dans le même genre
  YOU'LL NEVER BE ALONE
  SUITS SAISON 6
  GERMINAL
  JEAN DE FLORETTE - MANON DE...
  PICNIC
  SOUDAIN L'ÉTÉ DERNIER
  LA CONFESSION
  DOWNTOWN ABBEY : LES MARIAG...
  A CEUX QUI NOUS ONT OFFENSÉ...
  MANILLE

du même éditeur
  GHOST IN THE SHELL
  NCIS LOS ANGELES : SAISON 7
  TERMINATOR: GENISYS (ULTRA ...
  XXX: REACTIVATED (ULTRA HD ...
  ALLIÉS (ULTRA HD / 4K)
  BEN-HUR (2016)
  STAR TREK : SANS LIMITES (B...
  RAY DONOVAN : SAISON 3
  EXTANT : SAISON 2
  THE GOOD WIFE : SAISON 6


Dernières Actus
  GAME OF THRONES - SAISON 7 ...
  QUEL COFFRET DVD / BLU-RAY ...
  WESTWORLD SAISON 1 EN DVD, ...
  STING // LIVE AT THE OLYMPI...
  MARANTZ SR8012 : 11.2 CANAU...
  LA SAGA HARRY POTTER DÉBARQ...
  SAMSUNG SOUND+ HW-MS750, SW...
  YAMAHA NP-S303 : PASSERELLE...

The Good Wife saison 7

Genre Drame
Pays USA (2017)
Date de sortie mardi 5 septembre 2017
Durée 924 Min
Réalisateur Robert King
Avec Julianna Margulies, Matt Czuchry, Alan Cumming, Cush Jumbo, Mackenzie Vega, Zach Grenier, Graham Phillips, Christine Baranski, Jeffrey Dean Morgan, Chris Noth
Producteurs Julianna Margulies et Kristin Bernstein
Scénaristes Divers
Compositeur David Buckley
Format Dvd 9
 

Langues
  PCM Label Film Bonus Commentaire
  Français
Oui
Oui
Non
  Anglais
Oui
Oui
Non

Le Film Critique de Emmanuel Galais
  Editeur   Paramount
  Edition   Standard
  Label  
  Zone  2
  Durée Film  924 min
  Nb Dvd  6
   
   
Alicia a créé son propre cabinet et a installé son bureau dans son appartement. Elle travaille dans un tribunal qui détermine le montant de la caution des inculpés. Elle doit s'habituer au rythme effréné des cas traités Elle prend aussi en charge une affaire concernant l'héritage d'un tableau de Chagall, pour laquelle elle fait face à Diane Lockhart. Pendant ce temps, Carry Agos tente de dynamiser l'ambiance de sa firme en prenant en compte l'avis des jeunes associés.

Dans « The Good Wife » nous suivions le parcours d’une femme obligée de se reconstruire une vie et de faire face à ses doutes après que son politicien de mari ne l’ait trompé a bien des égards. Chaque épisode distillait un peu plus de pistes à suivre autour de cette intrigue fil rouge, et permettait aussi au spectateur de plonger dans les coulisses de procès parfois hors-normes. Impossible de ne plus faire le parallèle avec une affaire compromettant l’un de nos politiciens les plus respectés et respectables.

Après six saisons autour de la vie de couple de la jeune femme et de sa renaissance professionnelle, on avait du mal à imaginer ce que les scénaristes allaient bien pouvoir trouver pour conclure en beauté une série qui a su, malgré quelques baisses de régime, garder un cap constant. Et bien, comme « Urgence » (une autre série avec Julianna Margulies) le fit en son temps, le casting se renouvelle et ceux qui ont trépassés ne sont plus amenés qu’à devenir de lointains souvenirs. 

On l’aura donc bien compris, cette nouvelle saison repart presque depuis le départ, puisque cette fois-ci Alicia se retrouve à monter son propre cabinet, à courir après d’éventuelles affaires, moins lucrative que chez ses prestigieux anciens collègues ! Mais rien ne serait aussi simple et limpide sans les interventions diverses et variées de plusieurs personnages gravitant autour de l’héroïne, qui n’auront de cesse que de lui pourrir la vie ou du moins de la lui rendre moins facile pour le coup. Mais c’est ce qui fait toujours autant le charme de la série, et même après plusieurs saisons, le charme agit toujours autant, on se laisse porter par des intrigues que l’on imagine cousues de fil blanc, mais cette fois-ci les scénaristes parviennent à semer le doute dans l’esprit du spectateur et a ainsi donner un intérêt supplémentaire à la série, comme les différents obstacles qui vont pourrir la vie de l’héroïne dans la première partie de la saison et la faire craquer ou encore une révélation particulièrement dévastatrice qui va venir l’ébranler.
   
Julianna Margulies (Urgences) retrouve ici la popularité qu’elle avait acquise avec « Urgences » et son charme autant que son charisme sont toujours aussi opérant que dans les premières saisons. L’actrice s’impose comme la véritable star de la série, son regard parfois glacial se mêle à la chaleur de son jeu pour coller au plus juste de ce personnage fort et blessé. Le reste de la distribution à commencer par Matt Czuchry (Arac Attack : Les monstres à huit pattes) en confrère déterminé mais également point centrale d’une partie de l’intrigue de cette saison, vient prendre une place semble-t-il vacante depuis le départ de Josh Charles (Will) parti pour d’autres aventures. Une motion spéciale pour l’actrice Christine Baranski (Le Chasseur de Prime), jamais aussi glamour que dans cette série. L’actrice impose un style, un charme, une classe qui ferait rougir toutes les Joan Collins de la terre.

En conclusion, la saison 7 de « The Good Wife » prouve à nouveau que les scénaristes sont capable de trouver de nouvelles ressources pour captiver l’auditoire, avec toujours autant de classe et de cynisme. La mise en scène est impeccable, le montage un peu coupé à la serpette, mais rythmé et la distribution, à commencer par Julianna Margulies sait imposer un style et un charisme. Si vous n’avez pu résister aux intrigues des précédentes saisons, celle-ci vous entraînera un peu plus dans l’univers soigné de « The Good Wife ». 


L'image
  Définition
  Couleurs
  Compression
   
  Format Vidéo 16/9 anamorphique couleur
  Format Cinéma 1.85:1
   
   
Une image soignée avec des couleurs particulièrement bien tenues. Les contrastes donnent une véritable profondeur à l’ensemble et la mise en scène ressort avec beaucoup d‘éclat redonnant tout son éclat au film. Le support est d’une grande efficacité pour donner un véritable volume aux ambiances.

Le Son
 
Une piste 5.1 uniquement en VO, qui se veut efficace et impressionnante. Les effets sonores sont habilement utilisés avec des basses particulièrement présentes et une spatialisation redoutable d’efficacité. La spatialisation est minutieuse et les ambiances ne viennent pas empiéter sur les dialogues. Un regret tout de même concernant les autres versions présentes uniquement en 2.0 Dolby Surround, forcément beaucoup moins précises que la VO. Dommage ! 

Les Bonus
  Supléments
  Menus
  Sérigraphie
  Packaging
 
  Durée 45 min
  Boitier Amaray
   
   
La section Bonus n’est surtout pas à regarder si vous n’avez pas encore visionné la série ! Car tout tourne autour de la conclusion en apothéose de la série.

A commencer par : « Toutes les bonnes choses : Adieu Alicia Florrick », où l’équipe revient bien évidemment sur l’ensemble des 7 saisons, des changements opérés et évidemment des différents liens qui ont unis l’équipe pendant ces sept années. C’est, bien sûr, plein de bons sentiments, mais c’est également bourré d’émotion et de nostalgie.

Puis « La musique finale de The Good Wife », est un focus sur l’importance de la partition dans la conclusion de la série. Notamment on y voit David Buckley parler du travail qu’il a pu faire depuis la saison cinq.

On continue avec « Fête Finale : Le tapis rouge de The Good Wife » », comme son titre l’indique il s’agit surtout d’un focus sur la fête qui vint clore cette septième saison mais également la série.

Puis pour ceux qui en veulent toujours plus, il y a également toutes les scènes coupées et un bêtisier.


Bonus
  Livret
  Bande annonce
  Biographies
  Making of
  Documentaire
  Interviews
  Commentaire audio
  Scènes supplémentaires
  Fin alternative
  Galerie de photos
  Story board
  Multi-angle
  Liens internet
  Interface Rom
  Jeux intéractifs
  Filmographies
  Clips vidéo
  Bêtisier
  Bonus Cachés
  Court Metrage