dans le même genre
  CHARLIE'S ANGELS
  BAD BOYS FOR LIFE
  FAST & FURIOUS : HOBBS AND ...
  HAUTE-SÉCURITÉ
  SHAZAM!
  SANG FROID
  MORTAL KOMBAT 11
  NCIS : LOS ANGELES SAISON 9
  EQUALIZER 2
  COFFRET TRILOGIE RAMBO (UL...

du même éditeur
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  CHARLIE'S ANGELS
  BAD BOYS FOR LIFE
  JUMANJI : NEXT LEVEL
  J'AI PERDU MON CORPS
  RETOUR À ZOMBIELAND
  ANGRY BIRDS : COPAINS COMME...
  LA VÉRITÉ SI JE MENS : LES ...
  SPIDER-MAN : FAR FROM HOME
  MEN IN BLACK : INTERNATIONA...


Dernières Actus
  DAVID PROWSE L'ACTEUR QUI I...
  DVDCRITIQUES LIVE #29 : EN ...
  TEST AMPLI-TUNER PIONEER VS...
  DOLBY ATMOS MUSIC : QUOI, O...
  L’ASCENSION DE SKYWALKER EN...
  NOUVEAUTÉS 2020/2021 YAMAHA...
  FOCAL CHORA 826D DOLBY ATMO...
  SMYTH REALISER A16 : L'INTE...

2 Guns

Titre Original 2 Guns
Genre Action
Pays USA (2013)
Date de sortie mercredi 5 février 2014
Durée 105 Min
Réalisateur Kormakur Baltazar
Avec Denzel Washington, Mark Wahlberg, Paula Patton, Edward James Olmos , Bill Paxton, Robert Burke, James Marsden, Greg Sproles, Fred Ward, Patrick Fischler, Derek Solorsano, Edgar Arreola, Kyle Russell Clements, Matthew Cook, Timothy Bell, Tait G. Fletcher, Azure Parsons, John McConnell, Jack A. Landry, Ritchie Montgomery, Ambyr Childers, Robert Larriviere, Lucy Faust, George Wilson, Yohance Myles, Evie Louise Thompson, Jr. Jesus Payan, Doris Morgado, Samuel Baca-Garcia, Michael Beasley, Christopher Dempsey, Bill Stinchcomb, Mark Adam, David Kency, Gilbert Rosales, Peter Gabb, Jason Kirkpatrick, Tony Sanford, Tim Johnson, Lindsey Smith, Lindsey Gort
Producteurs Marc Platt, Adam Siegel, Randall Emmett, Norton Herrick, George Furla, Ross Richie, Andrew Crosby
Scénaristes Blake Masters
Compositeur Clinton Shorter
Format Dvd 9
Informations
Complémentaires

Film interdit aux moins de 12 ans

 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Espagnol
Oui
Oui
Non
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non
  Arabe
Oui
Non
Non
  Hollandais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Simon Bitanga
  Editeur   SPHE
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  105 min
  Nb Dvd  1
   
   

La rondelette somme amassée lors du cambriolage de la petite banque de Las Cruces ne devait pas être si importante !! Évidemment un tel pactole en mains finit par faire tomber les masques des organisateurs du coup Bobby Trech (Denzel Washington) et Michael Stigman (Mark Wahlberg), dont les réelles intentions vont mêler convoitises, conflits d'intérêts, associations louches ou remise en cause des intentions de mafieux, agents de la DEA, CIA, membres du corps militaire. Et si le seul moyen de s'en sortir était de faire confiance à un ennemi plus proche de vous que vous le croyez ?


2 FLINGUES AMIS-AMIS
 

A l'instar des romans, nouvelles ou faits divers, les adaptations de différents types de BDs - même les moins connues - demeurent de bien usuelles inspirations. Les planches du graphic novel éponyme des studios Boom ! illustrées par Mateus Santolouco et scénarisé par Steven Grant sont mis en boite par Baltazar Komartur, retrouvant Mark Wahlberg avec qui le courant sur Contrebande est apparemment assez bien passé.

Plutôt que rechercher une forme de stylisation risquant du hors piste tout en ne voulant jamais être condescendant avec son sujet, il rend un produit actif aux airs de polars rétro décomplexés comme seule une grosse partie des années 90 nous a gratifié (environnements parfois incongrus, prédominance pour une ambiance estivale, un zeste de légère nudité, toujours grossier et souvent violent). La réalisation est proprette sans prendre plus de d'initiatives qu’un certain goût pour des plans un peu statiques, quelques cadrages «risqués» et des effets de mise en scènes discrets.

