dans le même genre
  BRITANNIA
  THE PATRIOT : LE CHEMIN DE ...
  LES HEURES SOMBRES
  THE LAST KINGDOM : SAISON 1
  LA CAMÉRA EXPLORE LE TEMPS ...
  VALMONT
  BEN-HUR (2016)
  LA RÉSURRECTION DU CHRIST
  TOUTÂNKHAMON : LE PHARAON M...
  EXODUS : GODS AND KINGS

du même éditeur
  1900
  BRITANNIA
  A L'HEURE DES SOUVENIRS
  STARS 80, LA SUITE
  GARDE ALTERNÉE
  MEMORIES OF WAR
  K.O
  THE JANE DOE IDENTITY
  OSIRIS
  GUARDIANS


Dernières Actus
  LE GRINCH AU GRAND REX AVEC...
  CHARMED SAISON 1 REMASTERIS...
  MAC GYVER SAISON 1 REMASTER...
  SHOOTER SAISON 2 EN COFFRET...
  COFFRET DVD INTÉGRALE COLLE...
  LE GRAND LIVRE DES TECHNIQU...
  LE RÉCIT DANS LES SÉRIES DE...
  LE RÉCIT DANS LES SÉRIES PO...

Oro La Cité Perdue

Titre Original Oro
Genre Fresque historique
Pays Espa (2018)
Date de sortie mercredi 1 août 2018
Durée 90 Min
Réalisateur Yanes Agustin Diaz
Avec Raul Arevalo, Barbara Lennie, Oscar Jaenada, José Coronado, Juan José Ballesta, Luis Callejo
Producteurs Mikel Lejarza et Enrique Lopez Lavigne
Scénaristes Agustin Diaz Yanes
Compositeur Javier Limon
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Espagnol
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Wild side video
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  90 min
  Nb Dvd  1
   
   
1538, au cœur de l’Amazonie sauvage, un groupe de conquistadors espagnols part à la recherche d’une mythique cité d’or : Teziutlan. Aveuglés par leur quête et leur soif de richesse, ils plongent au plus profond de l’enfer vert, jusqu’à en perdre la raison…

Les amateurs d’histoires de conquêtes connaissent bien celle, au XVIème siècle, qui vit les espagnoles chercher de manière compulsive, la fameuse cité d’Or qu’un conquistador dit avoir vu lors de l’un de ses voyages. Une recherche qui fut, d’une certaine façon, responsable de l’extinction de plusieurs civilisations anciennes en Amériques du Sud. Ce que l’on sait moins c’est que cette soif de l’or a aussi causé des morts dans le camp espagnol, non pas qu’ils aient été victimes, difficiles à croire, ils furent simplement les dommages liés à une guerre entre une civilisation conquérante et une autre qui se défend avec ses armes et une connaissance du terrain particulièrement pointue. Sous couvert d’une évangélisation « Nécessaire », les Espagnoles tuèrent et s’entre tuèrent pour découvrir la plus grande chimère de l’histoire des conquêtes : La Cité d’Or de Teziutlan.

Une épopée qui forcément inspira de nombreux scénaristes et autant de réalisateurs. Et si cette période sombre de l’histoire de la péninsule ibérique inspire de nombreux artistes, rares sont les œuvres qui parviennent avec puissance et brio à nous transmettre toutes l’horreur déterministe et vénale de cette conquête sans fin d’un cité remplie d’or qui ne fut jamais trouvée. Cette fois-ci c’est le réalisateur Agustin Diaz Yanes qui s’y colle. Lui qui avait déjà traité de l’histoire espagnole à travers ses failles et ses intrigues de cours dans « Capitaine Alatriste », nous entraine maintenant, non pas dans le génocide aveugle et resté encore trop sous silence, mais plutôt dans le quotidien sombre de ces hommes que l’avidité rend fous et qui n’hésitent pas à s’agresser entre eux.

Une paranoïa que le scénario du réalisateur traite avec beaucoup de finesse et d’intelligence. Car au-delà d’une tension qui s’immisce en permanente par la présence presque invisible mais tout aussi meurtrière, d’une population indigène bien décidée à ne pas ses laisser assassiner sans combattre, il y a bien cette méfiance permanente de l’autre, cette peur d’être celui qui sera trahit, ou simplement d’être éliminé par les siens. Avide de pouvoir et d’or, les hommes se laissent aller à leur plus bas instinct et le scénario ne cherchant pas la caricature, parvient parfaitement à nous faire ressentir cette dualité constante au sein de ces groupes armés. Bien sûr, le scénariste et réalisateur n’oublie pas que les équipages étaient accompagnés par des prêtres souvent extrémistes, bien décidés à convertir ces « sauvages » cachés dans les entrailles de la forêt.
 
Pourtant le film n’arrive pas à capter l’attention du spectateur de bout en bout. Certainement à cause d’une mise en scène lente et bavarde qui n’arrive jamais à trouver un rythme qui permettent, non pas d’aller dans la surenchère, mais au contraire de conserver une tension sur les spectateurs. Au lieu de cela, le film s’embourbe dans des dialogues nombreux et pesants qui empâtent le montage et plombe la narration.  

En conclusion, « Oro, la cité perdue » part d’un bon sentiment en nous entraînant au cœur d’une escouade de conquistador bien décidés à trouver la fameuse cité d’Or de Teziutlan. Et si le scénario est intelligent et parvient à dessiner toutes les nuances les intrigues et les trahisons des uns et des autres confrontés à l’avidité et à la résistance des Indiens, sa mise en scène manque terriblement de rythme et n’arrive pas à nous entraîner dans une aventure sombre et oppressante.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Une image soignée avec une netteté saisissante, lorsque nous sommes dans la forêt. Il semble que le réalisateur ait utilisé une caméra numérique HD pour pouvoir sortir une telle qualité d’image. Et le support se met parfaitement à son servir avec des nuances de vert et de marrons particulièrement bien marqués. Les contrastes sont de très bonnes tenues et donnent une réelle profondeur à l’ensemble. De ce côté-là on se laisse totalement embarquer dans cette aventure sombre et pesante.

Le Son
 
La piste Dolby Digitale 5.1 en VO et en VF se révèle d’une grande précision et met parfaitement en valeur les dialogues et tous les effets d’ambiance au cœur de la forêt ou dans les camps de l’escouade. Jamais dans l’excès, la piste Audio est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou par les effets spéciaux qui parviennent à trouver leur place pour ne pas prendre le dessus des dialogues ni se laisser dépasser.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of assez complet qui revient sur les dessous d’un film compliqué à réaliser de par son environnement et la reconstitution de l’époque.

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage