dans le même genre
  MAIS VOUS ÊTES FOUS
  AFTER CHAPITRE 1
  NETWORK
  SENSES
  ARCTIC
  UN SAC DE BILLES
  LA MULE
  THE HATE U GIVE (LA HAINE Q...
  L'EQUIPAGE
  PATRICK MELROSE

du même éditeur
  LA MALÉDICTION DE LA DAME B...
  SHAZAM!
  ALL INCLUSIVE
  LA GRANDE AVENTURE LÉGO 2
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LA MULE
  AQUAMAN
  LES ANIMAUX FANTASTIQUES : ...
  A STAR IS BORN
  LA NONNE


Dernières Actus
  GODZILLA II : ROI DES MONST...
  LE BAT-SIGNAL PROJETÉ DANS ...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  LE PROGRAMME IMAX ENHANCED ...
  COFFRET 4 DVD SUITS SAISON ...
  JACK RYAN SAISON 1 EN DVD E...
  4 TITRES REJOIGNENT LE CATA...

Creed II

Genre Drame
Pays USA (2018)
Date de sortie jeudi 16 mai 2019
Durée 210 Min
Réalisateur Jr. Steven Caple
Avec Michael B. Jordan, Sylvester Stallone, Tessa Thompson, Phylicia Rashad, Dolph Lundgren, Florian Munteanu
Producteurs William Chartoff, Sylvester Stallone
Scénaristes Juel Taylor, Sylvester Stallone
Compositeur Ludwig Göransson
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Guillaume Simon
  Editeur   Warner
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  210 min
  Nb Dvd  1
   
   
Sortit en 2015 alors que l'on pensait la saga Rocky définitivement close avec l'excellent Rocky Balboa, Creed fut en son temps plutôt une bonne surprise. Certes le film, ni le personnage, n'arrivaient à égaler l'aura de la série qui aura fait la gloire de Sylvester Stallone, mais le tout restait intéressant, et le manque de puissance dramatique était compensé par une mise en scène aux petits oignons. L'interprétation était à la hauteur et, si on ne sautait pas de son siège pendant le combat final comme cela à put être le cas devant les films de Sly, le tout se tenait très bien et constituait un bon spin-off. Le public suivit plus que de raison, offrant à la saga son plus gros succès depuis bien longtemps. La suite n'était qu'une question de temps, et elle n'a pas tardé.

Exit le réalisateur Ryan Coogler, parti dans l'écurie Marvel, la production fait appel au quasi-inconnu Steven Caple Jr.
Arrivé à ce point, deux solutions étaient envisageables. Soit on repartait sur l'histoire de Adonis Creed, et on l'emmenait ailleurs, vers une trame qui lui serait propre, soit on capitalisait sur les bonnes vieilles recettes et les bons vieux personnages connus du public. Comme de bien entendu, la prise de risque étant désormais grandement proscrite à Hollywood, c'est la seconde proposition qui fut choisie. Pourtant, l'enthousiasme était de mise lors de l'annonce du pitch du film. Imaginez, le retour de Ivan Drago, entrainant son propre fils pour le match retour de l'affrontement de Rocky 4, le film le plus bourrin et le moins développé de la saga ou l'occasion de développer ce personnage monolithique et lui donner un visage humain. Les possibilités étaient intéressantes. Évidemment, le retour de Stallone était lui aussi acté, bien qu'il n'ait de base déjà pas voulu le reprendre pour le premier Creed.

Ce Creed 2 reprend donc à peu près là où le premier s'était arrêté. Creed est un boxeur accomplit, il gagne, dès l'ouverture du film, le titre de champion du monde des lourds et se retrouve peu après défié par le fils de Ivan Drago, soit le boxeur qui a causé la mort sur le ring de son père Appolo. En parallèle Bianca, sa fiancée, tombe enceinte, et nous voilà partit pour un remake mixé de Rocky 2 et 3. On ne va pas se mentir, le film manque singulièrement d'originalité, se raccrochant trop à ses modèles. Plus grave, il ne soigne pas assez ses personnages alors que, on le sait, l'important dans un Rocky ce n'est pas la boxe, ce sont bien les personnages. Malheureusement ces derniers sont bien trop survolés. Soit ils font redite avec le film précédent, soit ils n'ont plus rien à dire, soit ils sont trop peu développés. D'une manière générale, ne script reste bien trop inconsistant. Quelques bonnes idées émergent malgré tout, le film offre en outre une belle porte de sortie au personnage de Rocky, qui en avait pourtant déjà une parfaite avec Rocky Balboa, le tout est plutôt bien rythmé, mais on reste sur sa faim.

Côté réalisation, c'est plutôt solide même si on est loin de la qualité du premier épisode. Creed premier du nom nous avait offert quelques très belles séquences, notamment un combat en plan séquence resté dans les mémoires. Rien de tel ici, on est dans le fonctionnel, mais le fonctionnel efficace. L'interprétation est tout aussi solide. Stallone connait son personnage sur le bout des doigts, Michael B. Jordan ne fait pas beaucoup évoluer son jeu mais tient la corde, Dolph Lundgren arrive parfois à susciter la pitié chez un personnage qui à en surface tout de l'ordure de base même si on regrettera son faible développement, Tassa Thomson apporte beaucoup de sensibilité au film.

La paternité, grand thème du film. Que ce soit au travers de Adonis et Appolo, Adonis et son enfant à venir, Ivan et Viktor, Rocky et Adonis via un rôle de père de substitution ou Rocky et Robert, son propre fils, le film déroule plusieurs arcs qui se croisent les uns avec les autres, dévoilant plusieurs facettes des relations père/fils. Certaines de ces séquences comptent parmi les plus réussies du film.

Pas vraiment réussi, pas totalement raté, Creed 2 reste un rendez-vous manqué. Plutôt que de s'offrir ses propres galons la série reste dans le giron Rocky et il sera sans doute difficile pour un éventuel Creed 3 de dorénavant se passer de cet héritage dans il y est désormais ancré à moins de partir enfin dans une direction différente.

L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
Absolument rien à redire. L'image de Creed 2 est de haute volée. Excellente colorimétrie, définition parfaite, on est clairement face à un rendu exemplaire.

Le Son
 
Encore une fois cette édition assure techniquement parlant. L'ampleur des pistes étant tout simplement sidérante par moment. Bien entendu les scènes de boxes sont particulièrement impressionnantes, la spatialisation y étant particulièrement travaillée, mais le reste du métrage impressionne aussi, notamment par sa gestion de l'espace, la puissance des basses ou un mixage laissant la musique pleinement s'exprimer.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 70 min
  Boitier Amaray
   
   
L'édition présentée est plutôt fournie en suppléments, malheureusement ces derniers ne sont pas tous forcément passionnants.

Père & fils : c'est l'un des grand thèmes du film, sans doute même de thème principal, logique que cette partie soit évoquée ici au travers d'un reportage assez intéressant

Casting de Viktor Drago : Trouver le bon acteur pour jouer le fils de Drago n'était à coup sûr pas chose aisée, on revient ici sur cette recherche et sur l'acteur finalement choisi

Les femmes de Creed 2 : Retour sur les rôles féminins du film entrecoupé d'interviews des intéressées

L'héritage de Rocky Balboa : Présenté par Dolph Lundgren, ce reportage revient sur l'ensemble de la saga et sur l'évolution du personnage. On y enfonce beaucoup de portes ouvertes mais pour celui ou celle qui ne connait Rocky que par la saga Creed, cela peut être très intéressant et ouvrir une porte vers ces films.

Scènes coupées : Chose assez rare pour être soulignée, chacune des trois scènes aurait mérité sa place dans le film. On y voit ainsi l'enterrement de Spider Rico, une scène du quotidien d'Adonis et Bianca et surtout une rencontre après match entre Rocky, Adonis, Drago et Victor. Peu de mots sont échangés, mais la scène est forte

Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage