dans le même genre
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY
  SHÉHÉRAZADE
  GUY
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  THE LOST SOLDIER
  1900
  CHICAGO MED : SAISON 2
  LE HUSSARD SUR LE TOIT

du même éditeur
  L'AMOUR DES HOMMES
  JEAN MOULIN, ÉVANGILE
  MARIO
  CENTAURE
  VANGELO
  BONHEUR ACADÉMIE
  YOU'LL NEVER BE ALONE
  NE ME LIBÉREZ PAS, JE M'EN ...


Dernières Actus
  JOHN WICK PARABELLUM : UNE ...
  LA BANDE ANNONCE OFFICIELLE...
  PREMIER AFFICHE OFFICIELLE ...
  ONCE UPON A TIME... IN HOLL...
  AVENGERS ENDGAME : DISNEY D...
  ALADDIN : LA BANDE ANNONCE
  DISPARITIONS DE LUKE PERRY ...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : L...

The Strange ones

Genre Drame
Pays USA (2018)
Date de sortie mardi 20 novembre 2018
Durée 81 Min
Réalisateur Christopher Radcliff
Avec Alex Pettyfer, James Freedson-Jackson, Gene Jones
Producteurs Sébastien Aubert, Michael Prall, F.A. Eric Schultz et Daniel Taplin Lundberg et Shani Geva
Scénaristes Christopher Radcliff et Lauren Wolkstein
Compositeur Robert Lowry
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Epicentre films
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  81 min
  Nb Dvd  1
   
   
À bord de leur voiture, Sam et Nick sillonnent les routes de campagne américaine. Pour certains qu’ils croisent, ils sont deux frères partis camper, pour d’autres, des fugitifs. Durant ce road-trip, de mystérieux événements surviennent, faisant peu à peu éclater la vérité au grand jour…

Certains films captivent par leur simplicité ou par leur audace, d’autre par la tonalité imposée par la mise en scène ou par la simplicité de certains plans qui donne aux films une certaine ambiance un peu flottante ou plutôt hypnotisante. Avec « Stranger Ones », les réalisateurs Christopher Radcliff et Lauren Wolkstein signent là une œuvre un hybride entre thriller et road movie Lynchien. Le film suit deux personnages un jeune garçon et un homme qui se présentent comme des frères partis faire du camping. A mesure que le film progresse, nous plongeons dans une histoire plus complexe qu’il n’y parait et qui nous offre plusieurs pistes de réflexions. A mesure que le film progresse, nous nous laissons transporter par cette atmosphère un peu planante dans laquelle les deux héros semblent fuir autant un trauma que leur propre nature qui les effraye ou les paralyse. Le spectateur est alors invité à laisser de côté tout ses à priori pour mieux essayer de comprendre ce qui mène les deux personnages et ce qui les lie.

Et le moins que l’on puisse dire c’est que les deux réalisateurs qui signent là une version longue de leur propre long métrage : « Deux Inconnus », semblent avoir exploré tout l’univers de David Lynch, tant ce film semble imprégné de « Mulholland Drive » avec une ambiance tout aussi sombre que lumineuse. Le jeune homme et le garçon parcourent la campagne américaine, à la recherche d’un idéal, semblait-il, mais lequel ? la campagne y apparaît tout aussi inquiétante que le secret qui les unie et dans le même temps les rencontres se font idéales, magiques et subtiles pour mieux se brûler ou se consumer par une histoire qui ne se déroulera qu’à la fin. Et encore ? Et le moins que l’on puisse dire c’est que le scénario ne livre ses indices qu’avec une patience des plus irritantes pour le spectateur.

Et la mise en scène de se révéler douce et pourtant si subtile, comme lorsque la caméra se met à l’épaule pour mieux suivre la fuite de l’un des personnages au risque de ne plus pouvoir laisser de possibilité au spectateur de voir ce qu’il se passe. Il se retrouve au cœur de l’action, comme lors de la scène de la piscine où l’on suit la nage de ce jeune garçon, en essayant de comprendre ce qui le rend si énigmatique. Tout est « flottant » dans « The Stranger Ones », pour ne pas dire déroutant, la mise en scène n’offre que très peu de possibilité au spectateur de percer le mystère. Mais l’utilisation de la campagne comme personnage à part entière de ce road movie captivant, l’utilisations de flous ou de brimes pour mieux incarner ce qui les entoure, rend cet œuvre aussi énigmatique que son scénario. Les réalisateurs ouvrent plusieurs pistes et laisse le spectateur devenir le troisième passager en soignant ses lumières, ses plans proches des visages, des corps et des regards.
Il faut surtout dire que la distribution joue énormément dans la réussite de ce film. A commencer par le jeune de James Freedson-Jackson (Copcar) qui, du haut de ses quinze ans, livre une composition saisissante de nuances et de mystère. Intériorisée au maximum, la prestation du jeune garçon est puissante, toute en force et en subtilité. Il semble se laisser porter par un sujet difficile et l’avoir digéré au mieux pour captiver l’attention du public autour de son personnage. Face à lui Alex Pettyfer (La Route) continue de poursuivre une carrière faite de films à gros budgets et d’autres plus risqués qui laisse définitivement les réalisateurs imposer une signature. L’acteur joue son personnage avec une froideur cohérente avec l’histoire. A la fois tendre et brutal, il signe une prestation remarquable de sensibilité qui ne peut laisser insensible les spectateurs.

En conclusion, « The Stranger Ones » est un film subtil et d’une beauté renversante, qui vient poser les bases d’une réflexion sur ces deux personnages qui semblent détenir un secret, et se laisse présenter comme des frères partis faire du camping. La mise en scène est captivante autant que déroutante et nous imprègne du début à la fin. Ajoutons à cela une distribution intuitive et maitrisée et vous aurez l’un des films les plus étonnant de cette année.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Simple dans son écriture, mais pas dans sa narration ou dans sa mise en scène, le film bénéficie de très beaux plans soignés. Les couleurs sont magnifiques et les contrastes sont parfaitement dosés pour lui donner une profondeur tout en douceur et en puissance. L’ensemble est d’une beauté saisissante à l’image de la campagne américaine qui traversent les deux protagonistes. 

Le Son
 
Le film est disponible en Dolby Digitale 5.1, en VOST. Un choix évident qui permet de réellement plonger dans le jeu des acteurs et de mieux se laisser imprégner par l’histoire. Du coup on se laisse aller à mieux plonger dans cette histoire où rien n’est jamais totalement ce qu’il parait être.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
Côté Bonus, des entretiens avec Alex Pettyfer, les deux réalisateur ainsi que le producteur Sebastien Aubert qui reviennent sur les dessous de cette histoire surprenante.

Le court métrage « Deux Inconnus », qui fut à l’origine du film.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage