du même réalisateur
  TRANSSIBERIAN

dans le même genre
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  MALÉFIQUE : LE POUVOIR DU M...
  DONNIE DARKO
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  GODZILLA : ROI DES MONSTRES
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...
  ALADDIN
  FRONTIER
  CASTLE ROCK SAISON 1
  LE LIVRE PERDU DES SORTILÈG...

du même éditeur
  AIR DOLL
  SI TU MEURS, JE TE TUE
  RIO, LIGNE 174
  LES CITRONNIERS
  LES AVENTURES DE IMPY LE DI...
  NACIDO Y CRIADO
  LA VIE DES AUTRES
  BASIC INSTINCT 2
  C.R.A.Z.Y.
  DON'T COME KNOCKING


Dernières Actus
  DISPARITION DE SEAN CONNERY
  ARMIN VAN BUUREN RÉÉDITE SO...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ FASHION...
  LA BANDE ANNONCE DE RAYA ET...
  KAAMELOTT REPORTÉ
  SOUL DE PIXAR DISPONIBLE PO...
  UNIVERSAL ET MGM REPORTENT ...
  MAFIA INC. DE DANIEL GROU E...

Session 9

Titre Original Session 9
Genre Fantastique
Pays Etats-Unis (2001)
Date de sortie jeudi 7 décembre 2006
Durée 96 Min
Réalisateur Brad Anderson
Avec Peter Mullan, David Caruso, Josh Lucas, Larry Fessenden
Producteurs John Sloss
Scénaristes Brad Anderson, Sephen Gevedon
Compositeur Climax golden twins
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Océan
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  96 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Cinq ouvriers sont chargés de désamianter un hôpital psychiatrique désaffecté en l’espace d’une semaine. Etrange, le lieu semble bourdonner d’une sourde menace.

Critique subjective :

Salué en 2004, le très bon The machinist n’était pas la première incursion de son réalisateur dans le fantastique. Trois années auparavant, Brad Anderson avait signé un métrage relevant du même genre cinématographique : Session 9. Après avoir été projeté lors de plusieurs festivals (dont Gérardmer), ce titre ne sortit jamais dans les salles françaises, et ce malgré sa bonne réputation. Aujourd’hui, découvrir Session 9 après The machinist permet de mettre l’accent sur l’étonnante cohérence d’une filmographie naissante et riche en promesses. En effet, à ce jour, tout porte à croire que Brad Anderson est un cinéaste à univers. Gageons que l’avenir le confirmera.

Une petite entreprise de désamiantage se présente pour réhabiliter plusieurs salles d’un hôpital psychiatrique abandonné depuis 1985. Afin de remporter l’appel d’offre, Gordon Fleming s’engage à ce que lui et ses hommes abattent un travail de trois semaines en sept jours. Si, sur place, les cinq ouvriers ont donc du pain sur la planche, ils ne manquent pas de remarquer certains phénomènes pour le moins étranges. Sur le papier, Session 9 apparaît comme une histoire d’édifice hanté plutôt basique. A l’écran c’est une toute autre chose puisque le métrage parvient à transcender ce sous-genre du fantastique. Ici, la frontière entre réel et surnaturel est particulièrement ténue, les situations bien amenées (voir la visite des lieux qui éclaire à la fois les personnages et le spectateur) et la tension va crescendo avec une puissante poussée d’adrénaline au fur et à mesure que les jours s’égrènent. A l’instar de The machinist, le film est aussi une étouffante plongée dans la schizophrénie, un mal trouvant sa source dans la culpabilité qui ronge l’un des personnages. Tout ce versant « psychologique » existe aussi grâce à un casting convaincant dans lequel le duo Peter Mulan / David Caruso (deux visages tannés qui sentent le vécu) fonctionne parfaitement. Ecris et interprétés avec brio, les personnages des ouvriers sont des plus crédibles.

Tout au long du film, Brad Anderson déploie un beau sens de l’image qui fut d’ailleurs salué au festival de Sitges (prix de la mise en scène pour notre réalisateur-scénariste). Au même titre que l’intrigue, la forme joue la carte de la suggestion. La peur naît de choses a priori anodines comme de vieux dossiers dont les enregistrements audio et les photographies font froid dans le dos. Malin, Anderson capitalise à fond sur son décor inquiétant (un véritable hôpital psychiatrique abandonné depuis 1985) et le rend encore plus menaçant à l’image (il est d’ailleurs personnifié dès le début du film). Si la belle photo froide produit son effet, on peut toutefois émettre une très légère réserve quant à l’utilisation de la vidéo numérique haute définition. Parfait dans la plupart des scènes, le support montre ses limites (rendu plat) dans quelques passages, heureusement très rares.

Verdict :

Oeuvre fantastique maîtrisée et possédant sa propre personnalité, Session 9 met parfois les nerfs du spectateur à rude épreuve et démontre indubitablement que The machinist n’était pas un simple éclair de génie.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   
Une qualité d’image qui frise la perfection de très près. Le master (en vidéo numérique HD) se montre idéalement contrasté et saturé. Le rendu des scènes sombres force le respect. On déplorera seulement de très infimes scories compressives, petites imperfections visuelles qui ne sauraient en aucun cas gêner le visionnage du film. Très satisfaisant donc.

Le Son
 
Très travaillé, le son du film a fait l’objet d’un indéniable soin lors de son passage sur support versatile. Les deux pistes (Dolby Digital 5.1 en anglais et en français) sont cristallines et énergiques. Si les surrounds sont assez discrets, c’est pour mieux surgir et envelopper le spectateur dans les séquences les plus tendues. Immersif.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 11 min
  Boitier Amaray
   
   


Projets d’affiche (2 minutes).

- Bandes annonces (9 minutes) : Session 9, CRAZY, Basic instinct 2, Good bye Lenin, Nos meilleures années.

- Catalogue DVD Océan.

- Crédits DVD.



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Catalogue DVD Ocean