du même réalisateur
  LA COCCINELLE REVIENT
  MY WONDER WOMEN

dans le même genre
  CAPHARNAÜM
  L'AMIE PRODIGIEUSE
  A BRIGHTER SUMMER DAY
  SHÉHÉRAZADE
  GUY
  HIPPOCRATE : SAISON 1
  THE LOST SOLDIER
  THE STRANGE ONES
  1900
  CHICAGO MED : SAISON 2

du même éditeur
  I FEEL GOOD
  VENOM
  UN PEUPLE ET SON ROI
  SEARCHING - PORTÉE DISPARUE
  TRANSYLVANIE 3 : DES VACANC...
  EQUALIZER 2
  ALPHA
  LE MONDE EST À TOI
  MY WONDER WOMEN
  PIERRE LAPIN


Dernières Actus
  JOHN WICK PARABELLUM : UNE ...
  LA BANDE ANNONCE OFFICIELLE...
  PREMIER AFFICHE OFFICIELLE ...
  ONCE UPON A TIME... IN HOLL...
  AVENGERS ENDGAME : DISNEY D...
  ALADDIN : LA BANDE ANNONCE
  DISPARITIONS DE LUKE PERRY ...
  LE SEIGNEUR DES ANNEAUX : L...

D.E.B.S

Genre Drame
Pays USA (2005)
Date de sortie lundi 20 juin 2005
Durée 87 Min
Réalisateur Angela Robinson
Avec Sara Foster, Jordana Brewster, Meagan Good, Devon Aoki, Jill Ritchie, Geoff Stults, Jimmi Simpson, Holland Taylor, Michael Clarke Duncan
Producteurs Andréa Sperling et Jasmine Kosovic
Scénaristes Angela Robinson
Compositeur Steven Stern
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Italien
Oui
Oui
Oui
  Anglais
Oui
Oui
Oui
  Français
Oui
Oui
Oui
  Arabe
Oui
Oui
Oui

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  87 min
  Nb Dvd  1
   
   

Amy, Max, Janet et Dominique sont quatre jeunes filles californiennes sans histoire, vivant ensemble et partageant tous les problèmes des jeunes filles de leur âge : petits copains, shopping, drague… Apparemment innocentes, elles ont pourtant rejoint l’Académie, une école d’agents secrets. Leur mission : Stopper les agissements de Lucy Diamond, une femme diabolique au physique de rêve.

Inspiré de sa propre bande dessinée, puis de son propre long métrage, Angela Robinson nous offre un film qui ressemble à tous les autres et à aucun autre en fait. Dès les premières images, on est un peu déconcerté par le ton utilisé, complètement décalé, et surtout carrément sur joué. L’ensemble oscille entre « Charlie’s Angel », "Alias", "James Bond" au féminin, et "les Totally Spies". Tout y est, les effets spéciaux, l’action, l’espionnage et le jeu de la séduction. Sauf que les séducteurs ne sont pas ceux que l’on attendait, hors donc ici, point de garçon mais plutôt un jeu entre filles. Point de tenues moulantes, mais des jeunes filles en jupettes de collégiennes, des armes trop lourdes pour elles et surtout un discours parfaitement décalé. Les adolescentes mélangent allègrement actions spectaculaires et problèmes personnels aussi important que l’achat d’un pull couleur souris.

Et c’est là toute la force du film, dérouté constamment, utiliser les repères des films d’actions pour les tourner finalement en dérision. Alors que l’on s’attend à un rendez vous entre l’ennemie public n°1 et une tueuse professionnelle pour préparer un coup important, on assiste en fait à un rendez vous amoureux, quand on croit assister à un duel entre la méchante et la gentille, on assiste en fait à un jeu de la séduction. Et c’est comme ça tout au long du film, un vrai régal pour les zygomatiques.

La réalisatrice, à qui l’on doit notamment " La coccinelle revient" (2005) s’offre le luxe d’utiliser de front les préjugés de tout un chacun, en voyant un film d’action interprété uniquement avec des femmes. Ici on ne suppose plus une éventuelle homosexualité, on nous la présente, mais d’une manière différente. Moins froide que les conquêtes incessante de James Bond, moins banales que les amours des Drôles de dames de Charlie. Ici les sentiments mènent l’enquête, influencent les jugements, troublent les spectateurs autant que les personnages. Une très bonne idée que la réalisatrice traite avec panache et humour. On la sent porté par son sujet et son enthousiasme parfaitement transmis aux comédienne, Jordana Brewster (The Faculty, 99, Fast and Furious, 01)en tête. Forte d’un physique superbe et d’un regard à faire fondre n’importe quel Iceberg, la comédienne porte son personnage en jouant inlassablement le contraste très nuancé entre la provocation et la séduction. Et chacune des comédiennes, de s’amuser à brouiller les pistes en sur jouant son personnage.

Une réussite donc  que ces D.E.B.S., réjouissant et déroutant à la fois, ce film devient du premier, un petit bijou d’humour décalé à garder précieusement dans sa vidéothèque.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Une image très nette permettant de ressortir avec forte qualité tous les effets spéciaux utilisés dans le film, comme le champ protecteur autour de la maison.

Le Son
 

un sonUn son 5.1, parfaitement adapté au film. Les effets spéciaux ressortent avec plus de force et le résultat est saisissant. Avec une préférence pour les effets d’ambiance comme la scène des tunnels


Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 0 min
  Boitier Amaray
   
   

Une série de bonus bien choisis, comme tout d’abord des commentaires de la réalisatrice d’abord, puis des actrices suffisamment intéressantes pour être écoutées. Puis un making of et son lot d’images de tournages, d’interviews plus ou moins intéressantes, rien de bien nouveau, mais pas désagréable. Des scènes supplémentaires, dont une très belle scène d’amour. Une particularité avec ce Story -Board animé qui nous décline toutes les étapes de création de scènes. Une galerie de photo émouvante, des croquis de productions et enfin les bandes annonces. Ca n’a rien de nouveau, mais ce n’est pas désagréable.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Croquis de Production