendre de la captation d’un tel spectacle.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 18 min
  Boitier Amaray
   
   
L’entretien avec l’auteur et réalisateur, qui parle de son envie de décrire le personnage et d’ne faire un parallèle avec le christ.

Une biographie de l’auteur, des scènes alternatives et une galerie de photos.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage