dans le même genre
  YEARS AND YEARS
  MA VIE AVEC JOHN F DONOVAN
  MEURTRE À ALCATRAZ
  MAIS VOUS ÊTES FOUS
  AFTER CHAPITRE 1
  NETWORK
  SENSES
  ARCTIC
  UN SAC DE BILLES
  LA MULE

du même éditeur
  THE STRANGE ONES
  L'AMOUR DES HOMMES
  JEAN MOULIN, ÉVANGILE
  MARIO
  CENTAURE
  VANGELO
  BONHEUR ACADÉMIE
  YOU'LL NEVER BE ALONE
  NE ME LIBÉREZ PAS, JE M'EN ...


Dernières Actus
  WARNER DÉVOILE TITANS OF CU...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  THE GOOD FIGHT SAISON 2 EN ...
  PARIS AUDIO VIDEO SHOW 2019...
  CONFÉRENCE DE PRESSE : LE M...
  "QUI EST LE TISSEUR ?" ET "...
  WARNER : DÉCOUVREZ LES COFF...
  FÊTE DE LA VOD 2019 : PHILI...

Winter Brothers

Titre Original Vinterbrødre
Genre Drame
Pays Dane (2019)
Date de sortie mardi 1 octobre 2019
Durée 94 Min
Réalisateur Hlynur Palmason
Avec Elliott Crosset-Hove, Simon Sears, Lars Mikkelsen, Victoria-Carmen Sonne
Producteurs Julie Waltersdorph Hansen, Per Damgard Hansen, Hlynur Palmason et Anton Mani Svansson
Scénaristes Hlynur Palmason
Compositeur Toke Brorson Odin
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Danois
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Epicentre films
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  94 min
  Nb Dvd  1
   
   
Emil travaille avec son frère dans une carrière de calcaire et vend aux mineurs l'alcool frelaté qu’il fabrique. Les relations changent lorsque la mixture préparée par Emil est accusée d’avoir empoisonné l’un d’entre eux.

Winter Brothers le premier long-métrage d'un réalisateur danois, Hlynur Palmason est une aventure, à la fois, sensorielle et visuelle. D'une beauté remarquable, le film du réalisateur danois nous fait suivre le parcours de deux frères qui travaillent dans une usine de calcaire, et dont l'un des deux, Emil, vend de l'alcool qu'il fait lui-même. Seulement un jour, l'un des ouvriers à qui il a vendu sa gnôle frelatée, l'accuse de l'avoir empoisonné. Le parcours d'Emil va donc radicalement changer, et nous allons nous retrouver à suivre le drame d'un personnage en marge, sans histoire d'amour, qui perd pied et ne sais pas réellement comment il va pouvoir se redresser.

Sobre et à la fois très complexe, la mise en scène du réalisateur enchaîne les plans d'une beauté saisissante, comme dans la scène d'ouverture, où les ouvriers se reposent devant un amoncellement de bois, ou encore ces plans éclairés à la lampe frontale, qui donne une sensation claustro-phobique, qui ne laissent pas indifférent. D'une saisissante beauté, le réalisateur utilise le blanc de l'usine de calcaire, en opposition au blanc de la neige et au paysage glacial qui entoure l'histoire d'un personnage dont la vie sentimentale ressemble justement à cette froideur qui ressort du film. Tourné dans un décor extérieur, sur un périmètre qui ne dépassait pas les 2 Km², Hlynur Palmason, a su utiliser toutes les particularités de son environnement pour donner à son film une texture bien particulière, issue de son style qui vient de deux cultures assumées : Danoise et Islandaise. Le spectateur se retrouve envoûté par cette expérience autant visuelle, que scénaristique, car elle amène le vidéaste à suivre le parcours des personnages, comme s'il se promenait au milieu d'une galerie de portraits et de paysages dans un musée.

Le film porté par la composition remarquable de sensibilité, et de légèreté, du comédien Elliott Crossett Hove (Les enquêtes du Département V : Dossier 64) dont la composition n’est pas sans rappeler les grandes heures de Charlie Chaplin ou de Jacques Tati, comme dans cette scène où il mime les gestes de son frère. L’acteur parvient avec beaucoup de justesse, ce personnage en manque d’amour, dépouillé de tout, prit dans une situation qui fera resurgir ses instincts primaires.

En conclusion, « Winter Brothers » est un film saisissant, envoûtant par une qualité visuelle indéniable et une composition de l’acteur principale physique et intuitive. Le film est une impressionnante expérience cinématographique.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.66:1
   
   
Il est surprenant que le grain soit aussi présent pour un film qui joue particulièrement sur les textures, sur les plans soignés et sur les nuances que lui offre le décor naturel du Danemark. Froid dans sa composition, le film bénéficie d’un transfert qui a bien du mal à tenir la distance, passant de blancs très présents à des nuances plus sombres entre automne et hiver, ou encore des environnements sombres comme les scènes éclairées à la lampe torche.

Le Son
 
Le film est disponible uniquement en VO sous-titrée en Français dans une piste Dolby Digital 5.1 assez bien répartie. L’ensemble ne manque pourtant pas d’intérêt et offre une belle immersion dans cet histoire sobre, qui joue beaucoup sur les silences. La musique de Toke Brorson Odin, percutante et parfois un peu expérimentale vient habiller de manière organique ce film. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 20 min
  Boitier Amaray
   
   
Un entretien passionnant avec le réalisateur qui revient sur tous les dessous de son film : son approche, le tournage et sa double culture.

Puis une filmographie du réalisateur et une galerie de photos.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage