du même réalisateur
  COMMENT TUER VOTRE FEMME

dans le même genre
  LE BOOK CLUB
  LADY BIRD
  BAGDAD CAFÉ
  OTEZ MOI D'UN DOUTE
  L'EMBARRAS DU CHOIX
  PATERSON
  TINI : LA NOUVELLE VIE DE V...
  LA FACE CACHÉE DE MARGOT
  MARIAGE À L'ITALIENNE
  VALENTIN VALENTIN

du même éditeur
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  CHARLIE'S ANGELS
  BAD BOYS FOR LIFE
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  J'AI PERDU MON CORPS
  RETOUR À ZOMBIELAND
  ANGRY BIRDS : COPAINS COMME...
  LA VÉRITÉ SI JE MENS : LES ...
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...


Dernières Actus
  LA BANDE ANNONCE DE RAYA ET...
  KAAMELOTT REPORTÉ
  SOUL DE PIXAR DISPONIBLE PO...
  UNIVERSAL ET MGM REPORTENT ...
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...
  THE WRETCHED LE 02 DÉCEMBRE...
  SUITS SAISON 9 EN DVD
  L'ACTEUR MICHAEL LONSDALE E...

L'adorable voisine

Titre Original Bell, book and candle
Genre Comédie sentimentale
Pays Usa (1958)
Date de sortie mardi 22 octobre 2002
Durée 98 Min
Réalisateur Richard Quine
Avec Kim Novak, James Stewart, Jack Lemmon
Producteurs Julian blaustein
Scénaristes Daniel taradash
Compositeur Georges duning
Format Dvd 5
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Oui
Non
Non

Le Film Critique de Antoine Imhoff
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  98 min
  Nb Dvd  1
   
   
La guerre des studios fait rage mais cela n’empêche pas ceux-ci de conclure quelques bénéfiques accords notamment en terme de prêts d’acteurs. C’est ainsi que Kim Novak sera " prêtée " pour jouer avec James Stewart dans " Vertigo " (mieux connu dans nos contrées sous le nom de " Sueurs froides "). James Stewart rendra la pareille dans " Bell, Book and candle " (titre anglais du film), adaptation d’une pièce à succés jouée à Broadway. Kim Novak recommandera son ami Richard Quine pour la réalisation.



New York, une veille de Noël. Une boutique d’art primitif dans Greenwich Village tenue par Gillian Holroyd. Gillian est une belle jeune femme à l’élégance sulfureuse. Gillian est extrêmement intelligente.

Gillian est également une puissante sorcière… qui malheureusement s’ennuie, et ce malgré sa peu commune famille : sa tante Queenie, très lunatique (qui par moment annonce Endora la célèbre belle-mère de Jean-Pierre) et son frère Nicky (remarquable Jack Lemmon).

Nous découvrons alors tout une communauté de sorciers qui vit à New York (toujours puissants, souvent pauvres) avec ses habitudes, ses bars et ses clubs dont le peu connu " Zodiac Club " (" follow the yellow line " nous dit James Stewart avec malice). C’est là que Gillian prendra la décision de séduire James Stewart (bien conservé mais il s’agit là de son dernier rôle romantique puisque l’acteur a quand même 50 ans), l’élégant éditeur qui habite au dessus de sa boutique et doit se marier le lendemain !

Puisqu’elle dispose de peu de temps, à son charme Gillian y ajoutera un autre mais magique celui-ci. A l’aide de son familier, le chat Pyewacket, elle envoûte James Stewart au cours d’une scène d’une rare beauté (cf. capture) : surtout ne manquez sous aucun prétexte le doux fredonnement de Kim Novak, le ronronnement de son chat et leurs regards qui se confondent peu à peu. Quarante ans plus tard la scène reste éblouissante !


A compter de ce moment, le film va amonceler une série de péripéties, pour la plupart magiques, dont bien évidemment l’amour sortira vainqueur. L’humour n’est jamais en reste, loufoque avec Jack Lemmon, hilarant avec James Stewart (la scène chez Mme Pass lorsqu’il doit boire un répugnant mélange est irrésistible).


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Malheureusement c’est ici que le bât blesse puisque l’image ne semble pas avoir subi de restauration par rapport à la version ressortie en salles il y a plusieurs années. Par quelque étrange magie (fort à propos) la quasi-totalité des scènes incluant Kim Novak sont en excellent état, on n’en dira pas autant du reste : changement de couleurs, grain parfois très marqué (la scène où le chapeau de James Stewart s’envole du sommet du Flatiron est tout simplement inacceptable). Cela reste limité à quelques scènes mais il y a là une petite déception.

Le Son
 

Aucune restauration non plus de ce côté. C’est dommage car les numéros musicaux très jazzy en auraient profité. Il faudra donc se contenter d’un honnête son mono…décliné sur tout le spectre européen. Les options peuvent d’ailleurs être changées à la volée. A noter au passage la grande qualité du doublage tant dans le jeu que le timbre des voix (même si rien ne remplacera jamais la performance initiale de l’acteur i.e. une VO).

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   

Les menus fixes n’auraient pas souffert d’un accompagnement musical mais sont lisibles et proposent quelques suppléments.


- Une filmographie des acteurs et du réalisateur
- Des bandes annonces de " Raisons et Sentiments " et " les Quatre Filles du Dr  March "
- La bande annonce du film (superbe)
- Une (courte) galerie de photos.


Peu de matière pour le cinéphile averti mais c’est devenu une habitude pour les classiques. Que cela ne vous empêche pas de voir ou revoir ce petit bijou d’humour, d’élégance et de romantisme.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage