du même réalisateur
  D.E.B.S
  LA COCCINELLE REVIENT

dans le même genre
  KINCSEM
  MARIE MADELEINE
  ESCOBAR
  THE DISASTER ARTIST
  JEAN MOULIN, ÉVANGILE
  PENTAGON PAPERS
  15:17 POUR PARIS
  NINA
  BARBARA
  THE CROWN : SAISON 1

du même éditeur
  PIERRE LAPIN
  FURY
  THE PATRIOT : LE CHEMIN DE ...
  INSIDIOUS : LA DERNIÈRE CLÉ
  JUMANJI : BIENVENUE DANS LA...
  UN JOUR SANS FIN : 25ÈME AN...
  DARK CRYSTAL (ULTRA HD / 4K...
  UN JOUR SANS FIN (ULTRA HD ...
  L'EXPÉRIENCE INTERDITE (201...
  LE MONDE SECRET DES ÉMOJIS


Dernières Actus
  THE LAST KINGDOM SAISON 2 E...
  CHICAGO MED SAISON 2 EN COF...
  BROOKLYN NINE-NINE SAISON 5...
  VIVEZ LE CINÉMA DANS UNE SA...
  HARRY POTTER : UN GRAND MAG...
  CONCOURS DVDCRITIQUES : GAG...
  BULL SAISON 1 DISPONIBLE EN...
  DEATH RACE ANARCHY EN BLU-R...

My Wonder Women

Titre Original Professor Marston & The Wonder Women
Genre Biopic
Pays USA (2018)
Date de sortie lundi 20 août 2018
Durée 118 Min
Réalisateur Angela Robinson
Avec Luke Evans, Rebecca Hall, Bella Heathcote, Oliver Platt
Producteurs Amy Redford et Terry Leonard
Scénaristes Angela Robinson
Compositeur Tom Howe
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  118 min
  Nb Dvd  1
   
   
Professeur de psychologie à Harvard dans les années 30, William Marston mène avec sa femme les recherches sur le détecteur de mensonges. Une étudiante devient leur assistante, et le couple s’éprend de la jeune femme. Un amour passionnel va les lier, et ces deux femmes deviennent pour Marston la source d’inspiration pour la création du personnage de Wonder Woman.

Héroïne iconique de l’univers des Dc Comics, « Wonder Woman » n’en demeure pas moins un personnage qui eut des débuts particulièrement sulfureux, du moins dans l’esprit des ligues de bonnes pensées de l’époque. Dés sa sortie la BD de William Marston fut un carton dans les cours de récréation, auprès des petites filles qui y virent toute de suite la possibilité de rêver d’être aussi forte que « Superman », autre célébrité de l’univers DC. Mais voilà, ce que l’histoire n’a pas gardé, ce sont les origines de ce personnage de super-héroïne. A commencer par son auteur, destiné à être oublié derrière ses créations, William Marston, qui fut également l’inventeur, avec son épouse, du célèbre « Détecteur de Mensonge ».

Professeur en Psychologie, l’auteur vivait à contre-pied de son époque et suscita bien des critiques sur sa vie privée. La réalisatrice qui signe également le scénario s’intéresse particulièrement à cette relation particulière que l’homme, sa femme et leur assistante vont entretenir jusqu’à former une famille atypique qui fera, bien sûr, beaucoup parler d’elle. Et si on peut reprocher au scénario une certaine complaisance qui met en parallèle les préjugés de l’époque et ceux de la nôtre, le scénario a tout de même le mérite de nous plonger au cœur d’une romance surprenante qui va pousser les sentiments des uns à bousculer les évidences des autres. Si Marston a évidemment le beau rôle dans cette histoire, il n’en demeure pas moins un homme tiraillé entre ses propres pensées et ce que la vie lui apprend.

La mise en scène d’Angela Robinson (the L World), se veut d’ailleurs à l’image de l’histoire de ce trio surprenant, simple et voluptueuse en même temps. Jamais dans le voyeurisme, la réalisatrice parvient à nous entrainer dans une romance à trois, qui se veut également une parabole sur l’acceptation des différences, une romance qui prône la tolérance et amène à l’inspiration de cette héroïne hors du commun. Et comme l’œuvre de Marston lui a survécu à travers les comics la deuxième partie du film nous plonge avec un certain académisme, dans le procès en intention qui fut fait à l’auteur par la présence de scène violente, parfois même un brin Sado-maso, dans lesquelles des hommes et des femmes se faisaient attacher et fouetter. Après la mort de l’auteur ces planches seront bien sûr introuvables et l’héroïnes deviendra plus en phase avec la morale de l’époque.

Autant le dire, l’histoire hors du commun de William Marston demandait une distribution inspirée et ce fut le cas avec le choix de Luke Evans (La belle et la Bête), Rebessa Hall (The Town) et Bella Heathcote (The Neon Demon). Les trois acteurs forment un trio de charme et de sensualité autant que de force de caractère remarquable. Si la mise en scène joue clairement la carte de la voluptuosité, le jeu des acteurs joue en permanence la carte de la dualité entre force d’esprit et abandon de soi dans une relation qui les dépasse tous.

En conclusion, « My Wonder Women » a le mérite de remettre au bon endroit les clés de l’histoire d’une héroïne unique dans tous les sens du terme, par sa force, son charme et sa complexité. Si le cinéma n’est pas encore totalement parvenu à lui rendre un hommage à la hauteur de son succès, le film d’Angela Robinson a le mérite de rappeler que l’auteur de « Wonder Woman » fut avant tout celui qui inventa le détecteur de mensonge et qu’il fut trainé dans la boue pour n’être pas rentré dans le moule des conventions de l’époque.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.40:1
   
   
La réalisatrice a choisi une lumière très éclatante et toute en clair-obscur pour l’image soit en accord avec l’esprit du film. Hommage à un homme oublié derrière son œuvre, le film est une reconstitution fidèle d’une époque d’insouciance mais également de préjugés tenaces. Pour cela le chef opérateur a su mettre en valeur toutes les éclairages nécessaires, pour donner un éclat particulier y compris dans les scènes plus sombres. Les couleurs sont parfaitement bien dosées. Les ambiances sont superbement retranscrites et le support est totalement à la hauteur. Les contrastes donnent un volume et une profondeur à l’image à la hauteur de l’ensemble.

Le Son
 
La piste Dolby Digital 5.1, parvient à répartir avec beaucoup de précision les différentes ambiances du film, qu’elles soient feutrées ou au contraire plus froide comme lors des auditions de Marston. Jamais dans l’excès, la piste Audio est parfaitement bien harmonisée pour que les dialogues ne soient pas effacés par la musique ou par les effets spéciaux qui parviennent à trouver leur place pour ne pas prendre le dessus.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
« Un trio Dynamique : La Naissance d’une icône féministe », un focus sur l’œuvre et surtout sur son auteur.

« Un point de vue Crucial : Diriger le professeur Marston et ses Wonder Women », un making of intéressant qui revient sur le point de vue de la réalisatrice et son approche féministe de l’œuvre.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage