dans le même genre
  THE BIG BANG THEORY SAISON ...
  LES MINICHRONIQUES DE GOSCI...
  ILS S'AIMENT DEPUIS 20 ANS
  HERO CORP SAISON 5
  TOUT L'UNIVERS DE JEFF PANA...
  NORMAN SUR SCÈNE
  JARRY
  LES CHEVALIERS DU FIEL : OT...
  BROOKLYN NINE NINE : SAISON...
  ARNAUD DUCRET VOUS FAIT PLA...

du même éditeur
  DANS LA BRUME
  SLEEPLESS
  MON POUSSIN
  COLOSSAL
  RADIN
  TOUT L'UNIVERS DE JEFF PANA...
  RÉSISTE : LA COMÉDIE MUSICA...
  NORMAN SUR SCÈNE
  LOUIS-FERDINAND CÉLINE :"DE...
  THE END


Dernières Actus
  TEUFEL CINEBAR LUX SURROUND...
  HOME-CINÉMA ET HI-FI (OU L’...
  LA BANDE ANNONCE DE CRUELLA...
  CÉSARS 2021 : ET LES NOMINÉ...
  DISPARITION DE JEAN CLAUDE ...
  THE CRAFT : LES NOUVELELS S...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : DEGOB...
  TEST JEU DE SOCIÉTÉ : SCHOT...

Bigard - N°9

Genre Humour
Pays FR (2013)
Date de sortie mercredi 23 octobre 2013
Durée 98 Min
Réalisateur Nicolas Lailler
Avec Jean-Marie Bigard
Producteurs Jerome Ledoux
Scénaristes Jean-Marie Bigard
Compositeur Patrice Peyrieras
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Non
Non
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Tf1 video
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  98 min
  Nb Dvd  1
   
   

Jean-Marie Bigard se livre une fois de plus dans un numéro très personnel où il nous parle de ses anecdotes les plus croustillantes. Un nouveau spectacle sur le thème du temps qui passe : passé, présent, futur, on ne va pas tous à la même vitesse…. C’est vertigineusement drôle, quand on y pense !

Apres avoir tenté plusieurs expériences au théâtre et au cinéma avec plus ou moins de succès, Jean-Marie Bigard revient à son premier amour : « Le One Man Show ». Et une chose est sûre : On retrouve du grand Bigard, celui qui ose, qui fait rire avec des blagues monstrueusement drôles, souvent porté en dessous de la ceinture, avec une interaction permanente avec le public qui lui pardonne tout y compris lorsque l’humoriste s’amuse à déraper.

Alors les plus aigres d’entre nous n’hésiteront certainement pas à reprocher à Bigard sa vulgarité assumée, voir même développée à l’extrême, mais au fond qu’est-ce que le public aime chez Bigard ? Si ce n’est cette capacité à dire une flopée de grossièretés sans jamais choquer son audience, tout en gardant un capital sympathie intacte. On rit de ce qu’il ose, on aime cette frontière infime entre la vulgarité assumée et le mauvais goût, qu’il ne franchit jamais. Bigard est un personnage attendrissant, qui a su trouver une place de choix dans le cœur du public, qui lui font pardonner ses écarts de conduite et ses prises de positions qui n’ont finalement rien à voir avec l’artiste que l’on aime sur scène.

Et ce neuvième spectacle, est une sorte de retour aux sources de l’artiste. Finit la folie des grandeurs avec des spectacles à, Bercy ou au Stade de France, dans lesquels l’humoriste se rassurait sur sa popularité, Bigard a essuyé des revers qui l’ont fait revenir à plus de simplicité, et même si les spectacles de Bercy, du Stade de France et des Zénith ont forgé la sympathie du public, c’est finalement dans une salle plus petite, plus intime que l’on apprécie le plus la folie de Jean-Marie Bigard, particulièrement lorsqu’il parle du temps qui passe, de ses petites habitudes de scène, ou d’écriture.

On l’aura donc compris, ce nouveau spectacle de Bigard est un véritable bonheur retrouvé. L’humoriste reprend les ficelles de ce qui l’a rendu célèbres y ajoute toujours autant de folie, fait plusieurs allusions aux spectacles précédents et aime toujours autant interagir avec son public. Un amour que son public   lui rend bien, et nous aussi ! Alors vivement le prochain spectacle !



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   

Dans l’ensemble l’image est de bonne tenue avec des couleurs bien pesées et des contrastes qui donnent une véritable profondeur à l’ensemble. Le spectacle oscille entre environnements lumière sobre, blanchâtre et scène plus éclairée dans les tons jaunes sans beaucoup de distorsion dans l’ensemble.



Le Son
 

Côté son la piste 5.1 est un peu superflue, puisqu’il n’y a pas suffisamment de matière à mettre en valeur, si ce n’est les réactions du public. Même si dans l’ensemble la piste 5.1 est plus valorisante pour un One Man Show, ici elle parait un peu fade n’apporte au final pas grand-chose de plus.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 50 min
  Boitier Amaray
   
   

Dans la section bonus, on plonge dans les coulisses du spectacle avec un making of de la représentation captée à Lille au « Sébastopol ». Une grande part est donnée aux techniciens, leur travail de l’ombre, y compris ceux dont on entend quasiment jamais parler, ceux qui suivent le spectacle pas à pas, pour combler certains défauts en réel.

Et quand on aime on ne compte pas : 7 sketches supplémentaires, sans explications, mais aussi hilarants que ceux intégrés dans le spectacle. Avec des thèmes fertiles à l’imagination de l’humoriste, comme les Spermatozoïdes, ou l’horoscope.





Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage