L'avare

Genre
Pays
France (2006)
Date de sortie
vendredi 15 décembre 2006
Durée
136 Min
Producteurs
Gérard Jourd'hui
Scénaristes
Molière
Format
Dvd 9
Langues
PCM
Label
SS.Titres Film
SS.Titres Bonus
SS.Titres Commentaire
Français
Non
Non
Non
Le Film
Critique de José Evrard
Editeur
Edition
Standard
Label
Zone
2
Durée Film
136 min
Nb Dvd
1

France Télévision redonne la part belle au répertoire classique avec en avant première le DVD de L’avare, réalisé par Christian de Chalonge avec Michel Serrault dans el rôle d’Harpagon. Essai réussi ?

Synopsis

Harpagon, l'avare, veut organiser pour ses enfants Cléante et Elise des mariages d'intérêts. Il se réserve, quant à lui, le droit d'épouser la jeune et charmante Mariane. Mais Cléante, qui est amoureux de la jeune fille, et Elise, qui s'est fiancée en secret avec Valère — le faux intendant de la maison —, refusent d'obéir à leur père. Le trésor de l'avare, volé puis rendu à son propriétaire, permettra d'exercer un chantage… et l'amour sortira vainqueur.

Critique Subjective

L’origine de la pièce

Fortement inspiré par La Marmite, une pièce de Plaute, un auteur latin du 3ème siècle avant JC, l’Avare est sans doute une des pièces les plus jouées du répertoire de Molière. Fou de théâtre, Molière est  un jeune bourgeois que tout conduisait à embrasser la confortable profession paternelle se jette sur les routes, et de tréteaux en salles de province se forge une belle réputation d'amuseur. Quelques années plus tard, nous retrouvons le pitre sous l'habit du poète officiel chargé de fournir en divertissements la cour du jeune Louis XIV. De 1662 à la fin de sa vie, Molière s'attaque aux ridicules et aux vices de son temps et investit la comédie d'une dignité nouvelle. Bouffon, chef de troupe, courtisan, inventeur de la « grande comédie », Molière a nourri, ou plutôt a été contraint de nourrir des ambitions en apparence inconciliables. A peine remis de l’échec de Tartuffe, du à la pression des dévots et de l’église catholique, Molière enchaine avec un nouveau succès : L’ Avare

Cet avare là

Confier le rôle d’Harpagon à un acteur est toujours un défi, celui de rentrer dans la légende des incarnations successives et méritantes d’un rôle classique. Michel Serrault s’y colle à son tour.

Christian de Chalonge :"L’Avare est pour moi l’une des pièces les plus ambiguës, étonnantes et intéressantes de Molière. Elle se prête, non pas à une interprétation moderne, ce qui ne veut rien dire, mais à quelque chose de naturellement contemporain — tant par le conflit des générations que par la société gangrenée par l’argent et l’intérêt — qui se décode très facilement. »

Et donc ?
De beaux costumes, de beaux acteurs,, un beau texte. Certes, tout était réuni pour une belle réalisation. Mais que tout ceci est institutionnel c'est-à-dire pesant. Les acteurs ont tellement de respect pour ce texte qu’ils le déclament et ne le vivent pas. Le rythme est lent, et l’ensemble souffre de longueurs de mise en scène assez éprouvante. Où est la farce, la comédie dans cette adaptation ? Serrault nous joue un Harpagon clown triste et les seconds rôles se mettent au diapason. J’ai eu l’occasion d’aller voir récemment une version de l’ Avare mis en scène par Michel Dezoteux qui bouscule certaines règles mais qui a au moins deux mérites, le premier est de dépoussiérer considérablement l’approche théâtrale d’un classique et le deuxième est de retourner au cœur même de la comédie : le rire et la farce.

Un dernier mot

Cette adaptation filmique de L’avare est d’une tristesse à pleurer. Elle va laisser les classiques à la poussière des bibliothèques. Quel gâchis.
L'image
Couleurs
Définition
Compression
Format Vidéo
16/9 anamorphique couleur
Format Cinéma
1.66:1

Si elle ne souffre d’aucun défaut de compression, l’image reste dans des tons marrons peu flatteur à l’œil et reste assez terne

Le Son
Langue
Type
Format
Spatialisation
Dynamique
Surround
Français
2.0
Français
5.1

Bel effort car deux versions nous sont proposées, une en Dolby 2.0 et l’autre en 5.1. La 2.0 affiche une belle dynamique supérieure même à sa consœur Dolby digital qui se risque rarement à animer les surrounds et le caisson.

Les Bonus
Supléments
Menus
Sérigraphie
Packaging
Durée
49 min
Boitier
Amaray

L’avare et moi (49’46) : Documentaire de Frédéric Andréi qui laisse la part belle à Michel Serrault qui disserte avec un intérêt certain sur la comédie et la notion d’acteur, ces interviews sont ponctués d’image de tournage.
Bonus
Livret
Bande annonce
Biographies
Making of
Documentaire
Interviews
Com. audio
Scènes sup
Fin alternative
Galerie de photos
Story board
Multi-angle
Liens internet
Interface Rom
Jeux intéractifs
Filmographies
Clips vidéo
Bêtisier
Bonus Cachés
Court Metrage