du même réalisateur
  AH ! SI J'ETAIS RICHE

dans le même genre
  TANDEM
  TANGO
  MYSTERY MEN
  RETOUR À ZOMBIELAND
  MON CHIEN STUPIDE
  DOWNTON ABBEY LE FILM
  HORS NORMES
  DEUX MOI
  LA VIE EST BELLE (ULTRA HD...
  LA VIE SCOLAIRE

du même éditeur
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  CHARLIE'S ANGELS
  BAD BOYS FOR LIFE
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  J'AI PERDU MON CORPS
  RETOUR À ZOMBIELAND
  ANGRY BIRDS : COPAINS COMME...
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...
  GENTLEMEN CAMBRIOLEURS


Dernières Actus
  ARMIN VAN BUUREN RÉÉDITE SO...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ FASHION...
  LA BANDE ANNONCE DE RAYA ET...
  KAAMELOTT REPORTÉ
  SOUL DE PIXAR DISPONIBLE PO...
  UNIVERSAL ET MGM REPORTENT ...
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...
  THE WRETCHED LE 02 DÉCEMBRE...

La vérité si je mens : les débuts

Genre Comédie
Pays FR (2019)
Date de sortie vendredi 6 mars 2020
Durée 110 Min
Réalisateur Michel Munz
Avec Yohan Manca, Mickael Lumière, Anton Csaszar, Jeremy Lewin, Gilbert Melki, François Berléand, Audrey Dana, Jean-Charles Deval
Producteurs Aïssa Djabri et Farid Lahoussa et Manuel Munz
Scénaristes Michelz Munz et Gérard Bitton
Compositeur Michel Munz et Moritz Reich
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  110 min
  Nb Dvd  1
   
   

Au début des années 80, Patrick, fils à papa désinvolte, va, après son premier échec amoureux, se transformer en talentueux entrepreneur. Dov, dont la mère attend de brillantes études, quitte le lycée pour travailler dans le Sentier tout en séduisant la femme de son patron. Yvan prend de l’assurance au fil des épreuves professionnelles. Et Serge ne cesse d’inventer des bobards pour séduire la plus belle fille du lycée et embrouiller ses parents sur son bac.


Nous imaginons, bien évidemment la tâche ardue de reprendre une licence iconique telle que « La Vérité si je mens », tant les répliques restent encore très ancrées dans l’esprit des spectateurs français qui fit un accueil triomphal aux deux premiers volets, mais commença à se lasser d’un manque de créativité évident des scénaristes sur le troisième volet. Alors nous imaginons encore plus pression de vouloir relancer la licence en lui donnant un coup de jeune. Mais en même temps une question se pose irrémédiablement à nous : Pourquoi ? Pourquoi s’acharner lorsque le tonneau est vide ? Difficile de ne pas répondre par : La Facilité, celle de reprendre une recette qui a fait ses preuves en espérant que le public soit au rendez-vous.


Mais voilà, il n’y a plus grand-chose, semble-t-il, à raconter sur ces amis du sentier au aventures colorés, à l’éloquence aussi verbale que gestuelle. « Bling Bling » et bruyants, les compères étaient devenus le symbole de la camaraderie autant que de ce besoin de réussite qui raisonne comme un besoin viscéral de revanche sur la vie et sur un passé encore torturé. Tout le monde se souvient encore des maladresses de Serge jouée par José Garcia ou encore les répliques incisivement drôle de Dov et Yavn, joués respectivement par Vincent Elbaz et Bruno Solo, sans parler bien évidemment de la force menaçante de Patrick Abitbol, incarné par le toujours charismatique Gilbert Melki. Des scènes hautes en couleurs qui sont devenues instantanément culte dans un univers cinématographique propre.


Et donc, les deux réalisateurs, également scénaristes, ont décidé de nous raconter comment ces héros du sentier ont commencé, quelles furent les prémices de cette amitié bruyante mais solide, qui voyait les compères se lancer dans des affaires avec un sens de l’humour communicatif. Seulement dans le précédent volume, sorti en 2011, la recette commençait déjà à montrer des signes de fadeur. Le tonneau qui renfermait les bonnes idées, s’était tari n’en restait que la lie. Nous pensions donc assez logiquement que les producteurs ne se relanceraient plus dans cette aventure. Mais les échecs successifs ont du prendre le dessus et Aïssa Djabri, Farid Lahouassa et Manuel Munz ont dû croire à une éventuelle bonne idée de revenir aux origines du sentier. Mais voilà, les vingt premières minutes du film suffisent à notre peine. Nous comprenons très vite que le film ne décollera jamais, qu’il rajoutera de la caricature à la caricature et qu’il va se perdre dans un ensemble pesant de fausses bonnes idées. Et c’est le cas, jusqu’au générique de fin, qui sonne comme une libération, « La vérité si je mens : Les débuts » nous plonge dans ce cas le cinéma français fait de pire : des suites ineptes et inutiles.


Et même si l’on sent que les acteurs ont voulu donner le meilleur d’eux-mêmes, qu’ils ont été porté par d’autres plus anciens, dont Gilbert Melki déjà présent dans la trilogie, le vide du scénario et l’absence d’une réelle envie d’originalité de la part des réalisateurs, font qu’ils se perdent dans des personnages poussés à l’extrême dans la caricature qu’ils sont d’eux-mêmes. Très rarement drôle, parce que déjà vu auparavant, très rarement passionnant, parce que déjà vu, très rarement original parce que déjà vu précédemment, « La vérité si je mens : Les débuts » pourrait se résumer comme cela : « Déjà vu ». Le film n’en devient qu’une vulgaire frustration dont nous ne saisissons pas l’intérêt, ni pour les producteurs et encore moins pour les spectateurs qui auront payé leur place près de 12€ pour un film décevant de bout en bout ! 




L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le film jouant sur les différentes ambiances : Colorées en extérieures, et plus sombres lors des soirées ou lorsque les choses ne vont pas forcément bien, il fallait un support qui ne soit pas trop en défaillance ou en saturation. Le travail de transfert et de très bonne qualité et le film se regarde avec beaucoup de plaisir.

Le Son
 
Une piste Dolby Digital 5.1, totalement en accord avec le film et avec ses besoins. La répartition est minutieuse, et les voix ne sont pas trop en retrait.  La dynamique sait se faire présente lorsque cela est nécessaire et participe à créer à nouveau l’univers verbalement coloré de ces personnages. Un véritable plaisir pour les oreilles. 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 30 min
  Boitier Amaray
   
   
Un making of tourné pendant les prises de vues du film, avec une équipe qui, évidemment, pense avoir trouvé la meilleure idée du siècle.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage