du même réalisateur
  AU SERVICE DE SATAN

dans le même genre
  DOLLS - LES POUPÉES
  THE BABY
  FROM BEYOND - AUX PORTES DE...
  THE BATTERY
  FOLLOWING : SAISON 1
  INFECTION
  PARANORMAL ACTIVITIES : THE...
  CARRIE LA VENGEANCE
  CHEAP THRILLS
  SKULL

du même éditeur
  RAY HARRYHAUSEN LE TITAN DE...
  RED STATE
  MONDWEST (BLU-RAY)
  ATLANDIS DOWN
  OPÉRATION LIDICE : L'HISTOI...
  CASINO JACK
  GUNLESS
  MIRROR WARS : REFLECTION ON...
  RAIN FALL
  NAMIBIE : LA LUTTE POUR LA ...


Dernières Actus
  UNIVERSAL STUDIOS (LOS ANGE...
  UNIVERSAL STUDIOS (LOS ANGE...
  UNIVERSAL STUDIOS (LOS ANGE...
  UNIVERSAL STUDIOS (LOS ANGE...
  UNIVERSAL STUDIOS (LOS ANGE...
  UNIVERSAL STUDIOS (LOS ANGE...
  TEST NERO 2015 : GESTION DE...
  CONCOURS RAY DONOVAN : GAGN...
 
Survivance
Titre Original Just before dawn
Genre Horreur
Pays Etats-Unis (1981)
Date de sortie mercredi 10 janvier 2007
Durée 93 Min
Réalisateur Jeff Lieberman
Avec George Kennedy, Mike Kellin, Chris Lemmon, Gregg Henry
Producteurs Doro Vlado Hreljanovic
Scénaristes Jeff Lieberman, Jospeh Middleton
Compositeur Brad Fiedel
Format Dvd 5
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Non
Non
  Anglais
Non
Non
Non

Le Film Critique de Julien Sabatier
  Editeur   Aventi
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  93 min
  Nb Dvd  1
   
   

L’histoire :

Partis camper en montagne, des jeunes gens vont devenir les proies de deux tueurs dégénérés.

Critique subjective :

Intrigante filmographie que celle de Jeff Lieberman. Une poignée de films passionnants à la fin des seventies puis plus rien. Calme plat. Le silence radio ou presque. Alors qu’on le croyait disparu de la circulation, Lieberman revenait en 2004 avec le grinçant Satan’s little helper. De quoi se rappeler à la bonne mémoire du cinéphile et donner envie de (re)découvrir les oeuvres de jadis, à l’image d’un Survivance réalisé en 1981.

Lorsque Jeff Lieberman rédige le script de Just before dawn, il a deux titres à l’esprit : Massacre à la tronçonneuse et Délivrance. Au chef d’oeuvre de Tobe Hooper, le réalisateur scénariste emprunte notamment une esthétique réaliste (photographie très crue) et l’idée d’une famille consanguine à laquelle appartiennent ici deux jumeaux psychopathes au physique massif (on pense à Leatherface). L’influence la plus prégnante reste pourtant le film de John Boorman. Les propos de Lieberman, comme le titre français du métrage, attestent de cette filiation. De toute façon, le film parle de lui-même avec son cadre montagneux et boisé ainsi que sa manière de traiter la nature comme un personnage à part entière, une sorte d’entité menaçante.
Le problème, c’est que Survivance peine à se départir de ces fleurons du cinéma horrifique et ne parvient jamais à trouver sa propre voie au milieu des sentiers bourbeux et escarpés du survival. Même dans ses (trop rares) pics d’intensité, le film de Lieberman n’arrive jamais à la cheville de ses deux matrices. La thématique de la confrontation entre l’Homme moderne et la nature hostile est exploitée sans originalité, autant dire que la déception est de taille de la part d’un réalisateur capable de signer une oeuvre aussi inventive et racée que Blue sunshine. Si la construction narrative laisse donc à désirer (mentionnons aussi un long démarrage poussif et la quasi-absence de scènes fortes), Lieberman se rattrape quelque peu sur la forme avec une mise en scène correcte et un son travaillé.

Verdict :

Certes supérieur au tout venant de l’époque (les centaines de slashers miteux qui pullulaient au début des années quatre vingt), Survivance n’en demeure pas moins un mauvais survival. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le film n’a pas laissé son empreinte au sein du genre dans lequel il s’inscrit.


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Même en prenant en considération l’âge du film et l’étroitesse de son budget, on ne peut que constater que cette édition DVD est loin d’offrir une qualité d’image décente. Les visuels manquent cruellement de contraste et le master affiche une flopée de défauts très prononcés (grain, taches, rayures, poussières, etc.). A noter que le tout est encore tiré vers le bas en raison d’une compression souvent apparente et de couleurs ternes. De là à dire que l’on a l’impression de visionner une VHS usée, il n’y a qu’un pas.

Le Son
 
Des pistes sonores plutôt mauvaises. Le 2.0 (version originale anglaise et version française) manque de clarté et la dynamique bancale ne fait qu’accentuer le côté criard de la chose. Doublages français à éviter dans la mesure du possible.

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 13 min
  Boitier Amaray
   
   


- Bandes annonces (13 minutes) : Survivance, Aquarium, Le château de Frankenstein, Creepozoïds, La clinique sanglante.

- Photos.

- Fiche technique.

- Filmographies.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage
   Fiche technique