C'est jamais trop les moments à sensations qui seront les atouts de ce qu’en théorie regorge un tel projet (toujours lisibles, il y en a, avec une nette prédominance pour les gunfights et les scènes de tortures plus que les courses-poursuites, explosions ou bastons en corps à corps. Là aussi nos 2 fines gâchettes sont plus précises que les attroupements d’adversaires qui se disputent le titre de celui qui visera le plus à côté) ou encore moins un scénario poupée gigogne où il est marrant de constater que quelles que soient les sphères concernées, le monde est vraiment petit …

On va plus s’attarder sur les différents intéressés par le gros magot dérobé appartenant initialement (en partie ?) au baron de la drogue Papi Geco (Edward James Olmos : qu’il s’agisse de ce dernier, l'enquêteur bourrin du CIA Earl (Bill Paxton), le gars de la Marine Quince (James Marsden), le supérieur des Stups Jessup (Robert John Burke) ou Deb Rees (Paula Patton), chacun fait le chti truc pour se distinguer (un regard, une attitude, une posture) et on ne leur reprochera jamais de ne pas être mémorables tant qu’ils sont convaincants. Ce qui est le cas alors ça va très bien.

Le très gros plus qui rend notre métrage moyen un peu bien c’est le travail d’équipe des 2 têtes d’affiche. Cela reste plus ou moins sur les rails de leurs choix de carrière respectifs mais soit leur jeu d’acteur fonctionne au mieux soit ils prennent un méchant panard à cultiver de l’ambiguïté à la cool … en tous cas, il en résulte une relation amicale crédible particulièrement délicieuse à suivre.

Ce n’est pas les plus brillants jamais entendus mais tout repose sur les dialogues, les tournures de certaines phrases et les échanges très fluides entre Denzelou le sérieux et Markounet le désinvolte, les rendant plutôt attachants mais souvent très drôles : à aucun moment il ne s’agira d’une petite querelle d’ego, un rapport de force basique, un jeu de décalage entre le coincé et la forte tête (cf Les Flingueuses) ou le mentor et le rookie (cf R.I.P.D.) mais ils sont traités sur un même pied d’égalité, aussi relax’, déterminés, professionnels l’un que l’autre (allez, éventuellement quelques moments graves réservés à Denzel Washington comme pour rappeler qu’il a eu un Oscar).

Il faut bien un peu d’humour et un max de répliques qui tuent pour faire passer l’histoire. Non pas qu’elle soit mal rédigée - la base ou son écriture est plutôt bonne, avec une intrigue pleines de ramifications bien pensées y allant au passage sur un peu de dénonce - mais déjà qu’à l’époque ça n’aurait pas été la Révolution par rapport à ce qui se faisait, alors maintenant vous pensez bien …

CONCLUSION :

2 Guns, c’est un peu le Tango et Cash de 2013 : un typique petit pizza movie d’action consciencieux et décontracté de partout qui s’apprécie surtout grâce aux interactions de ses 2 stars judicieusement mises en avant. Si cela ainsi qu’une certaine agressivité contenue vous conviennent, ses quelques autres qualités vous feront passer 105 minutes plaisantes sans toutefois assurer un replay value de furieux (le cocktail scénaristique à la prétendue solidité et des scènes bien musclées font quand même déjà-vu(e)s). A la rigueur cette affaire périssable offre un peu de publicité pour les pages du roman graphique.



L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 2.35:1
   
   

Bienvenue sur un disque versatile proposant une image de bonne qualité : propre, lumineuse et un peu granuleuse. L’encodage, très performant, respecte au mieux les couleurs généralement chaleureuses de la direction photo ainsi que les très nombreux détails de la composition des séquences. Ajoutez à cela une sympathique tenue des teintes sombres et c’est la fête au village !



Le Son
 

Il est 3 pistes son qui n’offrent que comme différences la langue (l’anglaise plus immersive, la française au bon doublage et l’espagnole pour les personnes concernées).
Le fond restant identique, on a droit à du Dolby Digital 5.1 qui gère bien les ambiances via une retranscription assez plausible des dialogues. Claires et dynamiques, les basses s’échauffent volontiers lors des moments explosifs mais également les effets sonores rutilants (bruits de moteurs, d’animaux, pistes musicales particulièrement inspirées). Quand la poudre parle, c’est soutenu et détaillé à tel point qu’on entend aussi bien les giclées de sang de la balle qui rentre dans la chair que les douilles tomber sur la moquette.



Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 117 min
  Boitier Amaray
   
   

Un rien austère mais conforme à l’affiche cinéma, le menu fixe on vous proposera le minimum vital :

* Film
* Langues
(anglais, anglais audio-description (sans sous-titrage), français, espagnol) et sous-titres (anglais, anglais pour sourds et malentendants, arabe, néerlandais, français, espagnol)
* Chapitres (16 vignettes)
* Suppléments (8 scènes étendues ou supprimées en VOST et sans piste musicale) : Bring a kid to work day ; Clown or Frankie ? ; Where’s your badge ? ; Do me a favour ; Afraid of heights ; What comes around goes around ; Saddle up ; Bobby gets motel keys.  



Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage